chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Testament - The Ritual

Chronique

Testament The Ritual
Alors que le groupe s'apprête à sortir dans quelques semaines son dixième album (« Dark Roots Of Earth »), repenchons-nous aujourd'hui sur un opus controversé dans la carrière de Testament: « The Ritual ». Car au début des années 90, à l'heure où la majorité des groupes de thrash outre-Atlantique mâtinent leur metal d'influences plus rock voire franchement mainstream (Metallica avec son album éponyme, Megadeth et son « Countdown To Extinction », Exodus avec « Force Of Habit », OverKill et « I Hear Black », le « Sound Of White Noise » d' Anthrax... la liste est longue) la bande à Chuck Billy ne fait pas exception à la règle. Ayant déjà commencé à lever le pied sur ses deux ou trois précédentes productions, les Américains enfoncent le clou avec ce cinquième album dont le contenu, à des années lumières du thrash virulent de « The Legacy », divisera les fans.

Inutile de tenter le faux suspens (la note à droite l'ayant tué dans l'oeuf), je fais partie de ceux qui ont adoré cet album. Question d'histoire personnelle? Evidemment, « The Ritual » se trouvant être le premier album acquis avec mes minces économies peu après sa sortie et ma découverte du groupe grâce à la tuerie « Sins Of Omission » sur la compil « Dr Heavy & Mr Hard » je garde pour lui une affection toute particulière qui n'enlève rien à mon objectivité quant à la qualité intrinsèque des dix morceaux présents ici (passée l'intro soliste de Skolnick « Signs Of Chaos »). Même si je comprends aisément les réticences des die hard de la première heure qui ont vu avec ce nouvel effort Testament s'enfoncer un peu plus encore dans une voie ''mainstream'' délaissant la vitesse d'exécution que beaucoup érigeaient en art de vivre pour laisser la part belle aux talents de composition de chacun aboutissant à un album au tempo moyen facilement divisé par deux mais dont la qualité de composition justement frise parfois le génie pur et simple. En effet une fois digéré ce changement de vitesse, comment ne pas succomber à ces riffs heavy thrash accrocheurs au possible et surtout ces refrains fédérateurs comme rarement j'en ai entendu (« Electric Crown », « So Many Lies », « Let Go Of My World » )? Car si le travail des six cordes tend ici plus souvent vers le heavy rock musclé (« Deadline », « The Sermon ») que le vers le thrash pur et dur (seule « Agony » tape un poil plus fort que le reste tout en restant assez gentille), les riffs n'en sont pas moins fondamentalement bons et constituent sur chaque titre une charpente à la solidité éprouvée par des centaines d'écoutes (« Electric Crown », « Let Go Of My World », « Troubled Dreams ») appuyés par de nombreuses mélodies (« Electric Crown », « So Many Lies », « As The Seasons Grey »). Et que dire de ces refrains mémorables emmenés par un Chuck Billy au sommet de son art et à reprendre sous la douche ou au volant de sa bagnole cheveux au vent (« Electric Crown » bordel! « So Many Lies », Let Go Of My World », « Deadline »)? De la grande musique tout simplement, sublimée par un Skolnick lui aussi tellement inspiré nous livrant parmi les meilleurs solos de Testament (« Electric Crown », « Let Go Of My World », « As The Seasons Grey », « Return To Serenity ») et confirmant s'il en était besoin son statut de grand. Comment ne pas évoquer enfin « Return To Serenity »? Après plusieurs tentatives totalement ratées (« Musical Death (A Dirge) », la purge « The Ballad ») les Californiens parviennent enfin à l'écrire cette power-ballad qui les titillait depuis tant. Égalant en terme d'émotions tout ce qui se fait de mieux dans le style, cette avant-dernière piste transcendée par le génie de Skolnick (mon dieu ce solo! J'en ai des frissons rien que d'y penser! ) montre une fois de plus un groupe à l'aise qui réussit avec maestria là où il s'était plusieurs fois cassé les dents.

