chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Anthrax - Volume 8

Chronique

Anthrax Volume 8
(The Threat Is Real)

J'ai toujours trouvé sidérant la façon dont ANTHRAX, membre du big four du thrash ricain avec ses confrères de SLAYER, MEGADETH et METALLICA, a jeté aux orties tout ce qui rappelait de près ou de loin la période Joey Belladonna. Pas que je regrette le dit chanteur, loin de là, mais du jour au lendemain ou presque (« Sound Of White Noise » était suffisament brillant pour faire passer la pilule power), les amateurs de heavy thrash véloce ont dû tirer un trait sur toutes les caractéristiques originelles du groupe : fini les tempos rapides et les riffs violents qui flirtent avec le hardcore, terminé la démonstration lead d'un Dan Spitz pas toujours inspiré mais qui avait ses bons moments (tout « State Of Euphoria », principalement), adieu shorts de plage et attitude je m'en foutiste qui tranchait singulièrement avec les clichés evil, au panier les morceaux progressifs et sombres de plus de huit minutes de « Persistence Of Time ». Si ANTHRAX s'est racheté une conduite et offert un vrai frontman en débauchant John Bush, musicalement parlant, on ne peut pas dire que les new yorkais ont eu le nez aussi fin. A côté de la plaque avec « Stomp 442 », plaisante incursion en territoire heavy rock mais échec commercial cuisant, ANTHRAX se retrouve sans label (lourdé par Elektra) et doit gérer la crise des égos qui couve en ses rangs. Car sans vouloir pointer du doigt un responsable en particulier, il semblerait que l'implication de plus en plus forte de Charlie Benante (batteur, mais également guitariste et chanteur) dans le processus de composition ne soit pas étrangère à ce changement de cap stylistique.

Toujours sans deuxième guitariste attitré (Paul Crook, éternel intérimaire, plus Dimebag Darrell en soutien sur quelques solos), ANTHRAX manque donc cruellement de repères à l'heure de livrer un huitième album à la face du monde. Et si la boule de démolition de la pochette laisse présager un instant un retour aux affaires brutales, le titre d'ouverture (le bien mal nommé « Crush ») se charge de calmer tout le monde ; un riff central à la puissance relative et un refrain passable plus tard, on n'ose même plus espérer un retour au power thrash de « Potters Fields » ou « Room For One More ». L'espoir renaît de ses cendres avec les deux morceaux suivants, bonifiés par un solo déchirant du virtuose de PANTERA (« Inside Out », et son alternance de guitares acoustiques et de riffs groovy) et un refrain irrésistible de l'ex chanteur d'ARMORED SAINT (« Catharsis »). Du solide et de l'efficace, à l'américaine, quoique dans la droite lignée de l'album précédent. Egalement à leur crédit, deux bons petits brûlots au tempo plus conforme aux attentes avec « Killing Box » (sur laquelle s'égosille Phil Anselmo) et « Born Again Idiot », qui fait regretter que le groupe n'ait pas davantage passé la quatrième. En fin de parcours, signalons la pesante « Stealing From A Thief », qui se paye à la fois le meilleur riff de « Volume 8 », les plus belles leads (impeccable Dimebag, une fois de plus) et une des mélodies les plus marquantes (merci John Bush). Pour le reste, et même s'il faut concéder que « Volume 8 » tient à peu près la route jusqu'à la piste 8 (tiens donc, z'auraient dû en rester là peut être), l'album ne se relève jamais d'un trop plein de titres joués sans conviction aucune (même Bush est à la lutte sur la pénible « Alpha Male », c'est dire) et d'un tracklisting affreusement mal géré. En cause, les dispensables « 604 » et « Cupajoe » (1:21 mn cumulées) qui avaient peut être leur place sur un album de S.O.D. mais qui tombent ici comme deux poils sur le caillou de Scott Ian. Sur le banc des accusés, surtout, ce tunnel interminable qui s'étend de « Harms Way » à « Alpha Male » et fait regretter l'extrait le plus molasson de « Stomp 442 ». Le délire country de « Toast To The Extras », incongru mais plutôt fun, est symptomatique du saupoudrage de titres hasardeux qui plombe « Volume 8 » et lui confère l'étiquette peu enviable de skeud le plus impersonnel dans la carrière d'ANTHRAX. Le groupe recyclera tout de même les riffs les plus présentables du lot à l'occasion de l'enregistrement du score de « Ghost Of Mars » (John Carpenter, 2001) pour un résultat à l'image du film : foutraque mais foncièrement sympathique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Solo Necrozis citer
Solo Necrozis
09/02/2009 15:47
Moi j'dis Anthrax sans Belladonna, c'est d'la daube. Point.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
31/01/2009 12:42
note: 6/10
Niktareum a écrit :
Ah mais par contre j'aime beaucoup "WCFYA" qui est très rock n' roll! Headbang


Oui moi aussi, celui ci est très bon !
Chris citer
Chris
30/01/2009 17:48
je ne connais qu'"Inside Out", paru à la sortie de l'album sur pas mal de samplers de magazines; j'aimais plutot bien ce titre notamment son refrain mais c'est sur que c'était bien loin de ce que à quoi je m'attendais venant d'Anthrax...
Niktareum citer
Niktareum
30/01/2009 17:26
Thomas Johansson a écrit : Niktareum a écrit : Perso j'ai laché Anthrax après l'excellent "S.O.W.N.", je crois bien que je n'ai jamais entendu un seul titre de cet album et je crois que c'est pas pour demain. Sourire

Peut être que le prochain sera bon ? Sait-on jamais ...

Ah mais par contre j'aime beaucoup "WCFYA" qui est très rock n' roll! Headbang
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
30/01/2009 12:44
note: 6/10
Niktareum a écrit : Perso j'ai laché Anthrax après l'excellent "S.O.W.N.", je crois bien que je n'ai jamais entendu un seul titre de cet album et je crois que c'est pas pour demain. Sourire

Peut être que le prochain sera bon ? Sait-on jamais ...
Niktareum citer
Niktareum
30/01/2009 12:41
Perso j'ai laché Anthrax après l'excellent "S.O.W.N.", je crois bien que je n'ai jamais entendu un seul titre de cet album et je crois que c'est pas pour demain. Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anthrax
Heavy rock
1998 - Ignition Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (3)  4.5/10
Webzines : (4)  5.38/10

plus d'infos sur
Anthrax
Anthrax
Power Thrash / Heavy Rock - 1981 - Etats-Unis
  

vidéos
Inside Out
Inside Out
Anthrax

Extrait de "Volume 8"
  

tracklist
01.  Crush
02.  Catharsis
03.  Inside Out
04.  Piss N Vinegar
05.  604
06.  Toast To The Extras
07.  Born Again Idiot
08.  Killing Box
09.  Harms Way
10.  Hog Tied
11.  Big Fat
12.  Cupajoe
13.  Alpha Male
14.  Stealing From A Thief

Bonus Track :

15.  Pieces

Durée : 61:29

line up
voir aussi
Anthrax
Anthrax
We've Come For You All

2003 - Nuclear Blast Records
  
Anthrax
Anthrax
Spreading The Disease

1985 - Island Records
  
Anthrax
Anthrax
Persistence Of Time

1990 - Island Records
  
Anthrax
Anthrax
For All Kings

2016 - Megaforce Records
  
Anthrax
Anthrax
Stomp 442

1995 - Elektra
  

Essayez plutôt
Ugly Kid Joe
Ugly Kid Joe
As Ugly As They Wanna Be (EP)

1991 - Mercury Records
  
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Diary Of A Madman

1981 - Epic Records
  
Medication
Medication
Prince Valium

2003 - Locomotive Records
  
In Solitude
In Solitude
Sister

2013 - Metal Blade Records
  
Metallica
Metallica
Load

1996 - Vertigo
  

Megadeth
Rust In Peace
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique