chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Endless Dismal Moan - Lord of Nightmare

Chronique

Endless Dismal Moan Lord of Nightmare
Les classiques de Sakrifiss : 3/12

Troisième épisode des Classiques de Sakrifiss. Et pour continuer dans l’original, mais dans l’excellent, voyage au Japon après être allé en Inde avec CRY et en Corée avec SAD LEGEND.

Le Japon, c’est le pays où je vis depuis plus de 15 ans. Et c’est aussi l’un des pays dans lequel le mot underground a gardé toute sa signification. Parce que même si l’on dit, exagérément, que le Pays du Soleil Levant est aussi celui du Heavy Metal, il n’est absolument pas celui du black metal. Alors oui, il existe des groupes, mais leur promotion est proche du zéro absolu. Je vous renvoie d’ailleurs au dossier que j’avais réalisé sur le sujet (ici) et qui éclairait beaucoup sur le manque d'attention au style dans l’archipel. Un engouement quasi inexistant auprès des Japonais pour leur propre scène et une reconnaissance parfois plus forte à l’étranger. SIGH, SABBATH ou ABIGAIL ne disent rien à la majeure partie de la population.

C'est véritablement un fait : l'exposition des groupes est de plus en plus calamiteuse. Alors oui, on a entendu parler de COHOL ces derniers temps, mais c'est à peu près tout du côté des nouveautés. Moi-même qui connais très bien la scène ne trouve presque plus de sorties. En 2016, j’ai compté une quinzaine d'albums. Dont quatre proposés par BÄRGLAR et trois autres par KYOMDARAK. Et depuis que Zero Dimensional Records à un peu lâché la corde qu’il tenait bien, aucun autre label ne s’est sacrifié pour offrir un meilleur espace au BM nippon. Il faut alors aller voir du côté des bandcamp tant le Japon semble délaisser le format matériel. Et là on peut trouver et soutenir SUMERAGI, nouveau venu conseillé. Et heureusement il y a monsieur ARKHA SVA qui multiplie les projets parallèles dont le prometteur ANGUIS DEI, chroniqué dans ces pages.

Quel dommage quand on sait que le pays peut être bon. Oui à MAGANE, KANASHIMI, INFERNAL NECROMANCY, TYRANT et d’autres déjà cités. Et surtout, surtout, oui à ENDLESS DISMAL MOAN. Un groupe pour lequel vous ne risquez pas d’avoir de nouvelles maintenant puisque sa tête à penser, Chaos 9, s’est suicidé en 2008. Raaah, il fallait que l’un des meilleurs acteurs du black japonais se tire une balle... Bon, sa musique était très perturbée, donc certains vous diront que son geste était prévisible. Moi je dis que quand on voit le nombre de membres de groupes dépressifs survivre aux années et finalement rentrer dans le rang au lieu d'entrer dans un cercueil, on se demande jusqu’à quel point les attitudes peuvent être trompeuses... Takuya Tsutui était donc un véritable haineux et il nous a quittés, laissant derrière lui trois albums torturés, extrêmes et dégueulants.

Le premier, sans titre, reprenait ses deux démos compilées en 2004 par l’ancien découvreur de talents, le label blackmetal.com. Les deux suivants sortaient chez la même écurie, en 2006 et 2007. Une arnaque présentée comme un véritable quatrième album est parue en 2010 sur Sabbathid Records. Le label assurait être en discussion avec Chaos 9 avant son décès et a décidé d’utiliser des morceaux plus ou moins incomplets pour ce Curse of Underground trop fade pour être même considéré comme un hommage.

Les trois albums sont à avoir. Le premier est plus raw, plus dégoulinant, plus direct, mais tout aussi nécessaire que les deux autres. Pour lesquels ma préférence va à Lord of Nightmare, même si c 'est de peu face à Ruin. Je me demande même si ce n’est pas juste l’apparition d’un piano déglingué sur « Thirst for Pleasure » et « Lord of Nightmare » qui fait pencher la balance. Un détail, mais qui amplifie la folie ambiante. Comme avec MANIERISME, l’autre fou du black japonais, ENDLESS DISMAL MOAN repousse les limites de l’audible. Toutes ses compositions sont laides au possible et ne peuvent pas être agréables aux oreilles. C’est saccadé, c’est hurlé, c’est désaccordé. Et c’est ce qui est si ultime, si prenant. La musique de ce groupe, c’est cet instant où vous passez d’un état normal à la folie. C’est un déclic vers l’horreur. C’est une agression subite et violente lors d’une promenade avec votre maman. Les ambiances sont totalement déglinguées et la musicalité est réinventée. Il sera facile de trouver les mélodies immondes, et pourtant on se trouve facilement aspiré et obligé d’y revenir. ENDLESS DISMAL MOAN pourrait alors être présenté comme le mélange malade de THE ARRIVAL OF SATAN et WOLD. Fou et malsain. Il faut sans doute aussi l’être pour y plonger complètement.

L'album est court, mais il se remet en lecture facilement. Sauf si la folie vous a contaminé au point de vous avoir paralysé complètement.

DOSSIERS LIES

Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Décembre 2017
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Endless Dismal Moan
Horror Black Metal
2006 - blackmetal.com
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.75/10

plus d'infos sur
Endless Dismal Moan
Endless Dismal Moan
Horror Black Metal - 2001 † 2008 - Japon
  

écoutez
tracklist
01.   Thirst for Pleasure
02.   ISLNWD
03.   Griefs
04.   Thirst
05.   Lord of Nightmare
06.   Endless Dismal Moan [9 to Death]

Durée : 36:53

line up
parution
1 Avril 2006

Overkill
The Killing Kind
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast