chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Skeleton Wolf - Skeleton Wolf

Chronique

Skeleton Wolf Skeleton Wolf
Si vous n’avez jamais entendu parler jusqu’ici de Skeleton Wolf rassurez-vous, vous n’êtes pas à la ramasse. Il y a très peu de temps encore le groupe ne possédait même pas de page dans la bible Metal Archives (c’est dire !) et bien peu d’informations avaient filtré sur ce jeune trio américain formé en 2015. Cette première autoproduction est donc un peu sortie de nulle part et a par chance atterri sur votre webzine préféré. Par chance oui parce qu’il faudrait sacrément en manquer (de chance ou de goût, au choix) pour délaisser une telle petite bombe thrash black !

Pour autant précisons-le d’emblée, Skeleton Wolf risque bien de ne pas plaire à tout le monde. Amateurs d’un thrash/black véloce, furieux et débridé vous pourriez bien être déçus par l’approche nettement plus simple, mid-tempo, groovy, oserais-je dire épurée, des Américains dont le propos n’est absolument pas ici de jouer à la course aux blasts (il n’y en a quasiment aucun), aux riffs les plus rapides ou les plus evil. Essentiellement construit sur des structures mid-tempo avec tout de même quelques accélérations (un petit blast sur « Bow Down To Death », « Eternal Lies » à 2’44) mais surtout beaucoup de passages plus pesants (« Bow Down To Death » à 1’14 et la fin à partir de 3’41, « M.P.F.F. » à 3’59, le début et la fin de « Whatever Demons (We All Have Them) ») Skeleton Wolf met avant tout l’accent sur l’efficacité et le côté extrêmement accrocheur de ces riffs ultra headbanguants et qui chez moi en tout cas (et je ne suis visiblement pas le seul vu les excellentes critiques récoltées çà et là) font totalement mouche (raaaaah ce riff de « At The Sixth Foot » jouissif, le début de « M.P.F.F. », le début de « She’s Insane »). Ce qui sera certainement le gros point noir pour certains est pour moi l’atout principal ici. Approche presqu’épurée, disais-je plus haut, car à l’instar d’une rythmique que d’aucuns pourraient qualifier de basique, le riffing joue également la carte d’une certaine forme de simplicité au service de l’efficacité : du palm mute à foison, des riffs plus dissonants et quelques tremolo plus épiques (le refrain de « At The Sixth Foot », « Whatever Demons » à 1’55, « Eternal Lies » à 4’26) mais le tout sans fioriture aucune et s’intégrant dans des compos jouant cette même carte avec un ratio riff/titre assez faible et des structures se répétant régulièrement (même sur les titres plus longs). L’approche est pour le moins osée mais quel panard ! Il se dégage finalement de l’opus un côté presqu’aliénant sur certains titres (notamment le génial « At The Sixth Foot » que j’aurais personnellement bien vu en titre d’ouverture avec ses petits croassements de corbeaux et bruits de pelles) et l’album dégage une vraie homogénéité. Les quelques passages plus mélodiques (« Eternal Lies »), les discrètes touches de claviers (« Whatever Demons ») et les passages plus poisseux viendront épaissir l’ambiance d’un album bénéficiant qui plus est d’un son remarquable pour une autoproduction (même la BAR).

Aussi fondamentale que puisse paraitre l’approche, Skeleton Wolf affiche pourtant des influences relativement variées allant du thrash à la Slayer sur certains riffs (« Bow Down To Death », « M.P.F.F. »), aux accents épiques et viking d’un Amon Amarth (le titre de clôture « Forever Awake ») quand une bonne partie de l’album avec son black/thrash mid-tempo entrainé par les vocaux grassement éraillés de Tim Green évoquera le Immortal de « Sons Of Northern Darkness » voire le Satyricon de « Volcano » ou même Goatwhore et n’hésitera pas à se lancer dans des titres à rallonge de six à sept minutes tout en parvenant à garder sa musique constamment accrocheuse et cohérente.

Pas ou peu de critiques donc de mon côté concernant ce premier effort de Skeleton Wolf (tout au plus des influences peut-être un poil marquées) qui frise le sans-faute. Une surprise d’autant plus inattendue pour une formation américaine sortie de nulle part (deux membre officiant dans le groupe de black Mäax, ça vous parle vous ? Pas moi) et qui sort ici l’un des grands prétendants au titre d’album de l’année. Reste à voir s’il ne s’usera pas avec le temps mais vu le nombre d’écoutes déjà au compteur et l’aspect addictif des compos qui ne faiblit pas j’en doute fortement. Et c’est peu dire que j’attends la suite avec impatience !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
23/06/2016 14:31
Malheureusement pas de son dispo mais un petit trailer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skeleton Wolf
Thrash Black
2016 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7/10

plus d'infos sur
Skeleton Wolf
Skeleton Wolf
Thrash Black - 2015 - Etats-Unis
  

vidéos
Teaser
Teaser
Skeleton Wolf

Extrait de "Skeleton Wolf"
  

tracklist
01.   Bow Down to Death
02.   At the Sixth Foot
03.   M.P.F.F.
04.   Whatever Demons
05.   Eternal Lies
06.   She’s Insane
07.   Forever Awake

line up
parution
10 Juin 2016

Essayez aussi
Craven Idol
Craven Idol
The Shackles Of Mammon

2017 - Dark Descent Records
  
Melechesh
Melechesh
Djinn

2001 - Osmose Productions
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  
Desaster
Desaster
666 Satan's Soldiers Syndicate

2007 - Metal Blade Records
  
1349
1349
Massive Cauldron of Chaos

2014 - Indie Recordings
  

Exodus
Let There Be Blood (Réenr.)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast