chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kreator - Coma Of Souls

Chronique

Kreator Coma Of Souls
S’il est un album injustement sous représenté dans les setlists de KREATOR en tournée, c’est bien celui-là. Car si les allemands, pourtant forts d’une riche et longue carrière, déroulent invariablement leur thrash à la fois féroce (« Tormentor », « Pleasure To Kill ») et mélodique (un petit « Voices Of The Dead » pour se reprendre son souffle ?) avec une redoutable efficacité, on ne peut pas dire que l’originalité les étouffe au moment de tirer leurs plus vieilles cartouches. En plus de dix ans et quatre prestations relativement éloignées les unes des autres, j’ai donc dû me contenter de l’indéboulonnable « People Of The Lie » et du title track « Coma Of Souls », parfois sous forme de medley (comme cette année au Hellfest), parfois en version intégrale. A croire qu’il n’y a que ça à sauver sur ce cinquième full length en forme de consécration pour KREATOR, qui marque l’aboutissement stylistique d’un groupe ayant repoussé les limites de la brutalité (l’abattoir insalubre « Pleasure To Kill ») avant de dévier vers des contrées plus expérimentales.

En ce sens, « Coma Of Souls » est assez proche d’un certain « Arise » (qui sortira un an plus tard), KREATOR et SEPULTURA épousant une courbe évolutive similaire même si l’on attendra en vain un véritable retour aux sources thrash de la part des Brésiliens. Grande homogénéité au niveau des compositions, au point que l’on a du mal à sortir un titre du lot tant tout s’enchaîne à merveille, même lissage au niveau d’une production signée Randy Burns (MEGADETH) permettant à KREATOR de frapper aussi fort que des Américains mieux lotis à l'époque niveau conditions d'enregistrement, l’aspect raw des premiers efforts studio n’étant plus qu’un (bon ?) mauvais souvenir. On y reviendra. Outre des progrès sensibles dans ce domaine, ce qui frappe d’entrée, c’est ce sentiment que le combo d’Essen atteint son pic de forme sur dix compositions tournées vers l’offensive (« World Beyond » et « Twisted Urges », deux short cuts en forme d’exécution sommaire), quand bien même les Allemands ont appris à varier un minimum les tempis pour ne pas saouler de coups des auditeurs encore sous le choc de l’agression frontale « Pleasure To Kill ». L’opening track « When The Sun Burns Red » concentre à elle seule toute la panoplie thrash déployée par KREATOR sur ce cinquième full length caressant les amateurs de speederies en tous genres dans le sens du poil : une fois la minute introductive habituelle expédiée (arpèges, guitare acoustique et leads mélo de rigueur), la boucherie ouvre grand ses portes avec promotion spéciale sur toupa toupa endiablé, hurlements de bête blessée jetée sans ménagement sur l’étal et riffs en acier trempé proposés à la découpe. La charge est telle qu’on se prend même à trouver ce « Coma Of Souls » encore plus rapide que les déjà bien fast and furious « Terrible Certainty » et « Extreme Aggression » ! Heureusement pour les fines bouches, l’écueil de la linéarité speed est évité avec ce qu’il faut de breaks assassins et de mid tempis brise nuque faisant du bien aux cervicales, de l’hymne « People Of The Lie » à la fronde finale « Mentale Slavery ». Dans le même ordre d’idée, le démarrage très heavy de « Terror Zone », qui évoque fortement IRON MAIDEN, vient aérer un programme qui vire rapidement au catalogue de riffs géniaux venus d’ailleurs, la fantastique « Coma Of Souls » donnant le tournis dans ce domaine avec un enchaînement de plans tous plus radicaux les uns que les autres. Et c’est loin d’être la seule ! Ecouter un peu « Material World Paranoia », sa furia lead dès les premières mesures avant la démonstration de force d’un KREATOR parvenu à son apogée thrash avec l’arrivée de Frank Gosdzik à la six-cordes pour s'en convaincre ...

Car si l’ex-fine lame de SODOM (notamment sur « Agent Orange ») fera pâle figure sur « Renewal » et surtout « Cause For Conflict », le successeur de Tritze donne tout sur un « Coma Of Souls » qui ne souffre plus de l’affliction solis slayeriens mal branlés qui tirait les premiers opus vers le bas. Combiné à une maîtrise grandissante de l’art de la guerre thrash à l’allemande, tout concoure à faire de « Coma Of Souls », gros succès en son temps, un indispensable de l’abondante discographie de KREATOR. D’ailleurs, au moment de revenir sur le terrain avec du matériel old school (« Violent Revolution »), Mille Petrozza ne s’y est pas trompé et s’est logiquement appuyé sur cet album pour repartir de l’avant, tout en accentuant le côté mélodique et progressif de certaines parties. Alors, « Coma Of Souls », meilleur album de KREATOR ? Ça se discute comme dirait un animateur du sévice public poudré jusqu’aux yeux, le caractère sans foi ni loi d’un « Pleasure To Kill » ayant tout de même son charme et le manque de basses faisant regretter le rendu un peu trop propret de l’ensemble, un peu à l’image des plus récents « Violent Revolution » et « Enemy Of God ». Manque de classiques? Trop plein d'excellents titres plutôt, qui oblige (vraiment?) le groupe à faire une croix sur des pièces de premier choix ("Agents Of Brutality", "When The Sun Burns Red") qui mériteraient un bien meilleur sort que l'oubli dans lequel on les cantonne.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
23/08/2017 22:46
note: 9.5/10
Les Américains ont Seasons In The Abyss et Rust In Peace, les Allemands ont Agent Orange et Coma Of Souls épicétou...

Vus live moult fois depuis 95, jamais déçu, d'ailleurs parmi les anciens, ce sont les seuls qui envoient systématiquement la purée sans faiblir, tous leurs albums sont de bons à excellents, vive Kreator!
MaxKreator_MT citer
MaxKreator_MT
07/02/2016 01:56
note: 9/10
La meilleure de Kreator c'est The Pestilence hé :P
Invité citer
LE MOUSTRE
02/12/2011 19:43
Super album, c'est vrai. un poil aseptisé au niveau du son quand même, trop propre, quoi !
@ darknico : tout le monde sait que c'est "Blind Faith" la meilleure de Kreator ! Clin d'oeil
Seb57 citer
Seb57
01/12/2011 22:47
Un des albums de Kreator et de thrash Allemand que je préfère !! Culte !!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
01/12/2011 20:38
note: 9/10
Hé hé, c'est vrai qu'elle tape bien! J'adore le cri de Petrozza passé le 1er riff, dantesque!
Dark Nico citer
Dark Nico
01/12/2011 18:24
note: 9/10
"When The Sun Burns Red" avec son intro est LA meilleure chanson de Kreator :-)
J'adore avoir des avis tranchés et définitifs comme cela !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kreator
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (15)  8.93/10
Webzines : (11)  8.72/10

plus d'infos sur
Kreator
Kreator
Thrash - 1984 - Allemagne
  

tracklist
01.  When The Sun Burns Red
02.  Coma Of Souls
03.  People Of The Lie
04.  World Beyond
05.  Terror Zone
06.  Agents Of Brutality
07.  Material World Paranoia
08.  Twisted Urges
09.  Hidden Dictator
10.  Mental Slavery

Durée : 44:45

line up
voir aussi
Kreator
Kreator
Endorama

1999 - Drakkar Entertainment
  
Kreator
Kreator
Cause For Conflict

1995 - Gun Records
  
Kreator
Kreator
Outcast

1997 - Gun Records
  
Kreator
Kreator
Terrible Certainty

1987 - Noise Records
  
Kreator
Kreator
Enemy Of God

2005 - SPV
  

Essayez aussi
Razor
Razor
Violent Restitution

1988 - Steamhammer Records (SPV)
  
Morbid Saint
Morbid Saint
Spectrum Of Death

1990 - Avanzada Metálica
  
Tankard
Tankard
One foot in the Grave

2017 - Nuclear Blast Records
  
Sacred Reich
Sacred Reich
The American Way

1990 - Metal Blade Records
  
Slammer
Slammer
The Work Of Idle Hands

1989 - WEA
  

Spellbound
Incoming Destiny
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast