chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gorod - Kiss The Freak

Chronique

Gorod Kiss The Freak (EP)
Ils sont comme ça les petits gars de Gorod, ils aiment bien se lancer des défis.
Une tournée avec des groupes de thrash ? Même pas peur… Au contraire !

« Tiens les gars du coup si on s’amusait à faire un petit EP thrashy vite fait bien fait ?
_Raaaaah mais ouais carrément et pis on dirait qu’on ferait un truc bien fun avec des paroles un peu débiles !
_ Ha ha ! Ouais grave… On pourrait même le sortir le 1er avril !
_ Ouais ben faut qu’on se magne le fion alors !! »
- trinquage de bières –

Sauf qu’ils ont aussi un petit côté agaçant quand même. Vous savez comme ce petit con de voisin y’a vingt-cinq ans qui enchainait les jumps et les slides avec ses rollers fraichement achetés la veille alors que, vous, vous essayiez juste de ne plus vous fracturer les poignets après 3 semaines de dur labeur ou comme ce petit con de cousin qui au bout de six mois de guitare commence à se taper le solo de « Master Of Puppets » alors vous vous galérez faire sonner correctement le riff d’ « Enter Sandman »... J’imagine que c’est un peu ça qu’on dû ressentir les collègues de Warbringer ou Havok en posant l’oreille sur les extraits de « Kiss The Freak », car en à peine vingt minutes nos frenchies font la leçon à toute une scène dont les versants les plus techniques semblent avoir tant la cote aujourd’hui.

Parvenant de façon remarquable à préserver toute leur identité et leur patte (notamment en terme de riffing et de solos) Gorod se balade sur un échiquier thrash qu’il traverse d’un coin à l’autre avec une aisance presqu’indécente. D’un brûlot d’ouverture façonné d’un thrash franchement viril très in your face mené pied au plancher à une « Lost In Osaka » aux accents techniques éclatants, en passant par les accents moshy limite crossover de « Tony P. Shot » ou le groove irrésistible de cet hymne à l’anis et sa saveur bien old school la bande à Mathieu Pascal réalise un sans-faute sur ce qui aurait pourtant pu être un exercice périlleux ! Car finalement on pourrait avoir tendance à minimiser la chose en face d’un groupe qui tend à réussir tout ce qu’il entreprend mais il faut tout de même en avoir pour oser le pari et risquer une plantade qui aurait facilement pu passer pour un « Gorod ne se sent plus pisser ». Mais non, sûr de son affaire, le quintette ne fait que confirmer ici tout son talent même en lorgnant vers un style qui n’est pas le sien habituellement. Et si les riffs tranchants et les leads de la paire Pascal/Alberny sont évidemment à mettre en avant tant ils font mouche immédiatement (raaaah ces duels à 1’53 sur « Being A Jerk » et ces leads en contrepoint sur « Tony P. Shot » !!), Gorod n’a laissé aucun aspect de côté avec notamment ces back-vocals entrainants aux accents bien old school et une dynamique d’ensemble increvable à base de tchouka-tchouka effréné et de rasades de double (et quelques blasts tout de même faut pas pousser). Et quand bien même il ne s’aventure pas à proprement sur un terrain aussi technico-progressif qu’un Vektor (on est plus proche du côté abrasif d’un Black Fast ici et de façon globale sur un EP où la patte technique du combo ressort inévitablement) le groupe envoie un petit message à la « si je voudrais je pourrais d’abord !! » sur une « Lost In Osaka » qui – bien que titre le plus court de l’EP – montre que Gorod en a encore sous le pied et que ça pourrait faire très très mal si les gus s’amusaient à prendre le jeu un peu plus au sérieux. Un titre qui n’aurait certainement pas fait tache sur « Leading Vision ».

Et en parlant de « Leading Vision » comment ne pas évoquer enfin cette version revisitée de « Chronicles From The Stone Age » ? Si j’ai régulièrement tendance à considérer les reprises comme du remplissage (qu’elles soient d’un autre groupe ou juste une nouvelle version d’un ancien titre), ici c’est au contraire une 2ème jeunesse qu’ils ont réussi à donner à ce qui reste encore aujourd’hui l’un des tout meilleurs titres de Gorod. Comment ? Déjà en y incorporant de nouveau éléments comme ces petits gimmicks de guitare en fond sur l’intro ou ce petit passage avant le break mélodique (lui-même introduit par de jolis arpèges inexistants sur la version initiale) et surtout en parvenant magistralement à lui insuffler un feeling thrash qu’il n’avait pas (ou peu) initialement afin de coller au mieux à l’ambiance de l’EP (changement de certains patterns de batterie comme à partir 48’’ par exemple où le blast est remplacé par une superbe cavalcade du plus bel effet). Gorod parvient ici à nous faire redécouvrir un de leurs tubes et c’est du grand art, chapeau !

« Kiss the Freak » est donc une réussite de plus à accrocher au tableau de chasse d’un groupe dont le talent n’est plus à prouver et qui se montre ici sous une nouvelle facette qui finalement leur colle à merveille. Je ne serais pas du tout fâché que ce genre d’accident de parcours devienne une habitude.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
02/06/2017 15:55
Bon, c'est pas dégueu à écouter du tout hein, ça passe même plutôt bien, mais j'sais pas, ça m’emballe pas autant que quand ils font du death...

La reprise de Chronicles From The Stone Age est vraiment excellente par contre !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
02/06/2017 00:17
Ah les salaud que c'est bon!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gorod
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (3)  3.5/5
Webzines : (3)  4/5

plus d'infos sur
Gorod
Gorod
Death Metal Technique et Groovy - 2005 - France
  

vidéos
 Being A Jerk
Being A Jerk
Gorod

Extrait de "Kiss The Freak"
  

tracklist
01.   Being A Jerk
02.   Tony P. Shot
03.   Anise Power
04.   Lost In Osaka
05.   Chronicles From The Stone Age

Durée : 19'15

line up
parution
1 Avril 2017

voir aussi
Gorod
Gorod
A Perfect Absolution

2012 - Listenable Records
  
Gorod
Gorod
Process Of A New Decline

2009 - Listenable Records
  
Gorod
Gorod
Leading Vision

2006 - Willowtip Records
  
Gorod
Gorod
Transcendence (EP)

2011 - Autoproduction
  
Gorod
Gorod
Neurotripsicks

2005 - Willowtip Records
  

Essayez aussi
Contorsion
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)

2017 - Autoproduction
  
Slayer
Slayer
Seasons In The Abyss

1990 - American Recordings
  
Num Skull
Num Skull
Ritually Abused

2014 - Relapse Records
  
Demolition Hammer
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence

1992 - Century Media
  
Sepultura
Sepultura
Dante XXI

2006 - SPV
  

Testament
The New Order
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
Urn
The Burning
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Revenant
Prophecies Of A Dying World
Lire la chronique
Pig Destroyer
Terrifyer
Lire la chronique
Gwar
The Blood of Gods
Lire la chronique
Bloody Alchemy
Kingdom Of Hatred
Lire la chronique
Through The Eyes Of The Dead
Disomus
Lire la chronique
Ripping Corpse
Dreaming With The Dead
Lire la chronique
Le BM du Québec se limite à 3 groupes... MON CUL !
Lire le podcast
The Black Dahlia Murder
Nightbringers
Lire la chronique
Attomica
Attomica
Lire la chronique
Highrider
Roll For Initiative
Lire la chronique
Devastation
Signs Of Life
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique