chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

High On Fire - Luminiferous

Chronique

High On Fire Luminiferous
Amateurs de Snakes for the Divine, bandez tout ce que vous voulez ! High On Fire est de retour plus dur que jamais avec Luminiferous, album succédant à l'un peu trop timoré De Vermis Mysteriis. Oubliez les concepts un peu fumeux – bien que présents ici par des histoires de voyage au Pérou ayant marqué Matt Pike, celles-ci sont racontées désormais par le fer et les muscles – ou encore les tracklists « hit and miss » de certains longue-durées des Ricains, ici pleinement fidèles à l'image qu'on aime se donner d'eux : celle d'un Conan en guerre, fier, roublard, guidé par le sang de ses ennemis à verser et le sien à faire vibrer. L'ultrametal au cœur.

En effet, Luminiferous est peut-être bien ce que High On Fire a fait de mieux dans sa longue carrière. Sans invalider d'autres œuvres fortes en sensations comme Blessed Black Wings – la troupe de Matt Pike est de celles qui, comme Bolt Thrower, donnent l'impression de toucher une certaine perfection le long de leur discographie –, ces nouvelles cinquante-quatre minutes tiennent si fermement cette ambiance de mystique partagée la hache au vent qu'elles ne font jamais redescendre. Dès la furieuse « The Black Plot », le trio paraît se donner corps et âme à ses rêves de combattants aux membres disproportionnés, à commencer par ce chant fiévreux, gourmand de luttes contées les lèvres pleines d'appétit. On en a vécu des rencontres avec des impitoyables mercenaires dans le metal, de ceux qui font le concours à qui sera le plus barbare, bourré, bourru ou impressionnant : considérez-les désormais au mieux comme bon second, les hauts en feu se lançant dans la bataille avec une telle exubérance, que ce soit dans son centre (les brûlots « Carcosa » et « The Sunless Years » par exemple) ou en la contemplant de leurs yeux émerveillés (les belles et sanglantes « The Falconist » et « The Cave », véritables ballades de Cimmérien), qu'ils font s'imaginer compagnon de fortune tombant dans une joie sadique à trancher au sein d'un décor sauvage, dru, filmé par John Milius.

Plus qu'une compilation de riffs headbanguants (qui vous feront vite acheter de nouveaux feuillets si vous commencez à vouloir les noter), de détours amenés avec intelligence (Ahah, cette blague ! Le cerveau se trouve dans les biceps maintenant ?) ou de choix artistiques fameux (des crânes et des yeux rouges : autre chose ?), c'est bien cette grâce toute metal qui compte ici, celle qui ne fait voir la lumière que dans l'enflammé et la beauté dans l'image d'une prairie indifférente aux cadavres saignant sur elle. Bien sûr, tout est déjà connu chez High On Fire, de son mélange entre stoner, thrash et doom faisant se rejoindre des formations tutélaires aussi différentes que Slayer et Mötorhead à ces plaisirs d'Ostrogoth qu'il aime donner en long et large : il s'affirme cependant comme l'un des seuls à même de magnifier ces choses comme elles demandent à l'être, par des proportions monumentales sans aucune retenue dans leurs coups secs (« Slave the Hive ») ou des peintures du chaos grignotant la totalité du monde (le final « The Lethal Chamber », menaçant jusqu'à ses derniers instants). Une générosité inattendue tant elle est rare, dont seuls peuvent se targuer, à part les Ricains, les précieux Horn of the Rhino – ce qui est loin d'être un hasard pour qui les a déjà écoutés.

Tout à prendre et rien à jeter sur Luminiferous ! S'il manque ici un « To Cross the Bridge » ou « Snakes for the Divine » pour asseoir définitivement la suprématie de High On Fire, son déroulement constamment tendu où les baisses de rythme ne se font pas en régime ainsi que des instruments épiques en toutes occasions, d'un Matt Pike bestial à une batterie tenue par Des Kenzel prenant souvent la part du lion, font qu'il ne faut pas passer à côté de lui. De quoi donner à son quotidien des allures d'épopée écrite par Robert E. Howard, incertaine et aventureuse. Ô combien plus vivante.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

gregwar citer
gregwar
03/01/2017 10:33
je viens de l'écouter une fois et j'ai bien envie de le réécouter d'ici peu. classique et sans surprise pour qui connait déjà un peu le groupe mais vraiment excellent.
gulo gulo citer
gulo gulo
07/07/2015 12:21
note: 8.5/10
Snakes for the Divine lui prête son fauteuil pour y poser un coin de fesse.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
High On Fire
Stoner / Thrash Metal
2015 - eOne
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (27)  8.1/10

plus d'infos sur
High On Fire
High On Fire
Stoner / Thrash Metal - 1998 - Etats-Unis
  

vidéos
The Black Plot
The Black Plot
High On Fire

Extrait de "Luminiferous"
  

tracklist
01.   The Black Plot
02.   Carcosa
03.   The Sunless Years
04.   Slave the Hive
05.   The Falconist
06.   The Dark Side of the Compass
07.   The Cave
08.   Luminiferous
09.   The Lethal Chamber

Durée : 54 minutes 1 seconde

line up
parution
23 Juin 2015

voir aussi
High On Fire
High On Fire
Snakes For The Divine

2010 - Century Media Records
  
High On Fire
High On Fire
De Vermis Mysteriis

2012 - Century Media Records
  

Exodus
Let There Be Blood (Réenr.)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast