chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Malevolent Creation - Stillborn

Chronique

Malevolent Creation Stillborn
Suite et fin de cette plongée dans les débuts de Malevolent Creation avec l’album Stillborn, le mal aimé. Pourquoi le mal aimé ? Et bien en grande partie à cause d’une production jugée de piètre qualité (nous y reviendrons) qui va en faire un échec commercial cuisant. Les raisons de cette déconfiture sont à chercher du côté du label Roadrunner qui, vraisemblablement, n’a pas souhaité octroyer au groupe les fonds nécessaires afin de retourner au Morrisound studio en compagnie de Scott Burns. Résultat des courses, devant des chiffres de vente si peu élevés, le label décidera de ne pas donner suite, abandonnant ainsi le groupe dans la nature...
Stillborn est également le dernier album de Malevolent Creation sur lequel va collaborer Dan Seagrave (et au passage le dernier album à bénéficier d’un artwork digne de ce nom). Cette œuvre, bien qu’elle ne soit pas la plus remarquable de tous ses travaux, sera la dernière d’un tryptique qui porte encore aujourd’hui cette atmosphère si particulière du début des années 90. Celle d’une scène en pleine ébullition s’apprêtant pourtant à faire face à la déferlante Grunge.

Sorti un an et demi après Retribution, Stillborn voit le retour de Jon Rubin (Hateplow, Monstrosity...) dans les rangs de Malevolent Creation. Celui qui a participé à trois des quatre premières démos du groupe vient ici remplacer Rob Barrett parti intégrer Cannibal Corpse pour l’enregistrement de The Bleeding. Un jeu de chaises musicales qui, vingt ans plus tard, continue de plomber la carrière du groupe...

Enregistré aux Pro Media Studios de Gainesville, Stillborn marque effectivement en terme de production une certaine régression comparé à l’excellent Retribution. Guitares étouffées et légèrement en retrait, production déséquilibrée manquant quelque peu de panache (en dépit d’une basse largement mise en avant), saturation excessive entrainant des grésillements assez pénibles une fois qu’on y prête attention... Bref, rien d’étonnant à lire dans les interviews de l’époque que l’enregistrement de cet album ait été un véritable calvaire pour le groupe. Pourtant, cette production ne me gêne pas outre mesure car même si elle loin d’être parfaite, elle reste néanmoins dans les standards de l’époque. Alors effectivement, l’épreuve du temps s’avère aujourd’hui moins clémente que pour d’autres albums sortis à la même époque mais on est quand même bien loin de l’état de catastrophe que certains veulent lui prêter.

L’autre point de dissension qui semble également être porté par une majorité concerne la qualité "médiocre" des compositions et le "manque d’inspiration" dont semble faire preuve les Américains. Alors effectivement, Malevolent Creation continue de faire du Malevolent Creation, mais comment le leur reprocher alors que 95% des groupes de cette même époque se sont également "contentés" de capitaliser sur leur propre recette ? Une critique que j’ai du mal à entendre et qui me paraît peu justifiée à l’écoute de ce Stillborn qui s’inscrit naturellement dans la droite lignée de ses deux prédécesseurs et notamment un Retribution dans les pas duquel il marche sans trop de surprise. D’ailleurs, peut-être que le problème vient de ? Mais attendaient-t-on vraiment d’un groupe comme Malevolent Creation qu’il surprenne son monde après un deuxième album imparable ? Je n’en suis vraiment pas convaincu...
Les Américains reprennent donc peu ou prou la même formule que sur leurs deux albums précédents en choisissant néanmoins d’accélérer quelque peu la cadence. En effet, rares sont les moments de calmes sur ce troisième album mené pied au plancher d’un bout à l’autre. Il n’y a que les titres "Sillborn" positionné judicieusement à mi-parcours et "Disciple Of Abhorrence" qui lui conclut ce troisième album pour apporter un peu d’air à un disque qui n’offre au final que bien peu de répit. Blasts et cavalcades thrashisantes forment donc une fois de plus la base du Death Metal des Floridiens dont les nombreuses accélérations sauront ravir les amateurs de brutalité. Ces déferlantes sont toutefois contrebalancées par quelques breaks au groove typiquement new-yorkais ("Dominion Of Terror" à 0:50 et 3:10, "Stillborn" à 2:37, "Ordain The Hierarchy" à 1:31...) parfait pour briser des nuques et donner envie de tout détruire autour de soi.
Et alors ces riffs, sont-ils aussi peu inspirés que ce que les gens semblent penser ? Et bien non, pas en ce qui me concerne. Malgré les multiples va-et-vient, Phil Fasciana est resté le principal compositeur de Malevolent Creation. Épaulé ici par Jon Rubin, le père Filou n’a effectivement rien perdu de cette richesse et de cette frénésie qui caractérise son jeu. Les plans et les idées se succèdent au sein de compositions pas forcément toujours très faciles à appréhender mais qui, pour l’époque, ont au moins le mérite de sortir quelque peu des sentiers battus. Même constat en ce qui concerne le travail effectué sur les leads et les solis, nombreux, tous plus excellents les uns que les autres. Enfin,lorsque monsieur Fasciana ralenti le tempo, le résultat demeure toujours aussi pertinent. Malevolent Creation troque alors cette atmosphère belliqueuse et particulièrement frontale pour une ambiance plus lourde et menaçante ("Dominated Resurgency", "Stillborn" et "Disciple Of Abhorrence").

En dehors d’une production perfectible mais pas non plus handicapante, Stillborn reste pour moi un très bon album de Malevolent Creation. Rien n’a vraiment changé dans le camp des Américains depuis Retribution. Que ce soit la voix growlée/criée de Brett Hoffmann, le riffing tendu et fourni de Phil Fasciana ou bien cette basse redoutable de Jason Blachowicz, on retrouve tout ce qui faisait le charme et l’excellence de son prédécesseur. D’où mon incompréhension aujourd’hui face à de telles critiques (il n’y a qu’à lire celles de Metal Archives qui parlent de perte d’inspiration ou de production catastrophique...). Certes, l’effet de surprise n’est peut-être pas aussi remarquable qu’à la sortie de Retribution mais cela n’enlève rien à la qualité de ce troisième album tout aussi recommandable que ses prédécesseurs. En attendant, si celui-ci ne fait pas l’unanimité, sachez tout de même qu’il s’apprête à être réédité par Listenable Records au même titre que les deux premiers albums de la formation. Une raison plus que valable de vous y (re)mettre avec bon cœur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
06/10/2017 15:26
Pas un incontournable pour moi, parce que pas mon type de Death metal, mais, merde, c'est pas mauvais du tout !
Qu'on critique la prod, soit. Mais l'album reste vraiment sympa pour peu qu'on aime le style (et même en fond sonore ça passe crème, y a de l'inspiration !).

J'ai pris enfin le temps d'écouter en ayant en tête "pourquoi autant de bash ?", mais je suis d'accord avec la kro : on est dans le haut du panier en terme de Death début 90. J'ai trouvé bien d'autres albums qui n'avaient pas cette poigne que ce Stillborn... Et encore aujourd'hui, il se défend : malgré sa prod, il saisit aux oreilles.
Y a un riffing sur le premier morceau qui catch bien? Et The Way of All Flesh fout pas mal la fessée aussi.

Bref, un album pour lequel je mettrais un 6.5, parce que subjectivité autour du Death metal trop frontal (la même année sortait Individual Thought Patterns, en 91 Human et également Testimony of the Ancients de Pestilence, trois albums qui pour moi sont intouchables).
TarGhost citer
TarGhost
06/10/2017 08:19
note: 9/10
Hé hé ! Il y a bien ici un doux parfum de nostalgie adolescente en ce qui me concerne. D'ailleurs, malgré sa prod' bancale, il reste mon petit préféré de la bande à Philou...Quand même, rien que pour l'ouverture vengeresse de "Dominated Resurgency" ou le superbe final épique, alias la leçon de death metal à l'ancienne de"Disciple of Abhorrence", cet album vaut le détour ! Il symbolise à lui seul l'abnégation d'un capitaine de bord qui n'a rien lâché malgré les 348 changements de line-up depuis la création du groupe quelque part en 1987. 30 piges et toujours à bord : Respect Phil !!!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
24/04/2017 16:16
note: 7.5/10
Un bon album, en dessous cependant de la doublette intouchable ! Moins inspiré il contient quand même de supers titres ("Geared for Gain", "Dominion of Terror"), dommage par contre que la production ait totalement salopé le travail du groupe ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Malevolent Creation
Death Metal
1993 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (3)  6.06/10

plus d'infos sur
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Death / Thrash - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Dominated Resurgency  (04:16)
02.   The Way Of All Flesh  (04:25)
03.   Dominion Of Terror  (04:32)
04.   Geared For Gain  (03:05)
05.   Stillborn  (04:44)
06.   Ordain The Hierarchy  (02:47)
07.   Carnivorous Misgivings  (03:17)
08.   Genetic Affliction  (04:41)
09.   Ethnic Cleansing  (04:23)
10.   Disciple Of Abhorrence  (06:19)

Durée : 42:29

line up
parution
6 Octobre 1993

voir aussi
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Warkult

2004 - Nuclear Blast Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
The Will To Kill

2002 - Nuclear Blast Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Retribution

1992 - R/C Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
The Ten Commandments

1991 - R/C Records
  

Essayez aussi
Zealotry
Zealotry
The Charnel Expanse

2013 - Autoproduction
  
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Cemetery Urn

2017 - Hells Headbangers Records
  
Sulphur Aeon
Sulphur Aeon
Gateway To The Antisphere

2015 - Ván Records / Imperium Productions
  
Fleshtized
Fleshtized
Here Among Thorns

2001 - Mighty Music
  
Cadaveric Fumes
Cadaveric Fumes
Macabre Exaltation (Démo)

2012 - Impious Desecration
  

Pantera
Far Beyond Driven
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast