chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
54 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Possessed - Seven Churches

Chronique

Possessed Seven Churches
Parmi la longue liste des albums cultes, Seven Churches de Possessed tient une place toute particulière. Et pour cause, on prête volontiers au quatuor de San Francisco la paternité d'un des genres les plus prolifiques de notre musique favorite, le death metal. Certains lui attribuent même son appellation, Possessed ayant sorti en 1984 une démo du nom de Death Metal. D'autres revendiquent également le copyright, notamment Quorthon de Bathory qui clamait utiliser le terme depuis le début des années 1980. On pourrait également voir en Death un inventeur logique. Tout ceci n'est finalement que brachycérophilie. Une chose est sûre en tout cas, Seven Churches est un album extraordinaire et en avance sur
son temps.

Tout commence en 1983 à San Francisco. Le guitariste Mike Torrao et le batteur Mike Sus (mais n'avale pas) fondent un groupe pour faire comme leurs idoles Venom et Exodus. Après le suicide de leur chanteur Barry Fisk, Jeff Becerra est recruté à la basse et au chant, tandis que Brian Montana rejoint la formation en tant que deuxième guitariste. C'est avec ce line-up que sort la démo Death Metal qui se répand dans l'underground comme le Sida en Afrique. Deuxième étape importante, le titre "Swing Of The Axe" issu de la démo suivante apparaît sur la compilation Metal Massacre VI de Brian Slagel qui a déjà vu passer tout un tas de groupes légendaires (Metallica et Slayer entre autres). Entre-temps, Larry Lalonde (qui n'a aucun rapport avec Brice) a pris la place de Brian Montana à la guitare. Une signature sur Combat Records et un passage au studio plus tard, Seven Churches débarque le 16 octobre 1985.

Qu'est-ce qui fait de Seven Churches un album cultissime? Tout un tas de choses, mais notamment le caractère extrémiste pour l'époque. Possessed renchérit sur Venom pour le côté sataniste et sur Slayer pour l'attirail piques, clous et croix renversées. Chez Possessed, ça ne rigole pas! En terme de production, l'opus aux sept églises s'avère typique de l'époque avec chant et batterie surmixés mais possède une lourdeur, une rudesse, une sauvagerie que n'avaient pas les autres. Autre aspect aventureux, la voix de Jeff Becerra. Grave, éraillé, possédé, Becerra est le chanteur le plus extrême de l'époque avec Mille Petrozza (Kreator) et fait le lien avec des chants encore plus gutturaux qui apparaîtront plus tard lorsque le death metal s'épanouira. Becerra deviendra notamment la référence vocale pour Chuck Schuldiner sur Scream Bloody Gore, le premier album de Death qui verra le jour deux ans plus tard. Jeff Becerra sera un des éléments essentiels pour Possessed, une voix unique et sauvage qui va traverser les âges et rester un modèle du genre. Ses lignes de basse, étonnament audibles et qui soutiennent parfaitement les riffs incisifs de la paire Torrao/Lalonde, participeront également à la légende mais dans une moindre mesure.

Car c'est, avec le jeu de batterie de Mike Sus pas toujours carré mais à l'énergie et la violence redoutables, les riffs de Mike Torrao et Larry Lalonde qui resteront surtout gravés en mémoire. Et le must arrive dès le premier titre, le meilleur de l'album, "The Exorcist" et sa mélodie d'intro tirée du film éponyme. 1'21: le tremolo le plus culte de l'histoire du metal extrême. Un monument de jouissance! Les autres morceaux ne sont pas en reste et à peu près tous comportent leurs passages d'anthologie (les roulements assourdissants d'"Evil Warriors", les cloches de "Fallen Angel", les accélérations sauvages de "Satan's Curse" la plage la plus brutale du full-length...). Sans oublier des soli chaotiques et torturés en pagaille, soli qui se ressemblent un peu tous d'ailleurs et n'ont honnêtement rien d'extraordinaire même si leur son rappelle un peu celui de Kill 'Em All. Ils servent en tout cas à merveille l'ambiance de l'album. Et puis c'est aussi ça un album culte, les défauts en deviennent presque des qualités.

Mais alors qu'est-ce que c'est exactement? Du thrash? Du death? Les deux à la fois? Peu importe, la frontière entre les styles extrêmes restera de toute façon bien mince encore quelques années. Seven Churches est un album de thrash qui comporte nombres de caractéristiques du genre, à savoir cette rythmique particulière diablement entraînante (chuka-chuka-chuka), une volonté de jouer vite, des riffs tranchants, moults soli, et un chant arraché. Seulement Possessed ne propose pas que ça, les rythmiques thrash ne sont pas tout à fait comme tout le monde et s'accompagnent aussi de séquences plus modérées servant à alourdir l'ambiance. Possessed n'est ainsi pas le groupe le plus rapide de l'époque, d'autres jouant tout aussi vite (si ce n'est plus). C'est surtout une aura particulière, une spontanéité qui vous explose à la figure, un niveau de sauvagerie supplémentaire apporté aussi par le chant ravageur de Becerra qui semble se brûler les cordes vocales à chaque syllabe, qui mettent le combo au-dessus des autres en matière d'agression sonore. Pas encore tout à fait du death metal, Seven Churches en incarne toutefois les prémices. La graine est plantée.

Si je ne mets pas 10/10 cependant, c'est que l'opus subit un léger débrayage vers la fin avec "Holy Hell" et "Twisted Minds", des pièces que j'ai toujours trouvées un peu en-dessous du reste. Oh rien de honteux, on reste dans le haut niveau tout de même mais on sent bien le petit coup de moins bien. Quoiqu'il en soit, Seven Churches est une étape primordiale dans la jeune histoire du metal extrême. Extrême mais toujours musical attention! Tout n'est pas parfait mais ce sont ces petites imperfections qui font aussi tout le charme de la bête. Une bête vieille de 24 ans déjà mais qui ne souffre en aucun cas du poids des années. Mieux que ça, Seven Churches reste un disque rare qui a su conserver cette atmosphère crue et sale si prenante que peu de groupes modernes sont capables de retranscrire. Quel plaisir de se replonger alors dans une époque maudite où tout ou presque était encore à inventer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
16/10/2016 15:05
Alors pour le cas de Mantas et des chanteurs : http://www.metal-archives.com/bands/Mantas/35328
Chuck était secondaire dans la voix.

Pour le cas des influences, Chuck et compères tournaient sur plusieurs scènes, et jouaient aux côtés de Possessed etc (y a qu'à voir les tickets et flyers sur le net qui témoignent de cette époque où on avait Mantas / Possessed sur une même soirée).
Du coup, c'est le jeu des inter-dépendances ! C'est pareil pour Atheist, Pestilence et Obituary : ils ont influencé Death autant que Death les a influencés, puisqu'ils se voyaient souvent.
gregwar citer
gregwar
21/04/2013 09:31
note: 9/10
Historique et unique. Définitivement dans mon top 10 du thrash. La suite de leur discographie est par contre très décevante.
Ander citer
Ander
23/01/2009 12:05
Il me semble aussi avoir lu aussi quelque part que Chuck disait qu'il a été influencé par Becerra après je sais pas où non plus... (Peut-être sur Thrasho...) Moqueur

/SAR
Keyser citer
Keyser
23/01/2009 12:00
note: 9.5/10
von_yaourt a écrit : Keyser a écrit : Chuck a toujours dit avoir été influencé par Becerra, je ne reprends que ses propres paroles! Et c'est surtout Kam Lee qui chantait chez Mantas, un des précurseurs lui aussi!

Tiens, tu as lu ça où (je ne doute pas de tes propos, j'aimerais juste savoir si tu fais référence à une itw en particulier) ? Certes, Kam Lee était le chanteur principal, mais Chuck chantait aussi, et déjà avec cette voix là (et beaucoup de morceaux de SBG étaient déjà composés en 1985 d'ailleurs).
Enfin bref, tout ça pour dire que je ne doute absolument pas de ce que tu dis (a paraît même être l'évidence même), mais qu'il écoutait sûrement plus Kiss et Judas Priest que Possessed à l'époque. Moqueur


Alors là tu me poses une colle. Ce doit sans doute être dans une itw mais je ne me rappelle plus la source exacte, désolé...
von_yaourt citer
von_yaourt
23/01/2009 11:49
Keyser a écrit : Chuck a toujours dit avoir été influencé par Becerra, je ne reprends que ses propres paroles! Et c'est surtout Kam Lee qui chantait chez Mantas, un des précurseurs lui aussi!

Tiens, tu as lu ça où (je ne doute pas de tes propos, j'aimerais juste savoir si tu fais référence à une itw en particulier) ? Certes, Kam Lee était le chanteur principal, mais Chuck chantait aussi, et déjà avec cette voix là (et beaucoup de morceaux de SBG étaient déjà composés en 1985 d'ailleurs).
Enfin bref, tout ça pour dire que je ne doute absolument pas de ce que tu dis (a paraît même être l'évidence même), mais qu'il écoutait sûrement plus Kiss et Judas Priest que Possessed à l'époque. Moqueur
Keyser citer
Keyser
22/01/2009 08:47
note: 9.5/10
von_yaourt a écrit : Album cultissime effectivement, les prémices du death avec Mantas. D'ailleurs pour info Bercerra n'a pas été l'influence principale de Chuck, vu qu'il growlait déjà comme ça avec Mantas (groupe formé en 1983, comme Possessed) dès 1984 !

Et si tu trouves une ressemblance entre les solos de Lalonde et Hammet, c'est normal : ils ont eu le même prof de guitare au même moment, un certain Joe Satriani ! Clin d'oeil


Chuck a toujours dit avoir été influencé par Becerra, je ne reprends que ses propres paroles! Et c'est surtout Kam Lee qui chantait chez Mantas, un des précurseurs lui aussi!

Et les soli de Lalonde et Hammett se ressemblent surtout par leur son (mêmes effets wah-wah). Ce n'est d'ailleurs qu'après la sortie de l'album que Lalonde va prendre des cours chez Satriani d'ailleurs, lui qui produira plus tard l'EP The Eyes Of Horror Clin d'oeil
von_yaourt citer
von_yaourt
21/01/2009 22:24
Album cultissime effectivement, les prémices du death avec Mantas. D'ailleurs pour info Bercerra n'a pas été l'influence principale de Chuck, vu qu'il growlait déjà comme ça avec Mantas (groupe formé en 1983, comme Possessed) dès 1984 !

Et si tu trouves une ressemblance entre les solos de Lalonde et Hammet, c'est normal : ils ont eu le même prof de guitare au même moment, un certain Joe Satriani ! Clin d'oeil
Niktareum citer
Niktareum
21/01/2009 20:18
Scum a écrit : Tout est dit, un album excellent qui vieillit très bien Headbang
Bah pareil quoi! Headbang Kvlt!!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
21/01/2009 16:40
Je sens que Cyril va aimer ta petite référence africaine ... Celle sur Brice m'a bien fait marrer !
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
21/01/2009 16:34
note: 9.5/10
"Mike Sus (mais n'avale pas)"
Putain j'ai ri.

Sinon oui album culte de chez culte, tout amateur de metal extrême devrait l'avoir écouté au moins une fois.
crocoscar citer
crocoscar
21/01/2009 15:16
note: 10/10
Culte !
Scum citer
Scum
21/01/2009 14:11
note: 9/10
Tout est dit, un album excellent qui vieillit très bien Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Possessed
Thrash Extrême
1985 - Combat Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (18)  9/10
Webzines : (11)  8.95/10

plus d'infos sur
Possessed
Possessed
Thrash Extrême - 1983 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Exorcist
02.   Pentagram
03.   Burning in Hell
04.   Evil Warriors
05.   Seven Churches
06.   Satan's Curse
07.   Holy Hell
08.   Twisted Minds
09.   Fallen Angel
10.   Death Metal

Durée : 39'29

line up
parution
16 Octobre 1985

Destruction
Infernal Overkill
Lire la chronique
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Cop Skeletons
Cop Skeletons (EP)
Lire la chronique
Zöldïer Noïz / Bestial Nihilism
What Life... What Work ? (S...
Lire la chronique
Netherlands Deathfest III
Lire le dossier
The Crown
Cobra Speed Venom
Lire la chronique
Black Metal : Les pochettes qui rendent aveugle !
Lire le podcast
Crisix
Against The Odds
Lire la chronique
Metal : The Gathering : Nouvelles expériences
Lire le podcast
French Black Metal : Les fiottes
Lire le podcast
Xenoblight
Procreation
Lire la chronique
Night In Gales
The Last Sunsets
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Affront
Angry Voices
Lire la chronique
Les sacrifices dans le black metal
Lire le podcast