chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nervosa - Victim of Yourself

Chronique

Nervosa Victim of Yourself
C'est un groupe qui pose problème, dans un genre qui, à l'époque, posait problème.
Faisons un peu d'histoire, et revenons dans cette époque faste et furieuse que sont les années 80. Alors que la Nouvelle Vague de Métal Hurlant Anglais est en pleine expansion, ça ne suffit pas à certains gusses, galvanisés par du Punk et cette envie de « toujours plus ». Et, peu à peu, s'est imposé le Thrash Metal, genre extrême par excellence, mêlant la hargne colérique du Punk à la rigueur implacable de ce genre musical nommé selon un matériau qui ne rompt jamais. Et c'est bien ça qui posait problème avec la morale : le Thrash, ça défonce et ça dénonce.
Aujourd'hui, les groupes revivals s'inspirant des grands tels que le Big 4, KREATOR, TESTAMENT ou EXODUS sont légion, et il est difficile de faire parler de soi. Mais ce n'est pas le cas de NERVOSA ! Pourquoi ? Eh bien parce que c'est un trio brésilien.
Non, le Brésil est un vivier de groupes de Thrash. Ne tournons pas autour du pot.
Eh bien parce que c'est un trio féminin.

Et se pose cette question : est-ce que ce groupe qui gagne en popularité doit-il cette renommé grandissante par cette originalité, ou est-ce que sa musique se défend bien et promet une belle carrière ?
Avant de parler musique, il faut voir une chose : contrairement à ce que disent certaines critiques, le groupe ne capitalise pas sur le « vagina business » ou le fait que ce sont des filles. Les musiciennes sont là pour faire du Thrash pur jus – un titre comme « Into Moshpit » prouve qu'elles veulent qu'on se bouge les miches. Donc, ignorons directement cette question qui n'en est pas une : ça manque de filles dans le milieu, ça fait du bien d'en voir certaines qui s'y présentent avec plaisir et détermination !

Ainsi, je pose mes oreilles sur ce premier album.

Suite à une intro qui met une ambiance, vient ce premier morceau aux riffs et aux breaks efficaces. S'instaure la voix, agressive sans hurler, de la chanteuse, qui n'est pas sans m'évoquer la voix de Sarah Longfield (ça tombe bien, cette youtubeuse ne chante pas assez selon moi). Ce qui met bien également, c'est la force de frappe du trio : le jeu de batterie impose une bonne chape, la basse charcute et sert d'appui à une guitare électrique qui joue d'un groove encore discret mais qui sait accrocher, surtout dans certains moments punchy comme dans la montée pré-solo de « Twisted Values ».
Mais se pose un premier problème : en sept minutes, on a du calme et de l'énervé, qu'est-ce qu'on va avoir ensuite sur les dix autres morceaux, d'autant que « Twisted Values » semble avoir du mal à conclure et aurait pu se terminer une bonne minute avant la fin ?

Eh bien ce premier morceau suffit à se faire un avis sur l'ensemble : c'est un tantinet longuet, ça a du mal à conclure, et on aurait pu réduire ça à quelques morceaux choisis, un peu comme DISTILLATOR qui alternait un bon morceau avec un autre plutôt moyen.
Fin de la chronique, c'est tout pour moi !

Allez, soyons un poil plus précis. Le disque est séparé en deux moments : côté A avec les six premiers titres, côté B avec les derniers. Schématiquement, le A traîne la patte et le B envoie un peu plus.
Dans cette première partie, c'est simple : outre « Justice Be Done » avec son solo pressant et sa rythmique carrée, le reste tourne rapidement en rond, la faute à une sur-utilisation de riffs tampons après le premier couplet. Le pire étant « Wake Up and Fight », morceau étrangement mid-tempo entièrement composé de ce genre de mélodies que je trouve rébarbatives. Mais on aura aussi un bémol à émettre pour « Envious » : instrumentalement bien fichue, elle place la basse en avant, pour finalement tout faire retomber derrière. On aura un petit sursaut avec le départ de « Nasty Injury », qui prouve que le trio sait faire des instants headbangings de qualité, avant que ça ne retombe à nouveau, non par volonté d'écriture, mais par manque d'inspiration. Je suis un peu dur, mais quand on utilise à foison des mélodies tampons, à un moment je m'interroge.

Ce va-et-vient sera légèrement atténué dans la seconde partie. On sent clairement que NERVOSA ne manque pas d'envie de bien faire : globalement, on perçoit ce souci de proposer des riffs efficaces, dans le pur charcutage du Thrash d'antan. On notera ainsi quelques titres sympa comme tout, tel que « Morbid Courage », sans doute mon favori de la galette. Taillé pour le pit, il donne envie de botter des culs. Entre la batterie et sa double pédale ainsi que le riff employé, on se sent galvanisé, plein d'une énergie nouvelle. Un morceau qui, pour moi, frôle un sans-faute dans son écriture étant donné le style employé. Efficace sans tomber dans la facilité : on en veut plus des comme ça !
Ça tombe bien, parce qu' « Into Moshpit » parvient à nous garder réveillé, ainsi que « Deep Misery », morceau qui me permettra de souligner une nouvelle fois les capacités vocales de la chanteuse : hargneuse et propre à la fois, un sacré taff est fait de côté-là et c'est très appréciable !
Malheureusement, le reste de cette partie traîne dans le classicisme : « Death ! » a un solo qui tombe comme un cheveu sur la soupe, « Victim of Yourself » explose avant de revenir au rythme de croisière auquel l'album nous a habitué. Le dernier semble être un délire contestataire, ça fout le bordel mais bon, rien à ajouter.

Similaire à HIRAX ou DESTRUCTION, NERVOSA avait encore beaucoup à faire après ce « Victim of Yourself » pour prouver que leur Thrash peut se démarquer. Outre une écriture qui pioche dans quelques facilités, et qui évoque beaucoup de groupes de Thrash ou de Crossover, on retrouve souvent des instants tampons trop présents, voire des titres tampons assez oubliables. Gardons toutefois à l'esprit que ce disque est un premier essai : ce n'est ni un tir en touche, ni une glorieuse réussite, mais un départ prometteur pour un groupe qui a envie de proposer un Thrash direct. Reste à voir si leur style parviendra à gagner en maturité et en audace pour proposer ce facteur X qui rendra NERVOSA culte.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

15 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
31/08/2017 23:29
note: 6/10
Sulphur a écrit : C'est plutôt le côté jeune, sympa et clairement positif de la bande de copines qui "thrashent" ensemble qui a certainement fait mouche.

Dis comme ça, c'est vrai qu'on a ce feeling de bande de potes. Je suis tout à fait d'accord avec ton commentaire ! Sourire
Pour le deuxième album, en revanche, on sent qu'il y a plus de taff derrière, notamment en raccourcissant les morceaux.
Sulphur citer
Sulphur
31/08/2017 18:15
note: 6/10
Thrash assez quelconque, pur produit de la "new wave of Thrash Metal" qui sévit partout depuis quelques années. Dans l'ensemble de l'Europe, mais aussi en Amérique Latine.
On a le logo qui va bien, la pochette qui va bien, les riffs qui vont bien, etc. mais ça n'casse pas des briques, loin de là.
Manque de vitesse et d'originalité, on est dans la moyenne des groupes trouvables un peu partout en Allemagne, Espagne, etc. et au final, un 6 qui va assez bien aussi.
Le fait que ce soit que des filles devait plaire chez Napalm Records. Je ne pense pas que les gars de là-bas se passaient l'album en boucle en hallucinant sur la qualité des compos. C'est plutôt le côté jeune, sympa et clairement positif de la bande de copines qui "thrashent" ensemble qui a certainement fait mouche.
MoM citer
MoM
31/08/2017 13:24
note: 6/10
RBD a écrit : Je les avais vues l'an dernier. C'est très vieille école, à la Venom ou Thrash Allemand. Je me rappelle d'une bassiste chanteuse au timbre un peu faible, très calme et posée pendant les interludes, une bonne batteuse et une seule guitare qui alternait donc rythmique et solos. C'est pas trop mon style favori, mais ça roulait.

Une seule guitare en effet, et ça fonctionne pas trop mal ! La basse comble bien le vide que laisse l'absence d'une guitare rythmique.
La chanteuse, on l'entendait bien en live. Sourire
RBD citer
RBD
31/08/2017 12:19
Je les avais vues l'an dernier. C'est très vieille école, à la Venom ou Thrash Allemand. Je me rappelle d'une bassiste chanteuse au timbre un peu faible, très calme et posée pendant les interludes, une bonne batteuse et une seule guitare qui alternait donc rythmique et solos. C'est pas trop mon style favori, mais ça roulait.
MoM citer
MoM
28/08/2017 17:02
note: 6/10
the gloth a écrit : Et la sur-utilisation du mot "tampon", faut-il y voir un sens caché ?

Oh la la ! XD
Après, il n'est utilisé que 4 fois : c'est toujours moins que certains riffs dans cet album ! Gros sourire
C'est parce que je n'ai pas d'autre mot pour ces mélodies ou titres qui servent juste à combler du vide. Ca fait tampon, quoi Clin d'oeil
Mais si on me trouve autre chose, je remplace.

PS : j'aurais pu mettre "insipide" ou "fade", mais je trouvais ça trop fort.
the gloth citer
the gloth
28/08/2017 16:38
Et la sur-utilisation du mot "tampon", faut-il y voir un sens caché ?
MoM citer
MoM
28/08/2017 14:43
note: 6/10
Ainur a écrit : elle a tout de suite buggé sur le "vagina business" ou même le fait qu'on parle encore des filles dans le metal comme si elle devait encore prouver qu'elles ont leur place.

Ton introduction sous entend fortement que c'est bon, elles font pas les putes, elles jouent du thrash elles ont leur place.


Le coup du "vagina business", c'est parce que j'ai lu dans plusieurs chroniques "ouais, les gonzesses, elles font du Metal pour qu'on parle d'elles, pas pour amour de la musique".
Sur l'angle que tu développes dans ce que je cite, il est vrai que je ne m'étais pas rendu compte de la violence que je pouvais mettre, en mode "le mâle approuve".
Je pense que, malheureusement, mon discours peut avoir deux lectures :
- celle que tu as signalée, et qui se justifie totalement
- celle que j'ai voulue, à savoir "je prends les arguments et je dis que, non, elles ne font pas ce qui leur est critiqué, à savoir jouer sur le fait que ce sont des filles"

C'est un terrain ultra-miné, après. Dès que tu évoques la question de "filles/garçons", t'es presque obligé de buter en touche tellement les frontières sont fines. Je manque de finesse de ce côté-là.
Après, je le dis sincèrement : je ne suis pas un défenseur actif du féminisme, mais je fais de mon mieux pour éviter de heurter les personnes. Je ne pensais pas à mal dans mon intro, mais ça peut être lu comme étant blessant... Je m'en excuse.
Le prochain album, "Agony", ce ne sera que sur le disque. Vu que cette intro, c'était pour balayer ce débat, je n'en parlerai pas davantage.

Tu parles de Manowar : typiquement, c'est le type de groupe où je dis "à un moment, faut que la musique suive". Y a un délire sur-viril, mais la musique est d'une platitude triste pour moi, bien loin des premiers Raven où ils faisaient de l' "Athletic Rock".
Je suis de ceux qui pensent qu'un principe ne doit pas être une béquille à une créativité fluctuante, voire devenue fainéante pour les pires (Dragonforce ou Rings of Saturn, notamment).
Kedran citer
Kedran
28/08/2017 14:19
N'étant pas vraiment fan de Thrash sauf quand il est mélangé avec d'autres trucs je n'ai pas à vraiment d'avis sur l'album par contre j'ai tiqué sur les même points que toi dans la chro Ainur et je vais totalement dans le sens de ton dernier commentaire.
Ainur citer
Ainur
28/08/2017 14:02
Je suis content de ta réponse MoM, je suis sur que ça partait d'une bonne intention et que ton intro avait pour objectif d'être plutôt positive.

Je comprend ton raisonnement, mais encore une fois c'est un raisonnement de mec et ça tombe bien j'en suis un Moqueur

Je veux pas faire mon féministe chiant mais quand t'es avec une fille qui se prend des préjugées en permanence dans les festivals ou en soirée tu te rend compte qu'en fait on est un peu à côté de la plaque nous les hommes.

Alors c'est pas contre toi directement parce que le discours que tu as eu dans cette introduction je l'ai entendu concernant ce groupe pas mal de fois.

"le groupe ne capitalise pas sur le « vagina business »"

Ok mais même si elle le faisait (pour le peu que ça existe hein...) qu'est ce que ça change ? On dirait jamais ça de Manowar qui pose en mec "virile" ou un groupe avec des vestes à patchs, ou des coreux qui se maquille avec du gel plein les cheveux. Et surtout si un groupe masculin ne faisait rien de tout ça on ne dirait jamais "c'est bien parce qu'il ne joue pas sur le physique". Non en s'en battrait grave les couilles et on écouterait leur CD leur prod le thème dans les morceaux etc.