Et si je citais plus haut le cinquième album des Mets ce n'est pas un simple hasard tant ces deux sorties ont pour moi de points communs en terme d'évolution musicale. Moins rapide et in your face certes mais tellement bien construit, « The Ritual » est un peu le Black Album de Testament, basé sur les rythmiques mid-tempo appuyées par un Louie Clemente dont le jeu n'est d'ailleurs pas sans rappeler celui du danois sur ledit album noir. Fort d'une production enfin digne de ce nom (même si celle de « Souls Of Black » marquait déjà un mieux) mettant également au premier plan la basse de Greg Christian, cet album mérite bien mieux que les éternelles critiques sur son manque de vitesse même si je peux les comprendre ( le sombre titre éponyme pouvant indéniablement dérouter les fans les plus difficiles, « So Many Lies » traîne un peu la patte c'est vrai). L'album ne sera d'ailleurs pas simplement un échec commercial puisque Louie Clemente quittera le navire suivi par Alex Skolnick qui ira assouvir ses velléités mélodiques chez Savatage et former son groupe de jazz. Mal aimé de la discographie de Testament, « The Ritual » garde pour moi une sauveur particulière, celle des cassettes que l'on faisait tourner au collège, celle des premiers riffs que l'on tente de reproduire gauchement sur une vieille ESP, bref il me rappelle mon enfance! A ce titre je ne peux que vous enjoindre de poser une oreille sur cet album, certes pas le meilleur des Californiens, mais pour moi bien meilleur que la période funeste 1994-97.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
22/10/2016 13:43
note: 8/10
Non Jeff, t'es pas tout seul Clin d'oeil, moi aussi je l'adore cet album. Déjà parce qu'il me rappelle une certaine époque, les clips de Testament passaient à la télé, hé oui, les fêtes metal et bière, l'insouciance, la jeunesse, bref...
Les compos sont puissantes, variées, aérées, techniques, sauf pour la batterie, franchement, oui, Clemente peut être comparé à Lars Ulrich, malheureusement.

L'exigence de compos speed est un truc que je n'ai jamais compris. Bien sur qu'il en faut mais la variété sur une setlist c'est tellement mieux. Je me fais sérieusement chier quand l'intégral de The Ultra Violence ou de Bonded By Blodd est joué live. Les mecs ont des carrières respectables, qu'ils jouent du Act III, du Force Of Habit, du Ritual, du W.F.O.... des trucs un peu heavy. Je suis convaincu que l'audience deviendrait folle, surtout qu'on n'a jamais vraiment eu l'occasion d'entendre ces morceaux en live.
Invité citer
Robin L
18/05/2012 15:58
Great review (Thanks google translate...hehe) and Awesome band!!!!!All hail Testament...THRASH!!!!! \m/
Niktareum citer
Niktareum
17/05/2012 13:19
note: 8.5/10
Merci Toto! Clin d'oeil
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
17/05/2012 10:59
note: 7/10
J'aime beaucoup le title track pour son côté sombre et lancinant, surtout qu'à partir de "Deadline", tous les titres sont interchangeables. Bons refrains, guitares aguicheuses mais on sent bien que Clemente et Skolnick n'avaient plus la tête au thrash (surtout Alex qui d'après une interview de Peterson, avait disséqué toutes les compos en studio pour ralentir le tempo par deux). Pour ce qui est de la power ballad, je préfère celle présente sur "Souls Of Black", un album que j'ai usé à l'époque pour les mêmes raisons que toi avec "The Ritual". Excellente chro!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Testament
Heavy Thrash
1992 - Atlantic Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  7/10
Webzines : (7)  6.44/10

plus d'infos sur
Testament
Testament
Thrash - 1986 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Signs of Chaos
02.   Electric Crown
03.   So Many Lies
04.   Let Go of My World
05.   The Ritual
06.   Deadline
07.   As the Seasons Grey
08.   Agony
09.   The Sermon
10.   Return to Serenity
11.   Troubled Dreams

Durée : 54'21

line up
voir aussi
Testament
Testament
The Formation Of Damnation

2008 - Nuclear Blast Records
  
Testament
Testament
Dark Roots Of Earth

2012 - Nuclear Blast Records
  
Testament
Testament
Practice What You Preach

1989 - Megaforce Records / Atlantic Records
  
Testament
Testament
Low

1994 - Megaforce Records / Atlantic Records
  
Testament
Testament
The New Order

1988 - Megaforce Records / Atlantic Records
  

Essayez aussi
Megadeth
Megadeth
The System Has Failed

2004 - Sanctuary Records
  
Annihilator
Annihilator
Never, Neverland

1990 - Roadrunner Records
  
Enemy Of The Sun
Enemy Of The Sun
Shadows

2008 - Massacre Records
  
Atrox
Atrox
Binocular

2008 - Season Of Mist
  
Himsa
Himsa
Summon In Thunder

2007 - Century Media Records
  

Metal Church
Generation Nothing
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)
Lire la chronique
Le retour des torturés (Ont-ils bien fait ?)
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal
Lire le podcast
Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast