chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Atheist - Piece Of Time

Chronique

Atheist Piece Of Time
Alors que tout le monde dans l’équipe s’affole pour compléter à la dernière minute le bilan de fin d’année, s’assurant ainsi d’y faire figurer ces quelques oubliés de 2015 pourtant dignes d’intérêt, je reviens contre toute logique sur un classique qui n’avait malheureusement pas encore trouvé sa place sur Thrashocore. Il s’agit de l’excellent Piece Of Time, premier album des Américains d’Atheist sorti en 1989 (1990 pour les Etats-Unis via Death Records). Ce dernier vient poser les bases de ce que l’on qualifiera par la suite de Death Metal technique. Un genre qui n’en est alors qu’à ses tous premiers balbutiements mais qui semble déjà florissant puisque rien qu’en Floride, l’état dont est originaire Atheist, d’autres jeunes formations s’engagent également dans cette voie. Parmi eux, Death, Cynic et Nocturnus.

L’histoire d’Atheist débute officiellement en 1988 avec la sortie de sa première démo intitulée Beyond. Pourtant, il faut remonter quelques années en arrière pour en saisir les véritables fondements. En effet, c’est en 1984 que tout commence avec la formation d’Oblivion par Kelly Shaefer et Steve Flynn. Très vite le groupe va changer de patronyme, préférant ainsi dès 1985 et l’arrivée de Roger Patterson opter pour celui de R.A.V.A.G.E. (Raging Atheists Vowing A Gory End). Après quelques démos et un split, les Américains décident pourtant de changer à nouveau de nom, préférant la puissance évocatrice du mot Atheist dans un pays (et un état) que l’on sait très porté sur la foi.
Piece Of Time est donc le premier album des Floridiens et le seul à réunir le line-up d’origine puisque malheureusement le bassiste Roger Patterson décèdera d’un accident de la route quelques mois seulement avant la sortie d’Unquestionable Presence. Réédité à plusieurs reprises, je m’attarderai pour ma part sur l’édition Relapse de 2005 qui comprend un certain nombre de bonus. On retrouve ainsi, en plus des neuf morceaux constituants ce premier album, l’intégralité de la première démo d’Atheist sortie en 1988 (Beyond) accompagnée d’autres vieilleries de la période R.A.V.A.G.E. avec pour commencer le titre "Hell Hath No Mercy" présent sur la démo du même nom et enfin On We Slay, démo trois titres sortie en 1987. De quoi compléter comme il se doit les trente-deux minutes initiales de ce Piece Of Time.

S’il est établit sans contestation possible qu’Unquestionable Presence reste à ce jour le meilleur album d’Atheist (désolé, mais comme mon ancien confrère, je resterai marqué à vie par "Your Life’s Retribution"), Piece Of Time n’a certainement pas à rougir de la comparaison. Vingt-sept ans plus tard, ce dernier n’a même pas pris une ride. Tout juste percevons-nous les relents d’une production que l’on pourrait aujourd’hui juger rachitique (et encore, cette réédition bénéficie d’un remastering plus que convenable). Mais c’est bien là le seul indice laissé par Atheist sur la date de conception de cet album tant sa musique continue de traverser les âges avec une facilité déconcertante.
Bien que Piece Of Time soit l’album le plus accessible et finalement le plus en phase avec la scène de l’époque (on peut encore y percevoir un grand nombre de relents Thrash), il porte déjà en lui toute l’originalité et la personnalité d’Atheist. Cette identité bien trempée réside dans la construction complexe et tout à fait originale (du moins pour l’époque) de chacune de ces neuf compositions. Une vision que l’on imagine sans mal empruntée à la musique Jazz et à cet esprit de liberté et d’expérimentation qui caractérise le genre. C’est pourquoi il n’y a rien d’étonnant à lire dans le livret de cette réédition que ces titres se sont tous construit autour des lignes de basse absolument incroyables du regretté Roger Patterson. D’une rondeur dynamisante, ces notes et patterns livrés avec ingéniosité viennent apporter une franche originalité en plus d’un groove et d’une frénésie tout à fait galvanisante. Mais si la qualité du doigté de l’Américain ne fait aucun doute dans l’élaboration de ces compositions, la musique d’Atheist n’en reste pas moins un véritable travail d’équipe. Peut-on imaginer une seule seconde les nombreuses prises de têtes nécessaires à la conception de ces titres dont la fluidité n’a pourtant d’égale que cette grande complexité qui les caractérise ? Rien n’est ici laissé au hasard, chaque riff, chaque frappe, chaque note, chaque ligne de chant poursuit un seul et même but bien définit. Un objectif bien plus grand qui n’existe que par la somme de tous ces instruments joués avec une dextérité hallucinante (rappelez-vous, le Death Metal n’a à l’époque que quelques années d’existence).

A des années lumières de l’esprit radical et primitif de la scène scandinave ou bien du côté plus lourd et massif de ses homologues américains, Atheist se joue d’un éventail de subtilités toutes plus inventives les unes que les autres. La notion de rythme est ici extrêmement importante et constitue l’une des bases essentielles de son Death Metal. En mutation perpétuelle, la musique d’Atheist ne cesse d’aller de l’avant, de progresser vers des sonorités ou des passages complètement inattendus, parfois même déstabilisants tant ils n’ont rien à voir avec ce qui se passait quelques secondes auparavant (ce break incongru à 3:38 sur "Piece Of Time" ou bien celui de "Unholy War" à 1:26...). Kelly Shaefer et Rand Burkey, s’ils se "contentent" d’apposer leurs riffs sur la basse de Roger Patterson, font néanmoins un travail tout à fait remarquable. Les deux garçons tricotent et détricotent au gré de leurs envies, avec célérité ou bien plus posément, de façon complexe ou bien le plus naturellement du monde. Un travail remarquable car rien n’est sacrifié sur l’autel de la technique ou de l’efficacité. Non, il s’agit plutôt d‘une combinaison parfaitement équilibrée et juste qui rend chaque composition de Piece Of Time absolument parfaite. D’autant qu’en matière de solos mélodiques, le duo n’avait déjà à l’époque de leçons à recevoir de personne. Un niveau et une aisance insolente couplée à un feeling incroyable rendant chaque exercice de ce style jouissif et donc indispensable.
Ce qui distingue ce premier album de ses successeurs c'est donc, comme évoqué plus haut, le poids de ces origines Thrash encore particulièrement présentes. Des titres tels que "Beyond" ou "Life" s’en font d’ailleurs l’écho d’une manière assourdissante (en même temps il n’y a rien d’étonnant à cela puisqu’il s’agit de titres issus de la première démo datant de 1988). Sans aller jusqu’à dire que cela est étonnant (et oui, nous ne sommes qu’en 1989), on se surprend tout de même à entendre ces quelques séquences que l’on pourrait juger bien trop primaires et simplistes pour un groupe tel qu’Atheist. Surtout pour quelqu’un comme moi qui a longtemps fait l’impasse sur ce disque, se contenant (bêtement) d’Unquestionable Presence. Ces influences Thrash permettent également d’expliquer l’un des éléments les plus décriés au sujet d’Atheist, le chant. Pour ma part, je ne trouve absolument rien à lui reprocher. Au contraire, la voix âpre de Kelly Shaefer apporte un je-ne-sais-quoi de nervosité supplémentaire aux compositions du groupe tout en marquant un peu plus profondément son identité. Tous ces éléments conjugués font de Piece Of Time un album en avance sur son temps, à mille lieux de ce qui se faisait à l’époque et le signe que beaucoup de choses étaient encore à explorer.

Concernant les bonus, ceux-ci sont présentés de façon antéchronologique avec pour commencer « Beyond », seule et unique démo d’Atheist parue en 1988. Quatre des cinq titres présents sur cette cassette seront plus tard repris sur Piece Of Time, il s’agit de "On They Slay", "Beyond", "Life" (ici appelé "Choose Your Death") et "No Truth" que l’on retrouve présentées dans des versions naturellement plus rudimentaires. "No Truth" est ainsi amputé de ses nappes de synthétiseur et de cette mélodie acoustique, le son est beaucoup plus approximatif. A l’inverse, le chant de Kelly Shaefer parait nettement plus agressif. Une impression d’ailleurs généralisée à l’ensemble de cette démo qui a dû en faire bander plus d’un à l’époque. L’aspect technique, sans être mis de côté, est nettement moins mis en avant (à l’exception de cette basse sur l’excellent "Brain Damage") et la nature plus primitive de l’enregistrement et des compositions donnent à cette démo des faux-airs de Repugnant avant l’heure.
"Hell Hath No Mercy" prend la suite sur un rythme soutenu et déjà beaucoup plus binaire. Les influences Thrash sont perceptibles de toutes parts même si le groupe aborde tout de même les choses d’une manière plus brutale. Sorti en 1987 sous le nom de R.A.V.A.G.E., ce titre ne présage pas spécialement des prédispositions d’Atheist en matière d’architecture plus complexe ni ne laisse fuiter de quelques influences Jazz. Non, les choses sont alors nettement moins travaillées et approfondies qu’elles ne le seront deux ans plus tard mais à cela rien de vraiment surprenant néanmoins.
Les trois derniers titres sont quant à eux issus de la démo On We Slay sortie également en 1987. On retrouve ainsi "On They Slay" et "Brain Damage" dans leurs toutes premières versions ainsi qu’un titre inédit intitulé "Undefiled Wisdom". La qualité de l’enregistrement est plutôt bonne et bien évidemment, le constat est le même que juste au-dessus. Un Death/Thrash frontal et agressif plus enclin à frapper fort qu’à offrir ce niveau de subtilités et de richesses qualifiant Piece Of Time.

Produit par Scott Burns aux Morrisound Studios, illustré par Ed Repka et né de l’imagination d’un groupe originaire de Tampa en Floride à la fin des années 80... Ce premier album d’Atheist porte beaucoup des stigmates de cette époque artistiquement riche pour le Death Metal. Ceci étant dit, Piece Of Time semble déjà complètement à part dans le paysage musical de l’époque, que ce soit aux Etats-Unis et surtout en Europe où le disque sortira un an auparavant. Car si on y perçoit les éléments Thrash témoignant d’une époque où le Death Metal n’en était encore qu’à l’état de concept, on y distingue surtout ces sonorités qui feront toute la personnalité d’Atheist. Une approche complètement nouvelle et surtout très éloignée de ce que proposent les autres groupes à travers le monde en mettant en avant des constructions complexes, des influences Jazz évidentes, des sonorités moins frontales, plus subtiles et mélodiques, un chant éloigné de ce growl si caractéristique etc. Un parti pris saisissant pour un groupe qui en l’espace de seulement deux ans a su faire murir sa musique d’une manière absolument incroyable (quelle progression entre 1987 et 1989 !). En avance sur son temps, Atheist a offert au Death Metal la possibilité de toute suite ne pas s’enfermer dans une seule et même approche. A ce titre, il est avec Death l’un des groupes les plus emblématiques que la scène ait porté. Absolument indispensable.

DOSSIERS LIES

Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
22/01/2016 08:47
note: 9.5/10
Je me disais, depuis la publication, mais quand est-ce qu'il va commenter cette chronique Mr Green Voilà, c'est fait. Merci pour le lien en tout cas Clin d'oeil
von_yaourt citer
von_yaourt
21/01/2016 18:06
note: 9/10
Un album magistral, très hargneux pour l'époque (dans les tempos d'un Altars Of Madness) mais superbement bien composé et franchement bluffant, en plus d'être à la base avec Death, Nocturnus et Pestilence, de tout un courant du death metal.

D'ailleurs j'ai lié la chro au dossier death technique ! Clin d'oeil
uberallescalifornia citer
uberallescalifornia
13/01/2016 18:40
note: 4/10
acheté à sa sortie, il a très vite rejoint le placard des oubliés, puis je l'ai revendu quelques années plus tard. aucun regret.
AxGxB citer
AxGxB
13/01/2016 09:23
note: 9.5/10
Norn a écrit : Yes !

T'enchaines avec "Elements" (mon préféré perso) ?

Quant à Keyser, ignorons-le et partons comme des princes...


Enchaîner non, mais je m'en chargerai un de ces quatre.
A l'inverse, ce n'est pas mon préféré des trois premiers.

Quant à Keyser, il est en effet dans l'erreur mais bon, personne n'est parfait.
Keyser citer
Keyser
12/01/2016 19:31
AxGxB a écrit : Keyser a écrit : Beurk Mr Green

Mais non... Tu l'as écouté celui-ci au moins? Mr Green


Y'a plus de 10 ans ouais quand on m'avait conseillé Atheist, Cynic et compagnie... pas du tout aimé.

@Norn: t'as de la chance d'avoir un bel avatar toi Moqueur!
Norn citer
Norn
12/01/2016 19:27
Yes !

T'enchaines avec "Elements" (mon préféré perso) ?

Quant à Keyser, ignorons-le et partons comme des princes...
AxGxB citer
AxGxB
12/01/2016 18:19
note: 9.5/10
Keyser a écrit : Beurk Mr Green

Mais non... Tu l'as écouté celui-ci au moins? Mr Green
Keyser citer
Keyser
12/01/2016 17:27
Beurk Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atheist
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (12)  8.54/10
Webzines : (8)  8.19/10

plus d'infos sur
Atheist
Atheist
Techno-death/thrash - 1988 - Etats-Unis
  

formats
  • CD / 1989 - Active Records
  • CD / 2005 - Relapse Records

tracklist
01.   Piece Of Time  (04:32)
02.   Unholy War  (02:18)
03.   Room With A View  (04:05)
04.   On They Slay  (03:37)
05.   Beyond  (02:59)
06.   I Deny  (03:59)
07.   Why Bother?  (02:55)
08.   Life  (03:11)
09.   No Truth  (04:36)
10.   No Truth  (04:00)
11.   On They Slay  (03:52)
12.   Choose Your Death  (03:19)
13.   Brain Damage  (04:42)
14.   Beyond  (03:15)
15.   Hell Hath No Mercy  (03:04)
16.   On They Slay  (04:04)
17.   Brain Damage  (04:48)
18.   Undefiled Wisdom  (04:27)

Durée : 67:43

line up
parution
30 Août 1989

voir aussi
Atheist
Atheist
Elements

1993 - Music For Nations
  
Atheist
Atheist
Jupiter

2010 - Season Of Mist
  
Atheist
Atheist
Unquestionable Presence

1991 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Vanhelgd
Vanhelgd
Relics Of Sulphur Salvation

2014 - Pulverised Records
  
Hellspawn
Hellspawn
The Great Red Dragon

2012 - Wydawnictwo Muzyczne Psycho
  
Skelethal
Skelethal
Interstellar Knowledge Of The Purple Entity (EP)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Obituary
Obituary
Inked In Blood

2014 - Relapse Records
  
Cemetary
Cemetary
An Evil Shade Of Grey

1992 - Black Mark Productions
  

Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique