chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kreator - Violent Revolution

Chronique

Kreator Violent Revolution
Tous ceux qu’on a biberonné au thrash dans leur prime jeunesse sont passés par là : après une glorieuse décennie 80's caviardée de chef d’œuvres en veux-tu en voilà, il a fallu se manger la traversée du désert des années 90. Un genre dépassé en puissance et en force de frappe. Des seconds couteaux qui splittent par palettes de douze. Des patrons aux abois, ne sachant plus dans quelle chapelle piocher pour s’attirer les faveurs d’un public ne jurant plus que par MACHINE HEAD et « Ratamahatta ». SLAYER se dopant au hardcore pour faire bonne figure, FORBIDDEN qui se saborde en virant power sur l’infâme « Green ». Quelques uns sauvent l’honneur comme OVERKILL, fidèle à ses racines old school. Mais si la greffe death prend plutôt pas mal chez TESTAMENT, les géniteurs de « The Gathering » y perdent un peu de leur identité. Bref, on a beau chercher, difficile de trouver trace d’un album de thrash mémorable avant le premier THE HAUNTED en 1998. Pourtant, un an plus tard, KREATOR en est encore à se demander ce qu’il peut bien faire en première partie de MOONSPELL, à endormir le public à grand renfort de berceuses (« Outcast », « Black Sunrise ») plutôt de déterrer un bon vieux « Under The Guillotine ». Finalement, le seul bon souvenir laissé par « Endorama » sera le retour du batteur originel, Jurgen « Ventor » Reil.

C’est dans ce contexte gris sombre pour le genre qu’intervient la résurrection d’un KREATOR au line-up presque stable, le bassiste Christian Giesler ayant miraculeusement survécu à la période de vaches maigres du combo d’Essen. Quant au poste ô combien important de soliste, exit Tommy Vetterli au profit de l’excellent Sami Yli Sirniö, barré de chez WALTARI avant que Kärsty Hatakka ne pète son câble electro pop. En dehors de ça, tout semble rentré dans l’ordre : le démon de l'adolescence pointe à nouveau sa sale trogne cornue pour une déclinaison rouge sang de la pochette de « Coma Of Souls » et au-delà du titre vindicatif de rigueur, tout est clarifié dès l’opener. « Reconquering The Throne », sa rythmique mid-speed et ses gueulantes du diable remettent illico les pendules à l’heure, pour ce qui s’annonce comme une relecture jouissive d’un des meilleurs KREATOR pré-« Renewal ». « Coma Of Souls » donc, auquel « Violent Revolution » ressemble beaucoup sans donner pour autant dans la copie conforme. L’expérience aidant, KREATOR nous livre ici un contenu plus réfléchi et maîtrisé que sur ses premières sorties. Moins frénétique, plus porté sur la mélodie et les tempi modérés, « Violent Revolution » est une sorte de meilleur des deux mondes, combinant la puissance brute des vieilles productions et les velléités progressistes des mal aimés qui suivront. Le tout combiné avec ce qu’il faut de savoir faire et de roublardise pour embarquer le public à l’aide d’hymnes maison (« Violent Revolution », Servant In Heaven/King In Hell »). Certes, les ficelles sont parfois un peu grosses et on aurait volontiers aéré l’ensemble d’un ou deux morceaux superflus (la prévisible « Second Awakening », une « Slave Machinery » agréable sans plus) mais dans l’ensemble, excepté une longueur inhabituelle pour le genre, l’album ne souffre que peu de défauts.

Surtout, KREATOR a le mérite d’initier un mouvement salutaire dans une sphère metal où bon nombres de formations commencent à se lasser d’expérimenter à tout va. Le bon album au bon moment ? Entre la volonté d'accoucher de classiques et la réalité, les forceps sont souvent de sortie. Principal artisan du retour aux affaires, Mille Petrozza a d’autant plus de mérite d’avoir réussi son coup. Difficile de résister aux salves imparables d’une « All Of The Same Blood », au démarrage façon jugement dernier de « Bitter Sweet Revenge » ou à la charge finale de « System Decay ». Magnifiés par les soli diaboliques d’efficacité de l’ange blond (« Mind On Fire »), les riffs de tueur sont de sortie sur ce qui reste un des meilleurs titres de KREATOR toutes périodes confondues : passé un démarrage acoustique bien traître (c’est là qu’on se remémore, la larme à l’œil, notre première écoute de « Fight Fire With Fire »), on a à peine eu le temps de se réjouir de s’être rabiboché avec un vieux pote d’enfance que KREATOR carbure à pleine puissance sur une « Replicas Of Life » d’anthologie. Toupa toupa endiablé, lignes mélodiques enivrantes et cadence infernale, tous les éléments du classique instantané surgi de nulle part sont réunis pour prouver que non, le meilleur de KREATOR ne se trouve pas forcément derrière. Comme c’est avec les vieux potes qu’on se prend les meilleures mines, on sortira régulièrement du placard ce « Violent Revolution » carré, violent, rapide et inspiré. Plus de dix ans après sa sortie, le statut d’indispensable de leur discographie s’en trouve renforcé. Pourtant, le groupe n’a pas démérité sur « Enemy Of God » (jeu de contraste accentué entre mélodie et brutalité) et « Hordes Of Chaos » (retour à un son plus brut). Question de timing sans doute car à l’époque, « First Strike Still Deadly » (TESTAMENT) et « Morning Star » (ENTOMBED) m’avaient fait le même effet bœuf.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

TyrannyForYou citer
TyrannyForYou
01/05/2014 11:34
Leur dernier bon album pour moi, la prod' en béton aide bien en cela.
But citer
But
29/04/2014 18:13
note: 8.5/10
Ptin je me souviens de la découverte de l'album pendant la tournée avec Cannibal Corpse et Krisiun en 2001, quel choc !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
29/04/2014 17:43
note: 8.5/10
LANGOUSTE a écrit : D'accord avec la chro, mon préféré après Pleasure to Kill. Par contre je vois pas ce que tu as contre Second Awakening, elle est énorme ! Moi c'est plutôt System Decay que j'enlèverais.

"Second Awakening" n'est pas mauvaise, je la trouve juste en dessous des autres morceaux rapides. Son refrain est un poil faiblard mais le riff principal reste bien sympa.
von_yaourt citer
von_yaourt
29/04/2014 16:00
note: 9/10
Sans doute mon Kreator préféré, un chouilla devant Coma Of Souls et Pleasure To Kill. Cet album m'a toujours fait pensé à ce que serait du death mélodique suédois si ce genre avait un jour eu des couilles. Le DVD live qui a suivi était exceptionnel.

C'est de très loin le meilleur album du retour en grâce de kreator, même si Enemy Of God n'est pas mal non plus et que le dernier album a l'air de vouloir être un Violent Revolution bis. Bon par contre Hordes Of Chaos c'est un immonde étron, je préfère encore leurs errements des années 90.
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
29/04/2014 15:31
D'accord avec la chro, mon préféré après Pleasure to Kill. Par contre je vois pas ce que tu as contre Second Awakening, elle est énorme ! Moi c'est plutôt System Decay que j'enlèverais.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kreator
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  8.46/10
Webzines : (19)  8.16/10

plus d'infos sur
Kreator
Kreator
Thrash - 1984 - Allemagne
  

tracklist
01.  Reconquering The Throne
02.  The Patriarch
03.  Violent Revolution
04.  All Of The Same Blood
05.  Servant In Heaven/King In Hell
06.  Second Awakening
07.  Ghetto War
08.  Replicas Of Life
09.  Slave Machinery
10.  Bitter Sweet Revenge
11.  Mind On Fire
12.  System Decay

Durée : 63:35

line up
voir aussi
Kreator
Kreator
Endorama

1999 - Drakkar Entertainment
  
Kreator
Kreator
Hordes Of Chaos

2009 - SPV
  
Kreator
Kreator
Pleasure To Kill

1986 - Noise Records
  
Kreator
Kreator
Cause For Conflict

1995 - Gun Records
  
Kreator
Kreator
Coma Of Souls

1990 - Noise Records
  

Essayez aussi
Nuclear Assault
Nuclear Assault
Game Over

1986 - Combat Records
  
Dew-Scented
Dew-Scented
Issue VI

2005 - Nuclear Blast Records
  
Mortal Scepter
Mortal Scepter
As Time Sharpens The Sentence (EP)

2015 - Unspeakable Axe Records
  
Sacred Reich
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)

1988 - Metal Blade Records
  
Ripper
Ripper
Experiment Of Existence

2016 - Unspeakable Axe Records
  

Despise You / Agoraphobic Nosebleed
And On And On ... (Split-CD)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast