chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Decadence - Chargepoint

Chronique

Decadence Chargepoint
Quoi? Déjà une nouvelle galette en provenance du gang de l'alléchante Metallic Kitty (Alléchante oui. Alléchante drôlement bien d'ailleurs. Quel organe!)? Pourtant "3rd Stage Of Decay" ne date que de l'année dernière non? Ma parole, Decadence serait-il l'un de ces groupes un brin trop prolifique qui sort des albums avec la même régularité que mon petit dernier tâche ses fringues à coups de rejets de couches trop pleines?
Mais non les loulous: "3rd Stage Of Decay" n'a peut-être atteint le confortable intérieur de votre chambre de bonne avec WC sur le palier que l'année dernière, à l'occasion du repressage qu'en a effectué Massacre Records, mais ça faisait déjà un bail (fin 2006 pour être précis) que l'album tournait sur les platines bien informées … Par contre de Massacre Records, plus question. Miss Kitty a signé avec les japonais de Spiritual Beast et semble avoir pris les choses bien en main (pas de blague salace, pas de blague salace …) en s'occupant désormais elle-même du management et de la promo du groupe.

Alors, le Decadence 2009 est-il un bon cru? Je ne vous apprendrai rien en vous disant qu'il a de la cuisse (Rhôôô …), mais sachez par ailleurs qu'il reste d'une très bonne tenue, les fondamentaux de l'album précédent ayant été repris et maintenus à un égal niveau de qualité. Decadence interprète ainsi encore et toujours ce thrash à la suédoise tout à la fois hyper léché, extrêmement mélodique, virulent et véloce. Ces caractéristiques, additionnées au grain acide typique des cordes vocales de Kitty, font de Decadence une sorte de version plus thrash de Arch Enemy. Et le fait que le groupe encouillifit régulièrement sa musique pour flirter avec le mélodeath, tout comme sa propension à nous agiter sans cesse sous le nez une paire de grattes lead expertes et prolixes ne fait qu'accentuer cet état de fait. Sur certains titres ("Silent Weapon", "Strength Of Mind"), le parallèle est franchement criant. Mais le groupe sait également nous montrer d'autres visages, parmi lesquels celui d'un thrash 80's from USA (avec ces choeurs typiques … à 0:54 sur "Challenge" par exemple), celui d'un Death à la mode "Spiritual Healing" ou encore celui d'un métal boosté par une hargne aux relents légèrement hardcore (sur "Challenge" encore). Quoiqu'il en soit ce nouvel album est très clairement placé, une fois encore, sous le signe de guitares conquérantes. Les moments de bravoure où la lead balance des paillettes sur une rythmique galopante sont légions, et à chaque fois la qualité est au rendez-vous. Qu'elles se fassent rock (à partir de 2:00, sur "Challenge"), bluesy (sur la fin de "The Demons Run", vers 2:50), qu'elles se la jouent un poil Maidenienne voire qu'elles lorgnent un instant chez Satriani (…et ça envoie sévère, à 3:24, sur "Silent Weapon"!), c'est chaque fois la fête!

Bref côté son, côté grattes, côté mélodies, sur "Chargepoint" on est particulièrement gâtés, pourvu que l'on aime les carrosseries rutilantes sans tâche de boue sur la calandre. Comme en plus il y en a sous le capot et que le groupe n'hésite pas à pousser régulièrement les rapports sur quelques accélérations bien senties, on prend son pied à regarder le paysage défiler à toute allure. Et c'est avec plaisir que l'on découvre de nouveaux moments de bravoure, notamment le très Arch Enemyien "Silent Weapon" dont la mélodie envoûtante fait irrémédiablement appuyer sur l'accélérateur, ou "Strength of Mind" qui démarre sur un superbe plan épico-mélodique avec lead tournoyante couvrant les arrières de sa comparse rythmique qui déboule à fond de train. C'est d'ailleurs ce même aspect épique - allié à plus de mélancolie cette fois - qui fait de "Be Home When I'm Gone" une autre pièce de choix (Maman cette lead épaulée par une basse discrète mais efficace à 1:04!). Mon impression reste néanmoins un micro poil en-dessous de celle laissée par "3rd Stage Of Decay", la faute à une poignée de morceaux un peu trop chamallow ( "Out of Ashes", et surtout "The Demons Run") et à un effet de surprise moindre. Mais je préfère prendre les devants (Là je pinaille parce qu'avec Kitty, prendre le derrière m'irait tout aussi bien – NDLR: Cyril, tu n'es pas marié sinon?) et étouffer dans l'œuf tout début de déception naissante que pourrait provoquer ce passage de chronique quelque peu douche-froidisant: don't worry, "Chargepoint" reste un album tout à fait recommandable, voire carrément jouissif.

J'avais accordé un 8,5 enthousiaste (il faut savoir se laisser aller à l'impression du moment …) à "3rd Stage Of Decay", les nouveautés thrash mélodique croustillantes n'étant pas légion et l'album renfermant son lot de moments forts et tubesques. "Chargepoint" récolte un petit demi-point de moins pour les raisons sus évoquées (sacré évoquées, toujours dans les bons plans!), tout en gardant une note élevée pour récompenser la très bonne tenue globale de l'ensemble, avec une pensée spéciale pour la nouvelle charrette de morceaux juteux qui finiront sur la compil' "lapin jaune" des bons gros skeuds qui thrashent mamie, ainsi que pour cette savante et jouissive démonstration de maestria guitaristique qui fera le plaisir des amateurs tout du long des 38 minutes que dure l'album. A noter quand même que ceux qui ne jurent que par le thrash evil, basique et mal élevé peuvent retrancher 1 voire 2 points à la note de ce sucre d'orge thrashouillesque.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Decadence
Thrash/death mélodique
2009 - Spiritual Beast
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (10)  7.78/10

plus d'infos sur
Decadence
Decadence
Thrash/death mélodique - 2003 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Discharge
02.   Silent Weapon (For A Quiet War)
03.   Out Of Ashes
04.   Point Of No Return
05.   Strength Of Mind
06.   Fast Forward
07.   Challenge
08.   Be Home When I'm Gone
09.   The Demons Run

Durée : 38:00

line up
parution
14 Octobre 2009

voir aussi
Decadence
Decadence
3rd Stage Of Decay

2008 - Massacre Records
  

Essayez aussi
Darkane
Darkane
The Sinister Supremacy

2013 - Massacre Records
  
Sacramentum
Sacramentum
The Coming Of Chaos

1997 - Century Media
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Deflorate

2009 - Metal Blade
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Nocturnal

2007 - Metal Blade
  
Centinex
Centinex
Decadence
(Prophecies Of Cosmic Chaos)

2004 - Candlelight Records
  

Horrorscope
The Crushing Design
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Affront
Angry Voices
Lire la chronique
Les sacrifices dans le black metal
Lire le podcast
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Deserter
Coils of the Lesser Serpent
Lire la chronique
Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Lire le dossier
H2SO4
British Bangla Testament (EP)
Lire la chronique
Hellish
Grimoire
Lire la chronique
Sakrif'or 2017 / Black Metal Awards
Lire le podcast
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
Urn
The Burning
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Revenant
Prophecies Of A Dying World
Lire la chronique