chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Destruction - Release From Agony

Chronique

Destruction Release From Agony
Putain qu'est-ce qu'elle est affreuse cette pochette! Destruction n'a jamais été connu pour ses artworks classes mais là c'est le pompon! Rappelons tout de même que nous sommes en 1988 et que c'est tout le charme des années 1980: des covers risibles mais des albums incroyables. Problème, ce Release From Agony ne l'est pas vraiment. Disons aussi qu'il subit l'aura des sorties précédentes du groupe placées au panthéon du thrash.

Car effectivement, Release From Agony a bien du mal à rivaliser avec Infernal Overkill et Eternal Devastation. Du moins chez moi car l'opus jouit malgré tout d'une belle renommée. En ce qui me concerne, il s'agit là d'une déception. Le troisième album de Destruction suit la nouvelle direction prise par l'EP Mad Butcher. Seulement si la courte durée de celui-ci le rendait très efficace malgré une violence mesurée, ce n'est pas tout à fait le cas ici. Comme sur l'EP donc, les Allemands évoluent vers un thrash metal moins sauvage, plus travaillé, mélodique et technique, qui renvoie davantage à ce que font les Américains de la Bay Area qu'aux déchaînements rugueux de leur scène nationale. Le quatuor (rappelons que depuis la dernière sortie, Mike Sifringer fait désormais équipe avec Harry Wilkens et que Olly Kaiser a remplacé Tommy Sandmann derrière les fûts) a toutefois le mérite de ne pas avoir perdu son identité, la signature des Teutons étant reconnaissable dans chaque riff, et de ne pas avoir complètement oublié que le thrash, c'est à fond les ballons que ça se joue. Si le tempo s'emballe donc moins dans l'ensemble, la bande à Schmier a en effet le bon goût de nous offrir encore pas mal de parties de tchouka-tchouka endiablées. Ce, dès le premier morceau "Release From Agony", une fois passée la courte intro mi-acoustique mi-électrique "Beyond Eternity" et son shredding classieux. Ça thrashe sévère sur ce title-track qui remporte sans problème le trophée de tuerie de l'album. Il n'est heureusement pas tout seul puisque "Unconscious Ruins", "Our Oppression", "Survive To Die" (et sa fin surprenante sur un bout du génial "In The Mood" de Glenn Miller!) ou encore la deuxième partie de "Incriminated" comportent eux aussi leur lot de rythmes rapides comme on les aime. Mais vous savez là où Destruction s'est vraiment amélioré? Les solos. Mieux construits, plus mélodiques, plus de feeling, la paire Sifringer/Wilkens s'en donne à cœur joie ici. "Release From Agony" à 3'23 (ça devient carrément orgasmique à 3'47!), le ping-pong à partir de 2'37 sur "Dissatisfied Existence", "Sign Of Fear" à 4'23 qui propose une belle progression, "Incriminated" à 4'41, "Our Oppression" à 3'36, la liste est longue. Et puis il y a bien sûr Schmier qui, de son timbre nasillard et écorché ainsi que ses cris aigus jouissifs (sans oublier sa basse bien présente), pimente les morceaux comme lui seul a le secret. Il y a également tous ces refrains avec backing vocals qui font leur petit effet. On y retrouve d'ailleurs entre autre Mille Petrozza et Ventor de Kreator.

Comme quoi il y a quand même de quoi faire sur cet album, d'où une note élevée malgré la déception. Mais alors d'où vient-elle cette déception? D'une baisse globale d'inspiration déjà. Les riffs sont bons, certains excellents même, mais en deçà de ce à quoi nous a habitué Destruction. Le rythme moins frénétique me parle moins aussi. Combiné à l'inspiration moindre, ça nous donne des baisses de régime et des longueurs qui plombent un peu l'opus. "Sign Of Fear" en est un bon exemple. Ce titre down/mid-tempo aux touches atmosphériques, sombre et menaçant, joue beaucoup sur l'ambiance. Il est d'ailleurs plutôt réussi, à l'image de ces quelques accords de guitare espagnole surprenants. Mais il ne s'avère pas assez prenant et on sent bien passer les presque sept minutes. Et ce n'est pas parce que j'ai forcément besoin de vitesse pour prendre mon pied, la preuve avec ma vénération pour l'énorme "Life Without Sense". Juste que ce morceau finit par être un peu chiant et que ce n'est pas ce que j'attends du combo d'outre-Rhin. Clairement, le côté raw et débridé des premières sorties manquent ici.

Release From Agony n'est évidemment pas un mauvais album. Pris tel quel, il se range même dans les bons albums de thrash avec quelques pépites et une production exemplaire. Mais comme beaucoup de groupes de l'époque à l'approche des années 1990, Destruction devient plus mature et propose désormais un thrash metal plus mélodique, plus varié et plus ambitieux (plus de riffs, des solos mieux construits, des structures plus recherchées...). Mais la maturité n'a pas que du bon et les thrasheurs permanentés de Weil am Rhein se montrent moins convaincants dans cet exercice. Heureusement ça bourre encore pas mal et les passages rapides font remonter l'album dans mon estime, tout comme les excellents solos et un groove certain. Reste que Release From Agony se révèle le moins bon album des Teutons de la première période avec Schmier, lui qui quittera ses partenaires deux ans plus tard. Et à vrai dire, si le groupe sortira d'autres albums corrects, il ne retrouvera jamais le niveau de 1984-1987, seule période qui vaut vraiment le coup chez Destruction. Par rapport à la seconde moitié des 90s où les Allemands se sont complètement perdus en chemin, et même en comparaison des dernières sorties médiocres du groupe, ce Release From Agony reste royal en tout cas!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
29/11/2017 11:28
note: 7.5/10
Parmi mes premiers CD (avant c'était K7 et vinyles), et j'en garde un bon souvenir...qui dit souvenir dit qu'il ne sort plus souvent par contre !
Après les terribles Eternal et Infernal...c'était dur de faire aussi bien faut dire.
Anecdote concernant cette fameuse pochette : j'avais le T-shirt et la petite vingtaine, dans un camping je croise un gosse qui me scrute puis se met à hurler et pleurer ! Haha !
T-shirt qui finira perdu, puis retrouvé dans un fossé en lisière de forêt après avoir été apparemment "rouché" par un sanglier !
xjieffx citer
xjieffx
11/11/2013 13:11
Très bon album de Destruction,si pas le meilleur d'ailleurs...
Et la pochette est super bien foutue pour ma part.
AxGxB citer
AxGxB
11/11/2013 01:11
note: 8/10
Vu dans un bac à 3€ hier après-midi. Je l'ai pris, j'ai hésité et je l'ai reposé. Je n'aurai pas du... Et ouais, chouette pochette qui m'a toujours interpellé.
gulo gulo citer
gulo gulo
14/08/2011 16:39
pas mieux
Ikea citer
Ikea
14/08/2011 11:29
Elle est affreusement bien cette pochette oui ! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Destruction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (5)  7.4/10
Webzines : (8)  7.84/10

plus d'infos sur
Destruction
Destruction
Thrash metal - 1982 - Allemagne
  

tracklist
01.   Beyond Eternity  (01:11)
02.   Release From Agony  (04:44)
03.   Dissatisfied Existence  (04:30)
04.   Sign Of Fear  (06:45)
05.   Unconscious Ruins  (04:27)
06.   Incriminated  (05:22)
07.   Our Oppression  (04:49)
08.   Survive To Die  (05:31)

Durée : 37:20

parution
30 Mai 1988

voir aussi
Destruction
Destruction
Mad Butcher (EP)

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Sentence Of Death (EP)

1984 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Day Of Reckoning

2011 - Nuclear Blast Records
  
Destruction
Destruction
Eternal Devastation

1986 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Infernal Overkill

1985 - Steamhammer Records (SPV)
  

Essayez aussi
One Man Army and the Undead Quartet
One Man Army and the Undead Quartet
The Dark Epic

2011 - Massacre Records
  
Warbringer
Warbringer
Woe to the Vanquished

2017 - Napalm Records
  
Sepultura
Sepultura
Beneath The Remains

1989 - Roadrunner Records
  
Sepultura
Sepultura
Schizophrenia

1987 - Cogumelo Records
  
Tankard
Tankard
Stone Cold Sober

1992 - Noise Records
  

The Haunted
The Haunted
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Cop Skeletons
Cop Skeletons (EP)
Lire la chronique
Zöldïer Noïz / Bestial Nihilism
What Life... What Work ? (S...
Lire la chronique
Netherlands Deathfest III
Lire le dossier
The Crown
Cobra Speed Venom
Lire la chronique
Black Metal : Les pochettes qui rendent aveugle !
Lire le podcast