chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cry - Dead Within

Chronique

Cry Dead Within
Les classiques de Sakrifiss : 1/12

Allez, j’ai envie de me faire plaisir et de chroniquer un groupe qui entrera dans la catégorie : « Les classiques de Sakrifiss, pas les mêmes que les tiens ! »

CRY. Ne va pas chercher sur Metal Archives, il n’y est plus. Il y a été mais un petit lutin semble l’avoir fait disparaître. Le groupe lui-même n’existe plus de toute façon. Il aurait changé de nom pour devenir PURJAVA, mais aucune autre info n’est parvenue à mes oreilles depuis 2012... Des mystères, des cachoteries, des secrets entourent ce one man’s band que certains ont même présenté comme être russe, alors que ça c'était son label. Et pourtant il semble bel et bien être indien. Tu peux même le voir présenté sur un blog que tu vas adorer puisqu’il recense tous les groupes, de genres très différents, venus du pays de Ghandi, là où comme dans tous les pays on s’amuse, on pleure, on rit et où il y a des méchants et des gentils. Le blog, il est là :
http://indianbandshub.blogspot.jp/

Dead Within, cet album que je vénère, est sorti en 2011. Le 11 novembre précisément. Il fête donc tout juste ses 5 ans où moment où j’écris ces lignes et je l’écoute encore très fréquemment depuis que je l’ai acheté par pur hasard en faisant une commande groupée de sorties de Rigorism Production. Je l’avais pris en même temps HOWLING IN THE FOG, GHORNUMN et GERIHT sans trop savoir de quoi il s’agissait, et je me suis retrouvé sur le popotin. CRY n’est pourtant ni original, ni technique, ni visionnaire. Il a juste assemblé les éléments qu’il fallait pour me plaire, moi le fan de KANASHIMI, de NORTT et de formations de dépressif extrême. Il a juste l’aura et le charisme suffisants pour ne plus me faire décrocher.

CRY, c’est du pathos total sur 8 pistes. Un pathos très, très chargé qui déplaira à beaucoup. Pour moi, c’est sa qualité. Il en fait des tonnes et des tonnes avec un piano et un clavier en éléments centraux. Ils jouent le rôle de la crème trop sucrée qui apporte une mélancolie forte et irrésistible. C’est d’une simplicité déconcertante, avec des notes répétées à l’envi, mais les compositions parviennent à parler directement au cœur. Une douceur ? Non, une fragilité. Apportée également par quelques cordes discrètes et éparses.

Les guitares / basse / batterie ne sont pas toujours là, mais même lorsqu’elles apparaissent elles sont plus en retrait. Elles sont reléguées à la décoration mais apportent de bonnes nuances, surtout quand elles se lancent dans des courses effrénées car le piano ou le clavier ne changent pas leur rythme. Ils restent lents. Cette dualité créé un équilibre fragile qui me parle. Il te rappelle que la vie passe, qu’elle peut parfois être agitée, accélérer, partir dans tous les sens, mais que toi tu ne changes plus. Ce piano, ce clavier, c’est toi. Il n’arrive pas à partager l’énergie, la vivacité, le dynamisme de ce qui l’entoure. Il est imperturbablement sombre. Il reste dans sa mélancolie, sa souffrance, sa dépression, et n’attend plus que la délivrance finale.

Tous les morceaux se savourent de la même façon, grâce aux mélodies simplettes et nostalgiques comme des boîtes à musique. Grâce également aux vocaux. Ils sont soit criards, soit soufflés, soit encore murmurés et parfois remplacé par des sortes de déclamation résolues. On trouve même des soupirs, qui collent aux ambiances de solitude profonde, ainsi que de légers chœurs féminins, mais vraiment légers, comme une brume imperceptible.

CRY, c’est un classique des années 2010 en ce qui me concerne, loin de ce qu’il convient d’écouter à notre époque. Dans un genre qui a pourtant déjà tout dit quelques années auparavant. Mais si l’on ne soucie pas des modes et que l’on parvient à dépasser l’effet de lassitude du genre pour se poser et écouter réellement cette mine de sentiments, on peut partager mon enthousiasme noir de noir…

DOSSIERS LIES

Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Décembre 2017
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cry
Black Dépressif ambiant
2011 - Rigorism Production
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Cry
Cry
Black Dépressif ambiant - 2009 † 2012 - Inde
  

écoutez
tracklist
01.   Overture to Nothingness
02.   Requiem for Self
03.   For my Deadsoul, a Cradlesong
04.   Shattered Reflections
05.   Funeral for the Mirror
06.   What Time Awaits
07.   Lonewolf
08.   Void Full of Emptiness

Durée : 37:18

line up
  • I / Tout

parution
11 Novembre 2011

Essence
Prime
Lire la chronique
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Deserter
Coils of the Lesser Serpent
Lire la chronique
Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Lire le dossier
H2SO4
British Bangla Testament (EP)
Lire la chronique
Hellish
Grimoire
Lire la chronique
Sakrif'or 2017 / Black Metal Awards
Lire le podcast
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
Urn
The Burning
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Revenant
Prophecies Of A Dying World
Lire la chronique
Pig Destroyer
Terrifyer
Lire la chronique
Gwar
The Blood of Gods
Lire la chronique
Bloody Alchemy
Kingdom Of Hatred
Lire la chronique
Through The Eyes Of The Dead
Disomus
Lire la chronique