chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Overkill - W.F.O.

Chronique

Overkill W.F.O.
Bobby Gustafson mis à part, on ne peut pas dire que le combo new-yorkais ait subi l'emprise stylistique d'un de ses successeurs en particulier, Bobby « Blitz » Ellsworth (chant) et D.D. Verni (basse) formant indiscutablement l'épine dorsale du groupe. Certains ont bien essayé, à l'image de Joe Comeau et Sebastian Marino, dont les véléités power et groovy ont permis à OVERKILL de traverser sans trop de dommages les fatidiques années 90. Mais leur successeur, l'homme caméléon Dave Linsk, a depuis repris à son compte une partie de la recette, alliant rythmiques heurtées et leads thrashy à l'ancienne d'inspiration slayerienne. Autant dire qu'à ce niveau de similitude, pour le néophyte, cela fait plus de dix ans qu'OVERKILL sort, inlassablement, encore et toujours le même album. A l'inverse, coincé entre la période classique (la Bobby Gustafson era) et celle, plus moderne des guitaristes pré-cités, se trouve un entre deux assez singulier, dans la mesure où la paire Gant/Cannavino n'a jamais véritablement apposé une marque claire et définie sur les compositions du groupe. En effet, difficile de s'y retrouver entre un « Horrorscope » magnifiquement sombre, affinant la formule initiée sur « The Years Of Decay », et un « I Hear Black » surprenant, voire déconcertant, qui voit OVERKILL s'aventurer en plein territoire sabbathien. Un album atypique appelant forcément un four commercial, surtout à l'heure (1993) où le thrash commence sérieusement à y laisser des plumes, les têtes pensantes Verni et Ellsworth reprennent les choses en main et sortent, avec « W.F.O. » (pour wide fuckin' open - à fond les manettes comme disent les bikers), un pur album de thrash dans la grande tradition du genre. Back to formula.

Alors, « W.F.O. » ? « Horrorscope » bis ? Que nenni. Il est dit qu'avec Merrit Gant et Rob Cannavino à son bord, jamais le vaisseau OVERKILL ne sortira le même skeud, renforçant par là même le sentiment d'avoir affaire à une belle bande de schizos. Ils sont donc plusieurs dans leurs têtes, ce qui ne les empêche pas de livrer ici un bon petit thrash incisif, frais et direct, flirtant souvent avec le hardcore ; tous les titres sont tous construits sur le même canevas : un riff implacable pour commencer, puis la section rythmique qui s'emballe, une basse omniprésente aussi vrombissante (sinon plus!) que les guitares et des backing vocals vampirisant une bonne partie des refrains, en parfaite complémentarité avec le registre haut perché d'un Bobby « Blitz » Ellsworth en grande forme. La plus grande différence avec les efforts précédents, c'est la complète disparition du côté obscur, le groupe optant ici pour la force brute et décomplexée de « Taking Over » ou « Feel The Fire », la naïveté en moins. Tour à tour rapides (« Fast Junkie », « Supersonic Hate », « They Eat Their Young ») ou headbangants (« Up To Zero », « What's Your Problem? »), quand ils ne donnent pas dans le mid-tempo brise nuque de rang (« Where It Hurts »), tous les titres, sans exception, sont d'une efficacité redoutable. Riffs bondissants, solis de grande qualité et patate d'enfer, telles sont les principales qualités d'un « W.F.O. » dont on retiendra particulièrement les deux dernières salves : l'irrésistible « Bastard Nation », hymne métallique au refrain ravageur dont la construction est un modèle du genre, et enfin « Gasoline Dream », sûrement la plus virulente du lot, et la seule à renouer un tant soit peu avec une dark attitude malheureusement un peu trop sous l'éteignoir. On se consolera avec ce baroud d'horreur hanté par des lignes de basse diablement viscérales, avant l'arrivée des ghosts tracks en piste 98, OVERKILL jouant « Heaven And Hell » (BLACK SABBATH), « The Ripper » (JUDAS PRIEST) et « Voodoo Child » (SLIGHT REAPER) en répétition. Album solide et sans faille, « W.F.O. » rate de peu le statut de classique, la faute à un certain manque de fantaisie et à la (trop?) grande simplicité des compositions, le seul morceau un tant soit peu atypique étant l'hommage instrumental dédié au guitariste de SAVATAGE Criss Oliva (« R.I.P. (Undone) »), décédé à seulement trente ans dans un accident de voiture. A noter pour finir que le sample d'introduction de « The Wait/New High In Lows » est tiré du film Carlito's Way de Brian De Palma (ou L'impasse en VF). La scène, qui voit Al Pacino, chargeur vide et peur au ventre, tenter un coup d'esbrouffe verbal pour sauver sa peau, est absolument magnifique. On n'en dira pas autant de cet album mais « W.F.O. », qui se classe sans problème parmi les cinq meilleures productions du groupe, est l'occasion de vérifier qu'à l'époque, OVERKILL ne manquait pas de munitions pour faire parler la poudre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
15/10/2011 21:05
note: 8/10
Marrant, moi c'est tout le contraire. Un album que j'ai découvert sur le tard plusieurs années après sa sortie alors que les premiers squattaient depuis longtemps ma platine.
Sinon rien à redire, un (très) bon album, groovy, headbanguant et ouais cette basse qui vient vous chiquer les mollets! Headbang
Mais quand même pas du niveau du génialissime "Horrorscope"! Hail
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
12/07/2009 14:45
note: 8/10
Le 2ème en ce qui me concerne. J'avais été agréablement surpris à l'époque puisque j'avais découvert le groupe avec ... "I Hear Black".
cglaume citer
cglaume
12/07/2009 14:40
note: 8/10
Le 3e Overkill que j'ai eu entre les oreilles après "Horrorscope" et "The Killing Kind". Il n'en fallait pas plus pour finir de me rendre Overkill-addict ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Overkill
Thrash metal
1994 - Atlantic Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (2)  9/10

plus d'infos sur
Overkill
Overkill
Thrash - 1980 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Where It Hurts
02.  Fast Junkie
03.  The Wait/New High In Lows
04.  They Eat Their Young
05.  What's Your Problem?
06.  Under One
07.  Supersonic Hate
08.  R.I.P. (Undone)
09.  Up To Zero
10.  Bastard Nation
11.  Gasoline Dream

Durée : 57:38

line up
voir aussi
Overkill
Overkill
Killbox 13

2003 - Spitfire Records
  
Overkill
Overkill
White Devil Armory

2014 - Nuclear Blast
  
Overkill
Overkill
Necroshine

1999 - SPV
  
Overkill
Overkill
The Electric Age

2012 - Nuclear Blast
  
Overkill
Overkill
Ironbound

2010 - Nuclear Blast
  

Essayez aussi
Annihilator
Annihilator
Annihilator

2010 - Earache Records
  
Anonymus
Anonymus
Chapter Chaos Begins

2006 - Galy Records
  
Witchery
Witchery
Witchkrieg

2010 - Century Media
  
Atrophy
Atrophy
Violent By Nature

1990 - Roadrunner Records
  
Entombed
Entombed
Morning Star

2001 - Music For Nations
  

Slayer
Show No Mercy
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Affront
Angry Voices
Lire la chronique
Les sacrifices dans le black metal
Lire le podcast
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Deserter
Coils of the Lesser Serpent
Lire la chronique
Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Lire le dossier
H2SO4
British Bangla Testament (EP)
Lire la chronique
Hellish
Grimoire
Lire la chronique
Sakrif'or 2017 / Black Metal Awards
Lire le podcast
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
Urn
The Burning
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Revenant
Prophecies Of A Dying World
Lire la chronique