chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gwar - The Blood of Gods

Chronique

Gwar The Blood of Gods
Oderus Urungus est mort... Bon, ça fait 3 ans déjà que le monsieur qui était dedans, Dave Brockie a fait son overdose d’héroïne, mais ça me met toujours la petite larme à l’oeil d’y repenser. Le seul membre restant des origines de GWAR est donc mort... « Lui oui, mais ni la déconne, ni le thrash ne disparaitront jamais. Et le groupe américain venu de Richmond non plus ! ». C’est ce que nous avons envie de croire, et c’est ce que les membres restants ont voulu eux aussi rendre possible. Du coup BalSac, The Jaws of Death (depuis 1988), Jizmak Da Gusha (depuis 1989), Pustulus Maximus (depuis 2012), et le Beefcake the Mighty le plus récent (depuis 2011) n’ont pas baissé les bras. Et ils ont fait appel à un ancien membre pour venir prendre le micro laissé vacant. L’élu est lui aussi Beefcake the Mighty, mais un des anciens. Souvenez-vous que chez GWAR, les personnages restent même si leur interprête part. Il y a donc eu plusieurs Beefcake the Mighty, et là, c’est celui qui se fait nouvellement appeler Blothar que l’on retrouve. Il était à la basse, mais déjà à l’origine de quelques vocaux, dans les premiers méfaits de GWAR, de Hell-o ! à This Toilet Earth. Crédible donc. Légitime donc. Prometteur ? Ne nous emballons pas non plus...

Parce que même si notre bonhomme a l’esprit du groupe, il n’en était qu’une partie, et ne peut absolument pas remplacer le talent et encore moins la patte Oderus Urungus. Comment dire... GWAR sans Oderus, c’est comme un Big Mac sans viande. On aura beau nous dire qu’à la place on a mis une autre tranche de fromage, il manquera bel et bien l’un des éléments principaux. Enfin, c’était ça ou la fin du groupe, nous n’avons donc pas énormément le choix, et surtout cela ne peut pas être un reproche sérieux, juste un constat, GWAR n’a pas le même goût avec Blothar aux manettes vocales. Il fait ce qu’il peut, il fait bien, mais il ne remplace pas.

Musicalement, je ne serai pas non plus extrêmement sévère ou aigri devant les compositions parce que même avec Oderus, elles avaient du mal à décoller depuis un bon moment déjà. Du coup, je suis même tenté de dire qu’il y a en moyenne plus de titres qui m’ont botté que sur Battle Maximus (noté 6/10 par mes soins). Les trois premières pistes font d’ailleurs une très belle entrée en matière, dans un style très GWAR, aux relents aussi bien actuels qu’anciens. Cet album tente véritablement de faire un pont avec les sorties de la fin des années 90, et cette triplette « War on Gwar », « Viking Death Machine », « El Presidente » fait plaisir. Entrainants, un poil théatraux, décalés, et avec des riffs trippants. On tape du pied frénétiquement. On y retrouve des petites folies dans les vocaux, et des refrains qui font mouche. Par contre, la tension retombe très bas avec les « I’ll Be Your Monster » et « Auroch » qui suivent, et manquent totalement de saveur. Thrash hard rock basique. Simple. Basique. Et tout l’album va faire le yoyo de la sorte. On ajoutera alors dans le haut du panier « Fuck this Place », devenu par ailleurs le single mis en avant et clipisé, « Into Swarm » pour son groove et son refrain, « Crushed by the Cross » pour sa petite agressivité metallique, et puis, allez, « Phantom Limb » même s’il divisera les opinions. C’est la balade du bad boy, 6 minutes de hard rock tristounet. J’aime bien, je retrouve un peu l’originalité du vieux GWAR. A un moment il touchait à tout (We Kill Everything, Carnival of Chaos) et j’avais adoré certains essais. Je retrouve un peu l’esprit ici...

Par contre, la banalité est là sur le reste. Près de la moitié des titres donc puisqu’il y en a 12 en tout. La reprise d’AC/DC fait partie des ratés. « If you Want Blood » n’apporte rien, ou juste un hommage qu’on ne réclamait pas...

Au final, la catastrophe est évitée, on ne reconnaît pas toujours GWAR, mais on retrouve aussi certains vieux aspects. De bons moments, mais une nouvelle fois un gros tri à faire... Oderus ne doit pas se retourner sans sa tombe, mais se réécouter "Fly Now", qu'il avait interprété sur son dernier album en hommage à Flattus Maximus, mort, lui, en 2011 de problèmes cardiaques...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gwar
Thrash hard rock
2017 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (12)  7.16/10

plus d'infos sur
Gwar
Gwar
Thrash hard rock - 1984 - Etats-Unis
  

vidéos
Fuck This Place
Fuck This Place
Gwar

Extrait de "The Blood of Gods"
  

tracklist
01.   War on GWAR
02.   Viking Death Machine
03.   El Presidente
04.   I'll Be Your Monster
05.   Auroch
06.   Swarm
07.   The Sordid Soliloquy of Sawborg Destructo
08.   Death to Dickie Duncan
09.   Crushed by the Cross
10.   Fuck This Place
11.   Phantom Limb
12.   If You Want Blood (You Got It) (AC/DC cover)

Durée : 55:57

line up
parution
20 Octobre 2017

voir aussi
Gwar
Gwar
Battle Maximus

2013 - Metal Blade Records
  

Metal Church
Generation Nothing
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Cop Skeletons
Cop Skeletons (EP)
Lire la chronique
Zöldïer Noïz / Bestial Nihilism
What Life... What Work ? (S...
Lire la chronique
Netherlands Deathfest III
Lire le dossier
The Crown
Cobra Speed Venom
Lire la chronique
Black Metal : Les pochettes qui rendent aveugle !
Lire le podcast
Crisix
Against The Odds
Lire la chronique
Metal : The Gathering : Nouvelles expériences
Lire le podcast
French Black Metal : Les fiottes
Lire le podcast
Xenoblight
Procreation
Lire la chronique
Night In Gales
The Last Sunsets
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Affront
Angry Voices
Lire la chronique
Les sacrifices dans le black metal
Lire le podcast
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique