chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
55 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Atrophid - Atrophid

Chronique

Atrophid Atrophid (EP)
Fallait bien que ça finisse pas arriver … J'avoue que j'attendais avec appréhension ce premier promo, celui qui viendrait d'un petit groupe inconnu mais sympathique qui se défonce à essayer de se faire connaître en dehors de sa région, qui a dû casser sa tirelire pour s'auto-produire, proposer un très chouette packaging (un digipack … rare pour une autoprod' !) et l'envoyer gratos à moult ‘zines… mais qui ne m'emballe pas des masses (pour le dire avec les formes)! Déjà qu'il me manque les penchants sado pervers qui permettent de bien casser un mauvais album avec enthousiasme, mais dans un cas comme celui-là, c'est encore plus dur.
Maintenant trêve de préliminaires, rentrons dans le vif du sujet (Mmh, le sujet, tu le sens, dis, mon vit dans ton vif ?), et pour que le morceau ne passe pas trop difficilement, appliquons un peu des lubrifiants chroniquatoires suivants: objectivité – des faits, des faits, rien que des faits … enfin on va essayer – et sobriété – pas de méchanceté gratuite, de cynisme puant ni d'indulgence excessive: tout, tout, tout vous saurez tout sur Atrophid.

Atrophid – puisque c'est donc d'eux qu'il s'agit – est un jeune groupe fondé en 2003 et issu de la région de Bergerac, Dordogne. Il semble qu'ils aient déjà pas mal écumé les salles autour de chez eux, et ils comptent élargir un peu leur champ d'action via la distribution de ce premier EP.
Premier constat: après une grosse douzaine d'écoutes, rien ne me reste imprimé dans la caboche, à part peut-être le sample introduisant « God Hand ». C'est le genre de galette à la fin de laquelle on se réveille en se disant: « ‘tain, ça ne dure que 26 minutes et j'ai encore réussi à décrocher …»

Eh oui, le gros thrash hardcorisé d'Atrophid est extrêmement passe-partout et manque cruellement d'accroches. Les plans hyper téléphonés succèdent aux parties archi-rebattues sans jamais interpeller le bout de cerveau qui prolonge directement nos appendices auriculaires (non, l'appendice auriculaire ce n'est pas le bout de caoutchouc acheté au sex shop du coin que vous vous mettez au bout du doigt pour titiller agréablement les moiteurs de votre chère et tendre …). (Presque) pas une cavalcade effrénée, pas un gros mosh gras, pas un de ces coups de tatane dans la mâchoire qui fait qu'on a envie de retourner sur le ring! Et en plus de ça certains morceaux démarrent sur des plans mid lourdingues assez peu sexy (« My own Prison », « Mer des Crises »).
Le groupe – sans doute encore « un peu frais » – a le chic pour nous engluer dans des passages soporifiques (et ce dès le loooong et très convenu morceau instrumental d'introduction). Essentiellement mid-tempo, le thrash du groupe ralentit un peu (beaucoup !) trop souvent la rythmique, et prend bien garde de ne jamais dépasser les limitations de vitesse. Et puis pas une fois on ne ressent le besoin compulsif de se faire craquer les cervicales sur une bonne dose de headbang … ‘tain c'est quand même un comble pour un mélange thrash / hardcore! Le pire c'est que quand certains breaks semblent marquer une attente, une montée de pression qui doit logiquement aboutir sur une grosse explosion de violence (genre à 2:02 sur « Zombie001 », ou encore à 1:04 sur « Bottle of Sand »), eh bien non, le soufflé retombe très vite sur un passage mid, plutôt mou du genou. Et quand le groupe se fend d'un riff très Slayerien (resservi par 3 fois sur « My Own Prison »), la rythmique d'accompagnement qu'on attendrait fulgurante n'est que poussive. Enfin, rajoutons qu'un certain nombre de transitions ou de plans sont un peu naïfs et sentent le manque d'expérience d'un groupe qui a l'air moins en place sur album que sur scène.

On notera quand même de légers essais de déstructuration sur « Mer des Crises » et « Zombie001 » (ce qui est très tendance depuis quelques temps). On notera aussi la versatilité vocale bienvenue de Sylvain, même si ses différents registres restent somme toute assez classiques.

Bon, désolé les gars, ce n'est malheureusement pas cette chro qui risque de vous aider à exploser à l'échelon national. L'énergie et la bonne volonté sont là, pas de doute, mais il faudra essayer de développer une personnalité qui pour l'instant peine à s'exprimer, gommer un certain nombre d'imperfections et développer un sens de l'accroche pour pouvoir prétendre capter l'attention d'un public de plus en plus difficile au vu de la qualité toujours grandissante de la production nationale comme mondiale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

DR.Jkl citer
DR.Jkl
25/01/2008 17:48
Citation : Maintenant trêve de préliminaires, rentrons dans le vif du sujet (Mmh, le sujet, tu le sens, dis, mon vit dans ton vif ?)

Papy m'a tuer Mort de Rire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atrophid
Thrash / Hardcore
2007 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 2/5
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  2.88/5

plus d'infos sur
Atrophid
Atrophid
Thrash / Hardcore - 2003 - France
  

tracklist
01.   Hubble Edwin Powell
02.   Zombie001
03.   Bottle of Sand
04.   My Own Prison
05.   Mer des Crises
06.   God Hand

Durée : 26:09

Essayez plutôt
Darkest Hour
Darkest Hour
Undoing Ruin

2005 - Victory Records
  
Ringworm
Ringworm
The Venomous Grand Design

2007 - Victory Records
  
eOn
eOn
Unscared

2009 - La Fissure Productions
  
End Times
End Times
Descension (EP)

2013 - Autoproduction
  
Darkest Hour
Darkest Hour
Hidden Hands Of A Sadist Nation

2003 - Victory Records
  

Megadeth
Super Collider
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast