chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Centinex - Redeeming Filth

Chronique

Centinex Redeeming Filth
La nouvelle tombe en janvier dernier comme un tir de mortier, Centinex se reforme après huit années d’absence… Fröjd ! Le groupe suédois n’aura malheureusement pas eu la reconnaissance méritée après sept albums (je vous invite à lire mes chroniques). Leur séparation en 2006 amènera à la création de Demonical par trois des cinq membres (Martin Schulman, Ronnie Bergerståhl et Johan Jansson), désireux d’abandonner leur penchant mélodique pour un death metal sans concession (pari réussi). Ressuscité par son fondateur, le bassiste et principal compositeur Martin Schulman, Centinex voit le retour de son célèbre batteur Kennet Englund (Interment, Uncanny). Le reste du line-up est neuf : Sverker Widgren (hurleur de Demonical et Diabolical) passe à la guitare et Alexander Högbom (October Tide) au micro. Artwork de la coqueluche Costin Chioreanu (oui le nouvel At The Gates c’est lui), signature chez Agonia Records et coups de belles annonces sur les réseaux sociaux. Tout semblait si parfait sur le papier…

Oubliez de suite les derniers méfaits de Centinex. Point de retour vers le death aux accents mélodiques et thrash post-2000 mais plutôt aux prémices « old-school » (références floridiennes) de Subconscious Lobotomy (sorti en 1992) aux dires de Martin. Sensé quand on sait que le gaillard a quitté Interment et que Demonical pousse d’avantage vers un metal accrocheur. Pourtant la première écoute ne laissera pas entrevoir un réel bond vers le death 90’s mais plutôt une sorte de Demonical moins subtil (comme quoi). Le trio d’ouverture (dévoilé comme teaser) « When Bodies Are Deformed » - « Moist Purple Skin » - « Death Glance » réduira bon nombre d’esgourdes en bouillie. Porté par un son moderne (puissant et compressé) du Amplified Studio (inconnu pour ma part), les aboiements robustes de Alexander Högbom (appuyés par Sverker), le riffing en surpoids typique de Martin et les frappes sans finesse de Kennet Englund. Effectivement Centinex ne fait cette fois plus dans la dentelle, les aspects primaire et minimaliste dominent. Trop peut-être…

La moitié de la galette passée, on comprendra notre souffrance. Centinex se concentre sur le mid-tempo... De facto, difficile de ne pas faire l’oreille attentive pour décortiquer les compositions. Le constat est dur à dire : une pauvreté ambiante (des morceaux torchés en quelques minutes) ainsi qu’une atmosphère totalement imperméable… N’est pas Hail Of Bullets qui veut. Non mais attendez on parle de Centinex ! Malgré mes efforts d’écoutes pour dégager quelque chose si ce n’est le début de galette canon, rien n’y fait. Redeeming Filth est un album de death suédois de bas étage, ceux dont on a été submergés pendant des années. Vous savez le récent Gluttony, Facebreaker, les immondices de Rogga Johansson (Paganizer, Ribspreader, The Grotesquery…), etc… Inacceptable pour un groupe de ce calibre et six années de silence. Le monstrueux batteur Kennet Englund qui excelle dans les tempi intenables (ah ce Hellbrigade !), ne sert à rien ici et n’enrichira pas non plus le jeu… L’absence de l’ancien pilier et guitariste Kenneth Wiklund des glorieuses années (présent de 1993 à 2002) se fait cruellement sentir. Le Centinex que j’idolâtre n’est plus le même sans lui.

Redeeming Filth ou le néant musical. Comment un tel groupe (plus particulièrement Martin et Kennet) peut oser un retour pour un death aussi plat comme on en a écouté des kilos pendant des années ? L’annonce d’un come-back vers le « sous-Grave » Subconscious Lobotomy (plus mauvais album de Centinex à l’époque) ne présageait rien de bon... La stratégie du mid-tempo a asséné le coup fatal. Des compositions rachitiques et aseptisées sauvées par une première partie d’album couillue (boostée par un chant d’ogre et une production massive). L’EP Bloodhunt et Hellbrigade figurant sur le haut de mon étagère, vous comprendrez ma douleur en écoutant un death metal de troisième zone avec l’étiquette Centinex. Quelle déception…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
PAGAN
14/12/2014 02:44
Cet album est une daube ennuyante au possible... Putain que je suis déçu... Comment CENTINEX peut nous sortir une merde pareil !?! On se fait chier du début à la fin, aucun morceau sort du lot ! Seulement la production est de qualité, mais pour le reste, passez votre chemin et go écouter Hellbrigade.
NightSoul citer
NightSoul
31/10/2014 11:48
Unleashed... mouais. Dommage je les attendais au tournant Centinex. J'ai écouté "Death Glance" avant de choper 'album du coup... Oh putain... ça craint !
Mitch citer
Mitch
30/10/2014 17:57
note: 4.5/10
NightSoul a écrit : Ah ouais quand même... On attend le nouveau The Crown alors niveau vétéran suédois ?

Vu le nouveau morceau, on fuit plutôt...
Vétéran death suédois ? Unleashed dans ce cas. Clin d'oeil
NightSoul citer
NightSoul
30/10/2014 17:45
Ah ouais quand même... On attend le nouveau The Crown alors niveau vétéran suédois ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Centinex
Death Metal
2014 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs : (1)  4.5/10
Webzines : (19)  6.94/10

plus d'infos sur
Centinex
Centinex
Death Metal - 1990 - Suède
  

vidéos
Moist Purple Skin
Moist Purple Skin
Centinex

Extrait de "Redeeming Filth"
  

tracklist
01.   When Bodies Are Deformed
02.   Moist Purple Skin
03.   Death Glance
04.   Stone of Choice
05.   Unrestrained
06.   Bloodraze
07.   Without Motives
08.   Rotting Below
09.   Dead, Buried and Forgotten
10.   Eye Sockets Empty

Durée : 32:49

line up
parution
21 Novembre 2014

voir aussi
Centinex
Centinex
Decadence
(Prophecies Of Cosmic Chaos)

2004 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
Hellbrigade

2000 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
World Declension

2005 - Regain Records
  
Centinex
Centinex
Malleus Maleficarum

1996 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
Doomsday Rituals

2016 - Agonia Records
  

Essayez plutôt
Corpsessed
Corpsessed
Corpsessed (EP)

2012 - Dark Descent Records
  
Grave
Grave
As Rapture Comes

2006 - Century Media Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Under The Sign of the Iron Cross

2010 - Metal Blade Records
  
Vader
Vader
The Art Of War (EP)

2005 - Regain Records
  
Bölzer
Bölzer
Soma (EP)

2014 - Invictus Productions
  

Exodus
Force Of Habit
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast