chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Symbyosis - On the Wings of Phoenix

Chronique

Symbyosis On the Wings of Phoenix
S'il y a bien une chose qu'on doit concéder à Benoît XVI, c'est qu'il aura œuvré plus qu'aucun pape avant lui pour ouvrir les yeux des derniers crédules ayant cherché en l'Eglise l'espoir et le réconfort qu'une vie misérable ne pouvait leur offrir. En effet si ce gugusse est vraiment l'émissaire du dieu des catholiques parmi les hommes, alors c'est soit que ce dernier n'existe pas, soit que c'est un fieffé connard. Dans le même ordre d'esprit, après la sortie d'un « Crisis » magistral, le fait que Symbyosis ait obtenu aussi peu de considération, qu'il se soit fait lâcher par son label et qu'il ait été réduit à quémander quelques pesetas auprès de ses fans pour pouvoir financer son 2nd opus est bien la preuve que les dieux du metal tant loués par Manowar sont eux aussi de sacrées raclures, et que la bande à Joey DeMaio pourrait tout aussi bien troquer ses peaux de bêtes contre des toges et ses cheveux longs contre des boules de billards bien astiquées pour s'en aller vénérer Bouddha en lieu et place de ces divinités décidément aux abonnés absents, ou bien – ce serait un comble ! – sourdes comme impôts (comme dit le fisc).

Quoi qu'il en soit, contre vents et marées, Franck Kobolt et Corrosive Bob, entourés pour l'occasion de Nikos Kevorkian (Outcast), Antoine Rognon et Tariq Zulficar (yeees, un vrai batteur a rejoint le groupe!), ont non seulement réussi à sortir une suite à « Crisis », mais se sont payés le luxe de faire aussi bien – non: mieux – que précédemment, sur le fond comme la forme, la qualité comme la quantité, la musique comme le packaging. C'est ainsi sous forme d'un double CD somptueux aux faux airs de jeux vidéo que nous arrive « On the Wings of Phoenix », épopée de Science Fantasy aussi magistralement mise en images (Maman, quels livrets magnifiques!) qu'en musique.

Avant de commencer à martyriser mon clavier pour vous parler des bienfaits de cet album, j'ai remis le nez dans la chronique de « Crisis » et j'ai été frappé de voir à quel point la description de la musique alors pratiquée par le groupe restait d'actualité, preuve s'il en est que celui-ci a su rapidement se forger une personnalité et amener à maturation un style qui n'a plus à présent qu'à être décliné selon l'inspiration du moment, sans besoin (ni même possibilité) de perfectionnement supplémentaire. On retrouve donc sur « On the Wings of Phoenix » ce thrash/death progressif et excessivement mélodique que l'on avait découvert sur « Crisis », encore et toujours placé sous le haut patronage de guitares toutes puissantes, tour à tour taillant dans la bidoche à la hache, décrivant de complexes et étonnantes arabesques dignes d'un Coroner shooté au metal scandinave, sprintant poignée en coin ou égrenant de longs soli gorgés de feeling. Accordons une phrase encore à ces fameux soli, qui flirtent souvent avec la minute tout en restant étonnamment digestes et bien intégrés dans les morceaux: Franck et Nikos y font preuve d'une virtuosité bluffante, enchaînant les passages au rendu très blues rock, les duels de twin guitares heavy metal, ainsi que des tirades réussissant à faire rimer émotions avec vitesse d'exécution. Les nouveaux morceaux sont une fois encore d'impressionnants travaux d'horlogerie, aussi délicatement qu'expertement agencés en des œuvres complexes mais limpides, tantôt ébouriffantes de puissance, tantôt vecteurs de sérénité, tantôt ascenseurs pour l'âme vers le lointain pays du Sublime. Les points faibles restent également les mêmes, à savoir une prod' un chouïa trop clinique et un chant éraillé dont l'étroitesse du spectre de modulation et la rugosité tranchent quelque fois un peu trop avec la délicate sophistication de la musique. Bref, on retrouve ici l'inimitable patte Symbyosis.

Mais au lieu de ressasser les ressemblances avec « Crisis », parlons plutôt de ce qui est nouveau. On notera tout d'abord que cette fois-ci, le fait de développer une histoire ambitieuse et aussi magnifiquement illustrée (on a déjà parlé des livrets, mais allez également le vérifier sur le site dédié à l'album) apporte une dimension supplémentaire à la musique du groupe. Ce développement va d'ailleurs de paire avec une mise en avant plus prononcée des orchestrations, ce qui renforce encore un peu plus le côté majestueux – et ambitieux – des compositions. A ce titre « The Venom » – superbe morceau plein de contrastes – illustre parfaitement cette évolution et prend par moment de véritables allures de B.O. grandiose. Mais pour moi, le gros plus de ce 2eme album, c'est « Phoenix Ashes », un CD bonus pour lequel j'aurai volontiers claqué 15 euros supplémentaires s'il avait été vendu comme un album à part entière. En effet là où les CDs bonus sont habituellement des fourre-tout à la qualité inégale, sinon moindre, celui-ci est l'occasion pour le groupe de lâcher encore plus la bride à sa créativité et de s'exprimer sans retenue ni contrainte dans toutes les directions que lui montre sa muse. Et mes aïeux, quel canon cette muse! Ecoutez-moi par exemple cette merveille qu'est « Crusades Part VI », un chef d'œuvre qui déploie dans l'écrin de velours du metal Symbyosien le diamant brut de passages classiques issus de la Symphonie n°9 en D mineur de Beethoven, pour un résultat atteignant des sommets seulement égalés par Hollenthon sur son « Lords of Bedlam ». Et après ce pur moment de bonheur, le groupe continue d'élever nos âmes avec l'enchaînement « Life » / « Dreamchild », sur lequel on se retrouve transporté loin au-dessus du sol, porté par des passages où le meilleur d'un Devin Townsend s'adressant directement à notre cœur s'allie à des orchestrations sublimes, des guitares incisives et inspirées, un chant féminin angélique et des expérimentations à base de vocodeurs et de choeurs qui rappellent les plus grands moments d'un At All Cost. Plus de 11 minutes et demi sans toucher terre mes enfants! Puis c'est une série de 5 hommages successifs qui s'ensuit, sous forme d'une composition inédite écrite à la gloire de Napalm Death et de 4 covers – du Slayer et du Nuclear Assaut, groupes qui pour le coup semblent étrangement pauvres au beau milieu d'un tel étalage de finesse, ainsi que du Pestilence et du Iron Maiden, bien plus à leur place ici tant les morceaux repris sont suffisamment sophistiqués et réussis pour ne pas faire pale figure par comparaison. Le reste est constitué des très bons « Crusades Part IV & V », ainsi que d'un retour vers « Crisis » sur les dernières pistes du CD.

Certes je m'emporte un peu à l'évocation de « Phoenix Ashes », mais en m'attardant plus sur « On the Wings of Phoenix » j'aurais du évoquer avec la même emphase, aux côtés du « The Venom » cité un peu plus haut, le thrash/death formidablement mélodique et entraînant de « War Phenomenon » ou un « Peace » larger than life, au lien de parenté certain avec la doublette « Life » & « Dreamchild ». De toutes façons j'avoue ne plus savoir où donner de la tête à l'écoute de ce fabuleux double album. C'est un raz de marée d'excellence, une longue et délicieuse extase qui vous extrait pendant quasiment deux heures de votre pauvre condition de simple mortel, un exemple d'inspiration, d'homogénéité dans l'excellence et de symbiose réussie entre force, délicatesse, puissance et beauté. Je voulais initialement mettre un 9.5 à cet album pour tenir compte des menus défauts évoqués plus haut … Tssssss: dérisoire élan de mesquinerie qui n'aurait pas rendu justice au fabuleux voyage que nous offre ici le groupe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
10/07/2017 18:33
note: 10/10
En tant que gros fan de Prog et de Death, ici j'ai mon compte.

J'ai le sentiment d'avoir un Ayreon en pleine forme, avec un bon gros accent Death qui va là où il faut. Les sorties de route au vocoder et autres effets sont utilisés par moments, on évite l'écueil de trop en faire.
J'apprécie franchement la rythmique, qui est impeccable. C'est un album qui me fait un bien fou, peu importe le morceau. J'ai le sentiment que ça s'adresse à moi, ça m'évoque plein de choses et, niveau inspirations, ça ne me rappelle que le meilleur de ce que j'ai en terme de Power prog sous l'égide Death metal.

Dans mon top, sans hésiter, avec Kalisia.
just gnu it citer
just gnu it
24/08/2009 14:38
note: 7.5/10
Je suis assez d'accord avec v_yoplait, quoiqu'un peu plus indulgent: de très bon passages qui se perdent dans un ensemble à l'intéret plus ou moins marqué. Certains riffs sont rythmiquement interessant, mais pêchent par un manque d'accroche mélodique (d'autres sont carrément barbant).
Suis pas fan non plus de l'artwork, du concept-histoire et tout ça: certe c'est ambitieux et bien foutu mais ça manque un peu de bon gout (à l'image de la prod d'ailleurs: clinique, sans profondeur). Ce OTWOP n'en est pas pour autant mauvais, il est même plutôt bon et je prend quand même du plaisir à l'écouter.
von_yaourt citer
von_yaourt
10/08/2009 14:45
note: 6.5/10
Alors pour moi c'est plutôt un bon album, avec à peu près un quart d'excellents moments (le début de The Venom par exemple), un quart de très mauvais riffs rythmico-rythmiques bien chiants (le début de "The Arrival" ou "Dilemnia"Clin d'oeil, et une moitié de passages communs.
Ce n'est nullement ébouriffant sur quelque plan que ce soit : mélodiquement lacunaire, structurellement classique, et c'est assez répétitif surtout que l'album dure une heure.

Bref un album à écouter avec quelques moments agréables, mais loin d'être aussi bon que ce que dans le genre les frenchies de Fairlight, Chrysalis ou Kalisia ont déjà fait. Tout juste bien.
Saikicekon citer
Saikicekon
19/05/2009 21:41
Un bien bel album effectivement. On y retrouve des influences, en plus de celles citées dans la chronique, de Steve Vai (autant dans le son que dans les gammes utilisées pour les leads) et pantera (pour la vélocité de certain riffs). Mais tout est bien digéré. Un album extrêmement riche mais parfois un peu trop "propre".
7€ en déstockage à la FNAC !
citer
Alexis
12/04/2009 15:07
Un album de toute beauuuté ! J'ai hâte d'entendre la suite...
donvar citer
donvar
30/03/2009 10:25
Les compos sont de qualité ça se sent, mais putain cette prod' aide vraiment pas à rentrer dedans! comme pour Crisis.
crowdead citer
crowdead
29/03/2009 19:24
note: 7.5/10
moé, j'avais trouvé le double cd sympa, mais la, c'est carrément surestimé ! je trouve qu'un double cd c'est "trop", et certains passages étaient carrément longuet m'enfin, ce que j'en dis
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
29/03/2009 13:05
note: 8.5/10
Très bon album, les reprises sont excellentes sauf "Twisted Truth" qui n'a pas la grâce de l'originale. Pestilence, puisque j'en parle, est le premier groupe auquel j'ai pensé en découvrant Symbiosis. C'est quand même un peu long mais tellement riche qu'il est difficile de passer à côté. Dommage pour la prod clinique sinon.
crocoscar citer
crocoscar
29/03/2009 11:12
note: 8/10
HOOOO putain "Famine" *bave**bave**bave*
Saikicekon citer
Saikicekon
29/03/2009 04:28
Merde. Un 10/10 de cglaume... Je vais encore devoir casser ma tirelire les yeux fermés.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Symbyosis
(Thrash/Death) metal progressif et technique
2005 - Hidden Association
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (13)  8.23/10
Webzines : (8)  8.43/10

plus d'infos sur
Symbyosis
Symbyosis
(Thrash/Death) metal progressif et technique - 1998 - France
  

écoutez
tracklist
Disc 1: On the Wings of Phoenix
01.   The Arrival
02.   Truth
03.   The Venom
04.   Dilemma
05.   Seizure of Power
06.   War Phenomenon
07.   Cupidity
08.   Famine
09.   Disease
10.   Death Apogee
11.   Peace

Disc 2: Phoenix Ashes
01.   Crusades Part IV
02.   Crusades Part V
03.   Crusades Part VI
04.   Life
05.   Dreamchild
06.   The Loneliness of the Long Distance Runner (Iron Maiden Cover)
07.   Read Between the Lies (Slayer Cover)
08.   Trail of Tears
09.   Twisted Truth
10.   When Napalm Fits to Skin
11.   Quest of the Dolphin
12.   Little Princess
13.   Princess Ending

Durée : 109:41

line up
voir aussi
Symbyosis
Symbyosis
Crisis

2000 - Listenable Records
  

Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Affront
Angry Voices
Lire la chronique
Les sacrifices dans le black metal
Lire le podcast
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Deserter
Coils of the Lesser Serpent
Lire la chronique
Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Lire le dossier
H2SO4
British Bangla Testament (EP)
Lire la chronique
Hellish
Grimoire
Lire la chronique
Sakrif'or 2017 / Black Metal Awards
Lire le podcast
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
Urn
The Burning
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Revenant
Prophecies Of A Dying World
Lire la chronique