Après même si tu veux renverser la critique en un tour de main, cela pause "problème"pour qui ? Ben pour les gros cons voila la vérité. Pour les beaufs de metalleux qui en ont rien à foutre des riffs et qui passe leur temps à mater leur culs. J'ai passé du temps avec des gens qui m'ont bien saoulés "fais un bisou à la chanteuse de ma part" "essaye d'avoir son numéro" "putain la batteuse elle se démerde bien pour une meuf". Et en fait tout ça ça me fais chier, et je suis bien content de savoir que tu le penses aussi, mais rien que d'en parler d'un point de vue masculin fait comme ci la chronique était justement réservé à un publique masculin, j'ai fais lire ta chro à ma copine et elle a tout de suite buggé sur le "vagina business" ou même le fait qu'on parle encore des filles dans le metal comme si elle devait encore prouver qu'elles ont leur place.

Ton introduction sous entend fortement que c'est bon, elles font pas les putes, elles jouent du thrash elles ont leur place.

Voila surtout ne change rien à cette chronique ce n'est pas mon but, tu es tombé sur un lecteur chiant et Chris te confirmera que je suis un connard.

J'aime ta chronique de toute façon et je suis d'accord à 100% sur ce que tu dis par la suite et c'est le plus important. J'attend avec impatience la chronique des autres (du dernier ?) album.

Bisous.
MoM citer
MoM
27/08/2017 14:01
note: 6/10
Ainur a écrit : Tout le fond de la chronique, c'est à dire qui parle de musique je ne peux qu'être d'accord et j'ai hâte que tu écrives sur les autres albums.

Par contre on est en 2017 j'en ai assez de lire des trucs sur le fait que ce sont des femmes, je ne comprend pas pourquoi tu as écris cette intro que je trouve quand même limite:

"un groupe qui pose problème, parce que c'est un trio féminin".

Sérieusement ?


As-tu lu toute l'intro ? Je pense que tu as fait une lecture premier degré alors que je mets ensuite : "Donc, ignorons directement cette question qui n'en est pas une : ça manque de filles dans le milieu, ça fait du bien d'en voir certaines qui s'y présente avec plaisir et détermination !"

Quand je chronique, j'aime lire ce qui se fait ailleurs, histoire de voir si je tape pas trop à côté une fois mon premier jet sur la musique effectué. Et sur Nervosa, c'est fou, mais soit ça encense parce que ce sont des filles (et on a des notes données à l'aveuglette), soit, au contraire, ça descend le groupe juste parce que "baaaah c'est des gonzesses, sans ça elles auraient jamais fait parler d'elles"

Vu que ça semble être un élément important autour de l'appréciation du groupe, j'ai pris le parti d'en parler également... Pour le renverser en un tourne-main.

Je les ai découvertes en live et, encore une fois, j'insiste : elles ne jouent pas du tout sur leur physique. Elles jouent avec plaisir et générosité sans dire "ouais on est des nanas, ah ah !". Du coup, je l'affirme : " il faut voir une chose : le groupe ne capitalise pas sur le « vagina business ». Pas de chichi, ni de tenues provocantes ou faites pour aguicher, les musiciennes sont là pour faire du Thrash pur jus – un titre comme « Into Mosh Pit » prouve qu'elles veulent qu'on se bouge les miches."

Puis, même, quand je dis "ce groupe pose problème parce que c'est un trio féminin", c'est justement vis-à-vis de ces critiques qui changent leur appréciation en prenant ça en compte. Chose que je me suis refusé de faire et que j'ai voulu rendre ridicule.

En sachant ça, je serais curieux que tu relises et que tu me dises si ça reste pas clair, comme ça je modifierais en conséquence Sourire
Ainur citer
Ainur
27/08/2017 13:39
Tout le fond de la chronique, c'est à dire qui parle de musique je ne peux qu'être d'accord et j'ai hâte que tu écrives sur les autres albums.

Par contre on est en 2017 j'en ai assez de lire des trucs sur le fait que ce sont des femmes, je ne comprend pas pourquoi tu as écris cette intro que je trouve quand même limite:

"un groupe qui pose problème, parce que c'est un trio féminin".

Sérieusement ?

Pour les avoir vue 2 fois en live (et quel live !) C'est bien parce qu'elles jouent du thrash/death de façon 100 fois plus efficace que des centaines d'autres groupe du même genre qu'elles gagnent en popularité.

Ce n'est pas non plus le groupe du siècle mais encore une fois parler du genre c'est juste chiant comme si la chronique était réservé aux lecteurs masculin...
MoM citer
MoM
26/08/2017 16:10
note: 6/10
rivax a écrit : MoM a écrit : rivax a écrit : MoM a écrit : le Thrash, ça défonce et ça dénonce.

Punchline de l'année!


Mon détecteur de sarcasme est confus Gros sourire
Sincèrement, j'ai hésité à la garder : parfois, on écrit, puis on regrette, là je ne savais pas quoi en faire. Alors, bon, dans le doute... Clin d'oeil


mais non, je suis sincère. Si c'était du sarcasme j'aurais mis un smiley


Merci beaucoup ! Sourire
rivax citer
rivax
26/08/2017 15:33
MoM a écrit : rivax a écrit : MoM a écrit : le Thrash, ça défonce et ça dénonce.

Punchline de l'année!


Mon détecteur de sarcasme est confus Gros sourire
Sincèrement, j'ai hésité à la garder : parfois, on écrit, puis on regrette, là je ne savais pas quoi en faire. Alors, bon, dans le doute... Clin d'oeil


mais non, je suis sincère. Si c'était du sarcasme j'aurais mis un smiley
MoM citer
MoM
26/08/2017 14:06
note: 6/10
rivax a écrit : MoM a écrit : le Thrash, ça défonce et ça dénonce.

Punchline de l'année!


Mon détecteur de sarcasme est confus Gros sourire
Sincèrement, j'ai hésité à la garder : parfois, on écrit, puis on regrette, là je ne savais pas quoi en faire. Alors, bon, dans le doute... Clin d'oeil
rivax citer
rivax
26/08/2017 13:36
Citation : le Thrash, ça défonce et ça dénonce.

Punchline de l'année!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nervosa
Thrash metal
2014 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (3)  7/10
Webzines : (16)  6.61/10

plus d'infos sur
Nervosa
Nervosa
Thrash Metal - 2010 - Brésil
  

vidéos
Death
Death
Nervosa

Extrait de "Victim of Yourself"
  
Into Moshpit
Into Moshpit
Nervosa

Extrait de "Victim of Yourself"
  

tracklist
Side A
01.   Intro  (02:57)
02.   Twisted Values  (05:18)
03.   Justice Be Done  (03:49)
04.   Wake Up and Fight  (03:40)
05.   Nasty Injury  (05:27)
06.   Envious  (04:35)
Side B
07.   Morbid Courage  (03:33)
08.   Death  (03:51)
09.   Into Moshpit  (03:43)
10.   Deep Misery  (02:06)
11.   Victim of Yourself  (04:10)
12.   Urânio em Nós  (02:07)

Durée : 45:16

line up
parution
28 Février 2014

voir aussi
Nervosa
Nervosa
Agony

2016 - Napalm Records
  

Essayez plutôt
Warfect
Warfect
Exoneration Denied

2013 - Cyclone Empire
  
Havok
Havok
Time Is Up

2011 - Candlelight Records
  
Anthrax
Anthrax
The Greater Of Two Evils (Compil.)

2004 - Nuclear Blast
  
Sodom
Sodom
Epitome Of Torture

2013 - SPV
  
Nekromantheon
Nekromantheon
Rise, Vulcan Spectre

2012 - Indie Recordings
  

The Absence
From Your Grave
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
Urn
The Burning
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Revenant
Prophecies Of A Dying World
Lire la chronique
Pig Destroyer
Terrifyer
Lire la chronique
Gwar
The Blood of Gods
Lire la chronique
Bloody Alchemy
Kingdom Of Hatred
Lire la chronique
Through The Eyes Of The Dead
Disomus
Lire la chronique
Ripping Corpse
Dreaming With The Dead
Lire la chronique
Le BM du Québec se limite à 3 groupes... MON CUL !
Lire le podcast
The Black Dahlia Murder
Nightbringers
Lire la chronique
Attomica
Attomica
Lire la chronique
Highrider
Roll For Initiative
Lire la chronique
Devastation
Signs Of Life
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique