chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
45 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Atheist - Unquestionable Presence

Chronique

Atheist Unquestionable Presence
Aaah, « Your Life's Retribution »: le premier morceau de death metal que j'aie jamais aimé, à égalité sur le haut du podium des premiers amours métalliques avec le « Secret Face » de Death, ces deux titres étant tous deux dispos sur la référentielle compil' « Masters of Brutality » … C'est que ça vous marque un bonhomme ce genre de premier émoi! Oui alors je vous vois venir hein:
« Encore un 10/10 labellisé Thrasho-Nostalgie accordé par un chroniqueur incapable de dissocier plaisir auditif objectif et douceur des jours heureux où choco-BN et Fulguro-Poings rythmaient le quotidien. »
Tatata! Les qualités intrinsèques et le statut de cet album se suffisent à eux-mêmes pour justifier l'attribution de la note maximale. D'ailleurs je charge von_yaourt – qui à l'époque aurait eu du mal à capter les émissions metal de la bande FM floridienne, le scrotum de papa faisant écran – de vous confirmer, au-delà du débat sur le gâtisme avéré ou non de votre dévoué serviteur, la légitimité de cette notation.

« Unquestionable Presence » étant la première chronique d'Atheist parue sur Thrasho, en avant pour un brin d'histoire! Actif de 1987 à 1993 (vovon vous parlera de la suite de leurs aventures dans le courant de l'année), Atheist est un groupe de death metal rassemblant la crème des techniciens de la très active scène Floridienne dite « de Tampa ». Après un « Piece of Time » au niveau de virtuosité déjà peu anodin, le groupe décide de pousser le bouchon encore un peu plus loin sur leur second album. Malheureusement, alors que le processus de composition arrive à son terme, sur le chemin du retour d'une tournée effectuée aux côtés de Candlemass, le van du groupe s'en va cueillir un bouquet de fleurs au bitume, ce qui pousse Roger Patterson, bassiste et force vive du groupe, à entamer un grève de la vie éternellement reconductible. Afin d'enregistrer tout de même ce second album – et de rendre ainsi hommage à Roger –, le groupe se met en recherche d'un nouveau bassiste. Après avoir essuyé un premier refus de Doug Kayser, bassiste de Watchtower, le groupe recrute Tony Choy, bassiste du groupe jumeau Cynic. La suite de l'aventure est gravée sur CD et appartient déjà à la légende.

Il n'est pas facile de tenter de décrire avec des mots ce qui émane des 8 morceaux de « Unquestionable Presence ». Les neurochirurgiens du metal pourraient sans doute noircir des tableaux entiers de formules trigono-musicales et de calculs d'intégrales solfègiques pour vous expliquer à quel point le groupe est trop-balèze-avec-ses-doigts, m'enfin je ne sais pas vous mais, sachant tout juste placer une clef de sol où il faut sur une partition, ce genre d'approche à tendance à me barber. Et puis ce ne serait pas rendre justice à un groupe qui, plus que tout autre, a réussi à faire coexister des concepts a priori antinomiques quand ils sont à ce point poussés dans leurs extrêmes: technicité et accessibilité. En effet impossible – même pour un ingénu de la technique comme moi – de ne pas se rendre à l'évidence qu'un tel album a dû nécessiter des trésors d'ingéniosité et de virtuosité lors des phases de composition et d'enregistrement. Impossible de ne pas se rendre compte que chacun des membres du groupe fait des choses avec son instrument () qui déclencheraient immédiatement une batterie de contrôles anti-dopage si l'équivalent pouvait être exécuté dans un quelconque domaine sportif. Et en même temps difficile d'imaginer comment cette grosse demi-heure de musique - pourtant bourrée ras la gueule d'un amoncellement de passages tarabiscotés, jazzy, changeants et tumultueux – pourrait être plus digeste, plus fluide, plus évidente même, et plus facilement assimilable par le commun des métalleux.

Quand arrive l'heure de décrire cette musique, difficile de ne pas taper dans le catalogue des métaphores, quitte à ce que cela vire au cliché. Mais comment exprimer l'effet que fait « Mother Man » autrement qu'en comparant son écoute à une course effrénée dans le labyrinthe de la Reine de Cœur, avec sur les talons la bande des tueurs à gages du « Prix du Danger » (ou de « Running Man » pour les plus jeunes). Comment rendre compte des rebondissements divers et des fulgurances de « Your Life's Retribution » sans comparer son écoute à une expérience similaire à celle que connaît une boule de flipper bringuebalée de bumpers en trappe « Multi Ball », de rampes en spinners jusqu'au tilt final? Comment évoquer la succession des tableaux de « An Incarnation's Dream » sans tracer un parallèle avec les figures sans cesse changeantes, sans cesse sublimes d'un kaléidoscope? Comment dire l'intelligence collective qui fait s'entrelacer, se séparer puis se rassembler à nouveau les parties des différents musiciens sans évoquer le travail de peintres aux gestes précis mais en apparence incohérents, qui pas à pas construiraient une fresque à chaque instant plus nette, à chaque instant plus époustouflante? On écoute « Unquestionable Presence » comme un habitant de bidonville découvre le château de Versailles, les yeux sans cesse écarquillés d'émerveillement, pièce après pièce, chaque nouveau plan apportant son lot d'arabesques dorées, d'ornements fastueux, d'excès affolants. La réussite de tout cela réside sans doute dans le fait que, aussi foisonnant que soit cette musique, chaque passage est relié au précédent par une transition logique, chaque frivolité technique s'agite sous l'égide d'une mélodie souveraine, chaque moment de chaos hétérogène est suivi d'une charge groupée porteuse d'un sévère coup de pied au cul métallique. Et au final qui irait se plaindre d'une esthétique trop élitiste à l'écoute de la déflagration speed à 2:39 sur « Mother Man », ou à la sortie de bombardier effectuée à 3:00? Qui irait crier à la masturbation stérile à l'écoute du sprint démarrant « The Formative Years »? Qui ne serait pas touché par la grâce de cette guitare lead et de la rythmique guerrière qui la porte à 2:02 sur « Brains »?

Allez c'est décidé: non, je ne profiterai pas de cette conclusion pour tenter de vous convaincre une bonne fois pour toutes de l'excellence de cet album par le biais d'une formule lapidaire et définitive. En effet on parle ici d'un album historique, d'une pierre angulaire du techno death, d'un monument d'une telle ampleur que vous ne devriez pas avoir besoin de mon doigt de chroniqueur pour en trouver tous seuls le chemin. Je me bornerai donc à vous rappeler que Relapse a sorti une superbe réédition incluant des notes très instructives émanant de la main même de Kelly Shaefer, ainsi que diverses démos avec à la basse Roger Patterson, les pistes de basse et de batterie de « Mother Man » et les pistes rythmiques de « And The Psychic Saw ». Incontournable pour les amateurs!

DOSSIERS LIES

Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

18 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
18/04/2018 15:23
note: 9.5/10
Dire que lors de ma première écoute de l'album à la parution de la chroniques (9 ans déjà Confus ), je l'avais trouvé franchement moyen... De même à chaque fois que je lui ai redonné une chance jusqu'à maintenant.
Qu'est-ce qui a fait que le déclic s'est produit il y'a 1 mois et pas avant ? Aucune idée mais depuis, ce petit bijou ne me quitte plus ! Headbang
gulo gulo citer
gulo gulo
30/04/2016 14:08
Mon commentaire était appréciateur, voire admiratif. De poète à poète, je suis pas loin de jaloux.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
30/04/2016 13:36
gulo gulo a écrit : Le scrotum de papa faisant écran, hein ? Tout dans la grâce ^^

Bah quoi ? ^^
gulo gulo citer
gulo gulo
30/04/2016 11:46
Le scrotum de papa faisant écran, hein ? Tout dans la grâce ^^
Dark Nico citer
Dark Nico
23/06/2009 13:10
note: 9/10
Effectivement j'avais fait une grosse boulette en zappant cet album à l'époque. C'est exactement comme Cglaume l'écrit : des chansons qui pour d'autre groupe pourrait faire 10' mais là on passe d'un riff à l'autre sans tourner autour du pot ! La plupart des riff sont excellents, la basse est jouissive, bref que du bonheur ! Le seul bémol (petit) c'est la voix qui est un peu en dessous du reste.
Merci Thrasho !
Dark Nico citer
Dark Nico
28/05/2009 19:50
note: 9/10
J'avoue qu'à l'époque Piece Of Time m'a un peu rebuté du coup j'ai zappé la suite.
A l'écoute du titre en écoute j'ai dans doute fait une erreur...que je m'apprête à rectifier... Sourire
hurgh citer
hurgh
26/05/2009 23:06
note: 9.5/10
Moi j'adore le chant autant que la musique, celui-ci apportant un petit côté décalé vraiment savoureux. Cet album est vraiment à part dans l'histoire du métal (bien meilleurs et moins pompeux que le troisième) et je ne comprends pas que l'on puisse se faire chier à son écoute tellement la musique est riche et décoiffante...
Moi aussi j'ai découvert Atheist avec Masters Of Brutality...
Et Cynic me gonfle royallement !
Arnaud citer
Arnaud
26/05/2009 21:57
note: 10/10
Parfait, album de chevet pour moi.
Le genre d'album qui te met toujours sur le cul malgrés les années d'écoutes. Tout me fait halluciner, le jeu de Kelly et Rand (rha ces solos de fous), la basse énorme de Tony Choy et un Steve Flynn impériale à la batterie. Ca se passe de mots, bien que je pourrais en écrire une tartine pour chaque gars.

Ultra technique, accrocheur à fond, mais surtout un GROOVE phénoménal (très dansant). Ca fourmille de détails et d'idées génialissimes. J'aime cette fusion...
Totalement unique et original.
Classique.
crocoscar citer
crocoscar
26/05/2009 20:18
note: 10/10
Mythique, que ferais-je sans cette oeuvre d'art ? ^^
goriyaz citer
goriyaz
26/05/2009 20:10
note: 9.5/10
Des trois albums d'atheist, ça a toujours été mon préfére et celui que je réécoute le plus souvent. Mythique!
Keyser citer
Keyser
26/05/2009 18:40
Je réécoute "Mother Man" là bah c'est comme dans mes souvenirs, super bien joué mais super chiant aussi. Et en effet les chant est abominable. Ah et ça n'a rien de vraiment death metal Mr Green

Bref décidément pas pour moi ce groupe...
Scum citer
Scum
26/05/2009 18:26
note: 9/10
Un cd absolument merveilleux, même s'il est vrai que le chanteur en fait un peu trop par moment Sourire
cglaume citer
cglaume
26/05/2009 17:25
note: 10/10
Thomas Johansson a écrit : Musicalement rien à dire mais alors paye ton chant de merde. M'a fallu au moins dix tentatives avant d'en faire abstraction.

C'est vrai que le chant tape dans les aigus criards et que de ce côté là, on pourrait espérer mieux. M'enfin bon, quand tu as un top modèle dans ton lit, tu vas pas trop râler si elle a les ongles des orteils pas tip top clean hein ... Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
26/05/2009 17:10
Musicalement rien à dire mais alors paye ton chant de merde. M'a fallu au moins dix tentatives avant d'en faire abstraction.
Niktareum citer
Niktareum
26/05/2009 16:06
Keyser a écrit : Jamais accroché à ce groupe, le trouvant chiant comme la pluie. Promis je réessaierai qd même, c'est toujours mieux que Cynic Mr Green

Dans le genre viel album de death technique, je préfère largement "Hallucinations" d'Atrocity...

Tout pareil! Mais du coup j'y rejèterai une oreille quand même. Clin d'oeil

Par contre Atrocity je suis passé à côté aussi...
cglaume citer
cglaume
26/05/2009 15:26
note: 10/10
Keyser a écrit : Jamais accroché à ce groupe, le trouvant chiant comme la pluie. Promis je réessaierai qd même, c'est toujours mieux que Cynic Mr Green

Dans le genre viel album de death technique, je préfère largement "Hallucinations" d'Atrocity...


Oui, réessaie: je ne suis pas un fan ultime de Cynic que je trouve trop peu violent, par contre Atheist, sur cet album, sait montrer les crocs. Bon c'est sûr c'est pas Suffo', mais quand même ! Et en ce qui concerne Atrocity, je suis complètement passé à côté, même si "Todessensucht" est sur ma liste d'achat depuis des lustres ...
Keyser citer
Keyser
26/05/2009 15:14
Jamais accroché à ce groupe, le trouvant chiant comme la pluie. Promis je réessaierai qd même, c'est toujours mieux que Cynic Mr Green

Dans le genre viel album de death technique, je préfère largement "Hallucinations" d'Atrocity...
von_yaourt citer
von_yaourt
26/05/2009 14:07
note: 9.5/10
Death/Cynic/Atheist, le tiercé gagnant du techno-death magique. La perfection en musique ! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atheist
Techno death
1991 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (45)  9.37/10
Webzines : (19)  8.86/10

plus d'infos sur
Atheist
Atheist
Techno-death/thrash - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Mother Man
02.   Unquestionable Presence
03.   Your Life's Retribution
04.   Enthralled in Essence
05.   An Incarnation's Dream
06.   The Formative Years
07.   Brains
08.   And the Psychic Saw

Durée : 32:25

line up
voir aussi
Atheist
Atheist
Jupiter

2010 - Season Of Mist
  
Atheist
Atheist
Elements

1993 - Music For Nations
  
Atheist
Atheist
Piece Of Time

1989 - Active Records
  

Essayez aussi
Theory In Practice
Theory In Practice
The Armageddon Theories

2000 - Listenable Records
  
Chryseis
Chryseis
Planet Dead

2010 - Great Dane Records
  
Sadist
Sadist
Tribe

1996 - Rising Sun Productions
  
Illogicist
Illogicist
The Insight Eye

2007 - Candlelight Records
  
Carcariass
Carcariass
Killing Process

2001 - Adipocere Records
  

The Haunted
Road Kill (Live)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast