chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sodom - Get What You Deserve

Chronique

Sodom Get What You Deserve
On dirait bien que le père Tom a eu du mal à digérer les critiques acerbes qui lui ont reproché de s'éloigner du « true » (c'est vrai que pour un groupe s'appelant Sodom, c'est dommage …) pour aborder sur « Better off Dead » une musique (très relativement) plus heavy, plus rock, plus festive. En effet, après avoir claqué le beignet de ses détracteurs avec le thrash dévastateur d'un « Tapping the Vein » retournant aux plus hauts sommets de la violence guerrière, le voilà qui remet le couvert avec un « Get what you deserve » plus crade, plus sauvage, plus primaire. Ah vous vouliez de l'« attitude »? Ah ça vous fait bander les bonnes grosses prod' cradasses qui noient dans la lave des éruptions de grattes binaires et teigneuses? Ah ça vous met les gonades en émoi la rugosité d'un thrash/black minimaliste des origines? Ah ça vous chatouille les zones érogènes le crust de fond de garage qui mord aux mollets pendant 2 petites minutes montre en main? Et bien voilà bande de merdeux: Sodom a brillé dans les charts, Sodom a composé des hymnes inamovibles, Sodom a 12 ans au compteur, Sodom n'a plus rien à prouver, et pourtant Sodom va vous montrer ce que c'est que la sauvagerie des origines, le coup de poing dans la gueule qui fout KO, le viol de brebis énuclée sur autel redécoré au vomi et à la bile.

J'avoue que lorsque j'ai déboursé un argent de poche durement économisé pour acquérir ce CD dès sa sortie, j'en ai un peu voulu à Tom et ses potes de me refourguer des compos sauvages aux allures de brouillons vite torchés comme « Jesus Screamer » (1:41), « Delight in slaying » (2:39), « Freaks of Nature » (2:03), « Into Perdition » (2:45) ou encore « Gomorrah » (2:18). Putain ils sont où mes gros morceaux de thrash teuton avec panzers et bombardiers de série? Bah ouais, le Motörhead punky cradingue, le crust nihiliste, les éjaculations décibéliques crues, le black / thrash minimaliste et roots, ça ne me parlait pas forcément à l'époque … Et cette prod': Brrrr, délicat comme un astiquage de toile Emery à la laine de verre !

Mais heureusement, Sodom – malgré un remaniement complet d'équipe - ne s'était pas dénaturé, bien au contraire: le chant revenait vers plus de fiel blackisant, les accroches binaires mais irrésistibles étaient toujours bien là (« Urrseeeeeeeeeeeeeeel !!! », « Jabba the Hut ! » … ), les morceaux thrash/rock graisseux hyper vitaminés rendant hommage à Lemmy étaient là également (« Unbury the Hatched » ), les vieztas bleines de pière aussi (« Die Stumme Ursel ») et parfois tout cela en même temps, la rugosité en plus, sur un même morceau (« Erwachet »). Et puis merde, encore une flopée d'hymnes nouvelles: l'inquiétant mais hyper catchy mid/slow-tempo « Eat Me », l'hymne crusto-sodomaniaque « Sodomized » et bien sûr le facile mais inévitable « Die Stumme Ursel ». Et puis l'habituelle reprise (« Angeldust » de Venom) - réussie cette fois -, les soli maison – moins rock toutefois -, la basse bourdonnante de l'oncle Tom, les classiques structures couplet / pré-refrain / refrain / break et riffs binaires magnifiés on ne sait comment à la mode Sodom … Même le sempiternel morceau foiré répondait à l'appel (« Fellows in Misery »). Bref, finalement, j'étais bien à la maison !

Il y avait de plus un peu de neuf cette fois, avec la pointe expérimentale que constitue le magistral, pessimiste et imposant « Tribute to Moby Dick » - où seuls les cétacés poussent la chansonnette -, qui tranche mais atteint son but. Et finalement, en y revenant encore et encore, les brulots brouillons qui me chiffonnaient au début sont apparus pour ce qu'ils étaient: des missiles revanchards dans la tronche des donneurs de leçons. Ces morceaux aux variations rythmiques et mélodiques quasi inexistantes étaient autant de références aux débuts du groupe et de fuck you jouissifs à tous les peine-à-jouir. D'ailleurs comment ne pas être tenté de voir un clin d'œil complice pour auditeur averti dans « Gomorrah », morceau aux allures de blasphème thrash/black primaire et minimaliste, qui se met à prendre des accents orientalisants sur le lead à 1:04, puis qui laisse carrément rentrer une basse-cour infernale sous tranquillisant à 1:11, avec cris de singe compris dans l'addition ?

Ah les salauds, ils l'avaient fait: continuer sur leur magistrale lancée, en changeant légèrement de cap, mais en conservant tout ce qui fait la patte Sodom, et en balançant un gros majeur à l'intelligentzia métallique détentrice du bon goût. Chapeau bas (et caleçon sur les chevilles) à l'inamovible oncle Tom !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
04/01/2012 19:52
note: 8.5/10
Thomas Johansson a écrit : Ecouté ce matin en bagnole, pas déçu! Du Sodom cradingue à souhait, basses en avant (les guitares sont du coup moins à la fête) et qui mule à couilles rabattues. Limite Impaled Nazarene sur pas mal de plans.

Content que ça te plaise Clin d'oeil
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
03/01/2012 21:27
Ecouté ce matin en bagnole, pas déçu! Du Sodom cradingue à souhait, basses en avant (les guitares sont du coup moins à la fête) et qui mule à couilles rabattues. Limite Impaled Nazarene sur pas mal de plans.
cglaume citer
cglaume
10/07/2008 17:01
note: 8.5/10
Le club ? Je pouvais pas j'avais vaisselle ! Mr Green
Bon et sinon et ta note alors ? Sourire
Xenocidist citer
Xenocidist
10/07/2008 16:13
A"h vous vouliez de l'« attitude »? Ah ça vous fait bander les bonnes grosses prod' cradasses qui noient dans la lave des éruptions de grattes binaires et teigneuses? Ah ça vous met les gonades en émoi la rugosité d'un thrash/black minimaliste des origines? Ah ça vous chatouille les zones érogènes le crust de fond de garage qui mord aux mollets pendant 2 petites minutes montre en main?"

J'ai fait sploutch...

Bah alors? On te voit plus au club? C'était soirée Sodom l'autre jour, tu verrais ce qu'on a pris...
C'était bon au Hellfest!
cglaume citer
cglaume
10/07/2008 14:15
note: 8.5/10
C'est journée thrash old school sur Thrasho aujourd'hui ! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sodom
Raw thrash Metal
1994 - Steamhammer Records (SPV)
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  7.3/10
Webzines : (6)  6.97/10

plus d'infos sur
Sodom
Sodom
Thrash metal - 1981 - Allemagne
  

tracklist
01.   Get What You Deserve
02.   Jabba The Hut
03.   Jesus Screamer
04.   Delight In Slaying
05.   Die Stumme Ursel
06.   Freaks Of Nature
07.   Eat Me!
08.   Unbury The Hatchet
09.   Into Perdition
10.   Sodomized
11.   Fellows In Misery
12.   Moby Dick
13.   Silence Is Consent
14.   Erwachet
15.   Gomorrah
16.   Angel Dust

Durée : 44:13

line up
voir aussi
Sodom
Sodom
Persecution Mania

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
Sodom
Sodom
Epitome Of Torture

2013 - SPV
  
Sodom
Sodom
In War And Pieces

2010 - SPV
  
Sodom
Sodom
Better Off Dead

1990 - Steamhammer Records (SPV)
  
Sodom
Sodom
Expurse Of Sodomy (MCD)

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  

Essayez aussi
Himsa
Himsa
Hail Horror

2006 - Prosthetic Records
  
Denial
Denial
Antichrist President

1991 - Colossal Records
  
Zöldïer Noïz
Zöldïer Noïz
Regression Process

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Darkane
Darkane
Demonic Art

2008 - Massacre Records
  

The Burning
Storm The Walls
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast