chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Exodus - The Human Condition

Chronique

Exodus The Human Condition
(Exhibit B)

Le Big Four tombe en ruine et fait peine à voir. Voyez ce tableau désastreux : Metallica, boulanger milliardaire qui multiplie les pains sur scène, compose des albums auxquels il ne croit plus lui-même et qu'il n'est plus capable d'interpréter correctement. Slayer tente de s'auto plagier, rêve même d'y parvenir, mais devient l'ombre de son ombre, fatigué. Megadeth fait illusion en augmentant le tempo, la classe d'antan en moins et Anthrax, intermittent de plus en plus miné, essaie vainement de ne pas mourir dans une dignité toute relative. Le Big Four tombe en ruine et n'a finalement que ce qu'il mérite. Erigé sur une injustice terrible il tourne aujourd'hui au désastre et devient une parodie, des semi retraités à la recherche d'une jeunesse qu'ils ont largement usés. Le Big Four aurait du être Bif Five ou ne pas exister.
Exclu depuis le début, Exodus a vu ses confrères prospérer en proposant un style dont il est l'un des plus éminent fondateur. Toujours dans l'ombre, toujours à la traîne dans les charts, toujours à l'écart, le groupe n'aura jamais intégré ce cercle fermé qu'il aurait pourtant pu constituer à lui seul fort d'un « Bonded By Blood » simplement historique. Les années passent et justice se fait. Pendant que les 4 autres tournent entre eux, du haut de leur majors, sur leur scène gigantesque loin des jeunes loups aux dents longues qui pourraient les menacer, Exodus reste campé dans la fosse, se frotte à la jeune génération et met tout le monde d'accord, de riffs en riffs, d'albums en albums, de prestations en prestations. On a la classe ou on l'a pas !

Le résultat est là, « Death Magnetic » vous attriste, « World Painted Blood » vous ennuie, « We've come for you » vous…vous l'avez oublié, « Endgame » vous a procuré un peu de plaisir,un peu…et « Exhibit B » vous colle simplement une grosse tarte ! Pour ceux qui en doutaient encore, le père Holt a encore plus d'un riff dans sa besace et il en inonde avec une classe folle chaque morceau de cette nouvelle galette. Tout en vélocité, tout en férocité, il donne un cours magistral, une leçon de thrash nerveux, typé et racé qui mérite le respect et suscite l'admiration. Comme d'habitude les compos sont d'une limpidité exemplaire, chaque plan s'emboîte dans l'autre avec une évidence insolente, tout semble logique et la longueur des titres (7 minutes de moyenne) ne gêne aucunement l'écoute de la rondelle. Certains vous diront le contraire, ne les écoutez pas !

Exhibit B est la suite logique d'Exhibit A ( si si !!), pas d'évolution majeure en vue mais un carnage en règle qui ne laisse que très peu de chances à la concurrence, la vieille comme la jeune. Plus sombre que son prédécesseur, plus agressif aussi me semble t-il, l'album frôle la perfection tant chaque musicien maîtrise son sujet. La paire Holt / Altus nous régale, le solo héroique de Gary sur « Beyond The Pale » ou la passe d'armes magistrale et déjantée entre les deux instrumentistes sur le surpuissant « Hammer and Life » raviront l'amateur de 6 cordes qui aura comme d'habitude avec Exodus son lot de petites gâteries guitaristiques dans chaque morceau. La prod aux petits oignons d'Andy Sneap (ça vous surprend ?) permet à la basse de mettre de grosses beignes métalliques et Rob Dukes, hargneux comme rarement, fournit une prestation remarquable. Ses modulations sur les refrains de « Downfall » ou « Hammer and Life » sont autant de preuves de l'étendue du talent du bonhomme. La haine qu'il dégage sur « Class Dismissed » et cette colère à peine contrôlée qu'il hurle sur « Burn Hollywood Burn » sont simplement inquiétantes.

Exhibit B frôle la perfection, la frôle seulement car « Democide », titre au tempo moins enlevé, vient un peu trop calmer nos hardeurs. Alors que la bataille fait rage, que l'auditeur en prend plein sa tête et en redemande le groupe calme le jeu avec ce morceau moyen et mou du genou que rien ne vient réellement sauver, même Dukes est à la ramasse sur le refrain bancal et poussif. Heureusement tout rentre dans l'ordre juste derrière avec le magnifique « The Sun Is My Destroyer », grosse pièce thrash quasi épique de plus de 9 minutes sur laquelle Peter Tagtgren vient hurler la chansonnette pour brutaliser encore un peu la galette. Plus rien n'arrêtera le groupe jusqu'à la fin de l'album que les derniers arpèges mélancoliques du trappu « Good Riddance » concluront en beauté.

25 ans après le fondateur « Bonded By Blood », Exodus est solidement installé sur le devant d'une scène thrash qui n'en fini pas de renaître de ses cendres encore fumantes. Une scène Thrash qui semble t-il n'a plus besoin que de ce Big One historique pour prêcher la bonne parole et montrer à tout le monde LA voie à suivre. Le groupe, contrairement à d'autres, est assurément plus proche de son zénith que de la retraite et pourrait bien avoir accouché de l'album de l'année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Dawa citer
Dawa
12/08/2011 16:51
note: 9/10
Une tuerie cet album ! EXODUS ATTACK AGAIN !!!
Niktareum citer
Niktareum
23/03/2011 10:54
note: 6.5/10
Je suis assez mitigé concernant cet album. Y'a de bonnes intentions, ça tape vite et fort mais je trouve que ça sonne pas vraiment comme du Exodus. J'avais quasi rien écouté du groupe depuis le très bon "Tempo" (à part qqs extraits de "Shovel") et là j'ai parfois l'impression d'entendre du métal moderne à la Devildriver (sur "Downfall" par exemple, qui pourtant est pour moi le meilleur titre de l'album). Les soli sont certes ultra techniques mais ça manque d'âme... et puis j'ai jamais été vraiment fan de Rob Dukes. Bien mais pas top pour moi.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
25/01/2011 09:42
note: 8/10
Antho a écrit : De là à le mettre album de l'année par contre... C'est bien uniquement pour le plaisir d'afficher votre position affirmée de la déconfiture du Big Four.

Au cours d'une année suffisament fournie en albums exceptionnels, "Exhibit B" n'aurait pas eu sa place parmi les meilleurs mais vu le faible niveau affiché en 2011, on va dire qu'il a validé son ticket in extremis! Concernant le Big Four, seul Metallica a vraiment tenu son rang (cf mon report).
Antho citer
Antho
24/01/2011 19:42
note: 8.5/10
J'ai eu ma première vraie prise de contact avec Exodus avec ce dernier opus et je peux vous dire que j'ai sérieusement approfondi le sujet depuis étant donné la qualité du petit dernier.

Pas grand chose à rajouter par rapport à l'avis de Thomas ci-dessous que je rejoins avec un chant un chouïa limité sur le durée qui induit une espèce de redondance tant et si bien que passé le 8e morceau on perd un peu d'identité pour ceux qui suivent.

De là à le mettre album de l'année par contre... C'est bien uniquement pour le plaisir d'afficher votre position affirmée de la déconfiture du Big Four.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
05/07/2010 07:32
note: 8/10
Pas loin d'être d'accord avec toi concernant cet album, même si Rob Dukes est un peu trop limité sur la durée (1h15 ici!) pour moi. Du coffre et de la hargne certes mais quelques variations en chant clair forcé n'auraient pas fait de mal dans le tableau, ce que Zetro aurait sans doute fait à merveille. Vu la longueur des titres, mieux vaut ne pas juger "Exhibit B" sur la foi de 2 ou 3 écoutes, même si Keyser peut effectivement passer son chemin. Meilleur et plus ambitieux que "Exibit A" sinon, il n'y a pas photo et j'ai hâte d'entendre des tueries comme "Beyond The Pale", "Hammer And Life" ou "Downfall" en live. Niveau riffs, c'est carrément impressionnant avec un album dans la droite lignée d'un "Impact Is Imminent" (le riff principal de "Good Riddance" reprend traits pour traits celui du title track d'ailleurs), ça fourmille de bonnes idées, c'est bien brutal comme il faut et rayon leads, la paire Holt/Altus a encore progressé. Parfait ou presque jusqu'à "Nanking" avant un final montagnes russes ("Democide" qui aurait gagné à être plus calme avec son thème mélodique accrocheur, une "The Sun Is My Destroyer" lourdingue et un instru peu mémorable). Probablement le meilleur Exodus depuis le retour du groupe en 2004.
Onizoku citer
Onizoku
04/07/2010 19:51
+1 pour les prestations scéniques, Exodus ne se foutent de la gueule de personne eux au moins, tout comme Testament d'ailleurs...
Suite logique du A en effet, si t'accrochais pas au précédent t'accroches pas à celui-là. Perso j'aime pas Dukes... Zetro reviens. :-D
Häxan citer
Häxan
02/07/2010 21:50
note: 8.5/10
pour moi aucun des 4 n'a sa place dans cette Big Farce, Metallica n'a pas sorti un bon album depuis 22 ans (!!!). Slayer depuis trèèès longtemps aussi et Mustaine me fait peur sur scene, j'ai envie de lui donner un efferalgan tellement ça l'air dur. Le thrash c'est de l'énergie et Exodus en déborde, sur album comme en live, c'est loin d'être le cas des autres.

Moi je préfère Altus avec Exodus, un peu plus chaotique et surtout moins heavy.
Keyser citer
Keyser
02/07/2010 21:27
Bah si c'est dans la même veine qu'Exhibit A, ce sera sans moi tant le nouveau visage d'Exodus m'ennuie au plus haut point. Le dernier bon album c'était Shovel. Exhiibit ça bourrine sec mais ça bourrine dans le vent, impression accentuée par une prod moderne sans âme. Puisque tu compares au Big 4 (Exodus était peut-être là dès le début mais n'a pourtant pas sa place ou alors à la place d'Anthrax haha), Endgame c'est un autre monde pour moi. Enfin bref j'essaierai d'y poser une oreille mais je n'attends rien. Altus a bien plus la classe avec Heathen.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exodus
Thrash Metal !
2010 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  8.13/10
Webzines : (10)  8.06/10

plus d'infos sur
Exodus
Exodus
Thrash metal - 1979 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  The Ballad Of Leonard And Charles
02.  Beyond The Pale
03.  Hammer And Life
04.  Class Dismissed (A Hate Primer)
05.  Downfall
06.  March Of The Sycophants
07.  Nanking
08.  Burn, Hollywood, Burn
09.  Democide
10.  The Sun Is My Destroyer
11.  A Perpetual State Of Indifference
12.  Good Riddance

Durée : 01:14:14

line up
parution
10 Mai 2010

voir aussi
Exodus
Exodus
The Atrocity Exhibition
(Exhibit A)

2007 - Nuclear Blast Records
  
Exodus
Exodus
Let There Be Blood (Réenr.)

2008 - Zaentz Records
  
Exodus
Exodus
Blood In, Blood Out

2014 - Nuclear Blast Records
  
Exodus
Exodus
Shovel Headed Kill Machine

2005 - Nuclear Blast Records
  
Exodus
Exodus
Fabulous Disaster

1988 - Music For Nations
  

Essayez aussi
Hatred
Hatred
Madhouse Symphonies

2008 - Twilight-Vertrieb
  
Gama Bomb
Gama Bomb
Tales From The Grave In Space

2009 - Earache Records
  
Distillator
Distillator
Summoning the Malicious

2017 - Empire Records
  
Delirious
Delirious
Made For The Violent Age

2006 - Armageddon Music
  
Testament
Testament
The New Order

1988 - Megaforce Records / Atlantic Records
  

Album de l'année
Children Of Bodom
Chaos Ridden Years (DVD) (S...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique