chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Chryseis - Presence Of The Past

Chronique

Chryseis Presence Of The Past
La bonne surprise de l'année s'appelle C.H.R.Y.S.E.I.S. comme Consortium of Human Resistance from Yuggoth for the Search and Exploration of Irregular Systems que vous me permettrez d'appeler simplement Chryseis, parce qu'il faut pas déconner non plus, ils ont beau faire de la très bonne musique nos deux gars de Montluçon, les noms qui prennent trois heures à écrire ça va deux minutes.

Je ne vais pas vous l'apprendre, en France, on fait metalistiquement parlant dans à peu près tous les styles, du heavy barré au trve black enregistré sur un quatre pistes dans le garage de sa mémé en passant par le brutal death qui tâche. Mais les amateurs de techno-thrash n'avaient jusqu'à présent pas grand chose à se mettre sous la dent. On pourrait peut être citer Krakkbrain, obscur groupe avec à la basse un certain Jean-Jacques Moréac (comment ça, ça se voit que je suis fan ?) que pour ainsi dire personne ne connaît et qui officiait dans une forme de thrash technique. Oui mais voilà, là où Chryseis apporte quelque chose de singulièrement original sur la scène française, c'est dans sa façon de remettre au goût du jour une forme de techno-thrash progressif très proche de Pestilence ou Nocturnus sans pour autant tomber dans le plagiat de bas étage ou l'impression de déjà entendu.

Mais que puis-je bien donc entendre par « techno-thrash progressif » allez vous me demander, vous ne qui êtes peut être né de la dernière pluie – c'est-à-dire à peu de chose près d'avant-hier, auquel cas vous êtes vachement précoce pour arriver à me lire ? Et bien par « techno-thrash progressif » j'entends Pestilence et Nocturnus. Comment ça je l'ai déjà dit ?
Bon, alors pour être plus précis, prenez une base de thrash, enlevez-lui son côté bestial et irréfléchi et rendez-la injouable en mettant des cassures et des variations partout : vous avez du techno-thrash. Maintenant pour le rendre progressif, ajoutez-lui une bonne dose de guitares synthé, de basses synthé et fretless, et n'oubliez pas de faire un ou deux instrumentaux bien atmosphériques avec force violoning et solos non amorcés et très en avant venus de nulle part. Vous avez du techno-thrash progressif.
Pour ceux qui ne voient pas à quoi cela pourrait ressembler, imaginez du Mekong Delta avec moins de descentes de manche, mélangé au côté clinique et saccadé de Illogicist avec de magnifiques ambiances à la Mithras. Mince, ce ne serait pas plus simple de dire que ça ressemble à du Pestilence et du Nocturnus ?

Vous l'aurez compris, Chryseis s'adresse à un public averti d'amateurs de metal intelligent, posé et réfléchi, qui ne rechignent pas à laisser toute forme de groove ou de brutalité au placard, exception faite des vocaux ultra profonds d'un chanteur particulièrement inspiré, venant soutenir à merveille les passages les plus entraînants d'une musique savamment composée et orchestrée.
C'est d'ailleurs là toute la force d'un groupe qui officiant dans un style extrêmement proche des gloires du techno-thrash et du techno-death de la première moitié des années 90, arrive à apporter une petite touche d'originalité avec des sonorités aériennes que l'on croirait tout droit venues d'une autre planète. De la même manière qu'un Mithras, Chryseis arrivera sans trop de difficultés à réussir le tour de force de vous faire oublier son illustre filiation au bout de quelques minutes, tant la qualité de ses compositions sera la seule chose qui marquera votre esprit.

Ce mimétisme est d'ailleurs poussé au point que la production de ce Presence Of The Past est elle aussi furieusement ancrée dans les années 90. Le groupe ayant fait avec les moyens du bord, la production a un côté extrêmement « roots », qui pourrait déplaire aux habitués des grosses prods très propres d'aujourd'hui. Oubliez la batterie bien proprette, ici les cymbales au son peu défini viennent empiéter sur des guitares grésillantes qui contrastent singulièrement avec la propreté des guitares et basses synthé, de la basse fretless et des passages atmosphériques en tout genre (le violoning sonne d'ailleurs comme un effet de BossGT6, même si peu de monde doit être en mesure d'entendre ça, moi le premier).
Bref, cette production peut paraître aux yeux des gens qui n'ont pas été élevés au son des démos de Nocturnus comme le point faible de l'album, mais ne saurait déplaire aux puristes. J'irais même jusqu'à dire qu'elle renforce encore un peu plus la cohérence de l'ensemble.

Résolument ancrée dans le passé, et pourtant furieusement actuelle, la musique de Chryseis ne pourra laisser indifférent les nostalgiques du metal technique des années 90* comme les amateurs de metal progressif actuel. En un mot comme en cent, Chryseis est le groupe qu'il manquait au paysage du metal français.

*Pestilence et Nocturnus à tout hasard.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

citer
Herjann
03/07/2009 14:25
Ces gars jouent bien et pour avoir vu leur matos d'enregistrement ils s'en sortent bien sur cet album.
Support.
von_yaourt citer
von_yaourt
01/07/2009 13:05
note: 8.5/10
La production est le gros point faible de l'album, ils le savent, et ça fait d'ailleurs des mois qu'ils bossent dessus pour leur nouvel opus à paraître très bientôt et dont tu peux d'ores et déjà écouter deux morceaux pré-mix ici : www.myspace.com/chryseisband
cglaume citer
cglaume
01/07/2009 07:26
note: 6/10
Mouais, ça fait pas mal de temps que l'album tourne dans mon lecteur, et c'est toujours le même constat : à chaque fois que résonnent les premières notes de « Presence of the Past », c'est toujours la même réaction : « Oh non, l'album à la prod' toute pourrie … »

Alors OK l'album est riche en plages et introductions atmosphérico-SF très sympas et très travaillées, entre les derniers Pestilence (enfin je ne parle pas du tout dernier hein) et Mithras (et là je comprends pourquoi le yaourt accroche …). OK le groupe fait dans l'originalité plutôt que dans le « hype » et le remâché. OK on trouve des réminiscences Nocturnussiennes, voire Coronero-Carcariassiennes (sur « Human Form » par exemple). OK on a le droit à de bonnes lignes de grattes lead.

Mais la forme détruit complètement le fond. Déjà la batterie, je ne sais pas trop si c'est le cas, mais j'ai maintes fois l'impression d'écouter une vieille BAR un peu miteuse. La prod et le mix sont – il faut bien le dire – nuls à chier, et donc tout particulièrement durs à encaisser entre 2 albums « normaux » (non en effet, je n'écoute pas beaucoup de necro black ni de retro-black/thrash chilien …). Le chant et nombre de passages plan-plans souffrent du syndrome Breakdust : ils puent la tiédasserie insipide des albums de metal français de seconde zone des 90's. Enfin les lourdeurs et maladresses sont légions ici. Des exemples ? Vers 0:24, puis 0:42 sur « Cybernetic Rebirt », c'est balourd et chiant. A 3:22 sur « Cryogenic Journey » on a l'impression d'un jeune groupe de lycéens sans imagination à la fête de la musique. Et ces « saccades » à 2 :53, c'est d'un naïf et d'un maladroit ! Et là encore je prends des passages au hasard d'une écoute…

Heureusement que l'album finit sur des morceaux plus intéressants, mais ça ne rattrape pas vraiment l'impression d'ensemble. 6/10 pour les bons côtés évoqués plus haut, et en guise d'encouragements … Si c'était sorti sur un label, ce serait 3/10 …
von_yaourt citer
von_yaourt
30/10/2007 19:35
note: 8.5/10
cglaume a écrit :
Par contre, même si c'est toujours chipoter que de parler étiquette, tu racontes nawak quand tu parles de techno-thrash pour Nocturnus et Pestilence: ces deux là étant fermement ancrés dans le death, on parle de techno-death. Le techno-thrash, c'est Watchtower, Coroner, Mekong Delta, Wolfspider, ... Va pas nous embrouiller ! Déjà que Mitch s'entête avec sa définition du Dark Metal qui va à l'encontre de l'utilisation habituelle du terme !!


Je te le concède fort volontiers mon cher Cyril, tu remarqueras d'ailleurs que je n'ai jamais dit que Pestilence et Nocturnus faisaient du techno-thrash. Mais, il se trouve que l'acceptation du terme techno-death a évolué : aujourd'hui, on parle plus volontiers de techno-death pour du Necrophagist ou du Theory In Practice que pour des groupes à la Pestilence ou Nocturnus.
Et comme je pense que tu seras d'accord pour dire que Chryseis se rapproche plus d'un Mekong Delta que d'un Necrophagist, j'ai raccourci pour mettre l'étiquette techno-thrash. A un moment, j'avais voulu mettre techno-death old school, mais je crois que ça aurait été un peu obscur.

Enfin bref, y a bien que les vieux comme toi pour chipoter là dessus. Mr Green
cglaume citer
cglaume
30/10/2007 17:49
note: 6/10
von_yaourt a écrit : Krakkbrain, obscur groupe avec à la basse un certain Jean-Jacques Moréac (comment ça, ça se voit que je suis fan ?) que pour ainsi dire personne ne connaît

Taratata: qui c'est qui a "Innercut" en CD chez lui (même qu'il est dispo pour 3 fois rien chez Holy !!) ?

Par contre, même si c'est toujours chipoter que de parler étiquette, tu racontes nawak quand tu parles de techno-thrash pour Nocturnus et Pestilence: ces deux là étant fermement ancrés dans le death, on parle de techno-death. Le techno-thrash, c'est Watchtower, Coroner, Mekong Delta, Wolfspider, ... Va pas nous embrouiller ! Déjà que Mitch s'entête avec sa définition du Dark Metal qui va à l'encontre de l'utilisation habituelle du terme !!

Moqueur
citer
Arnaud
24/10/2007 16:53
Juste écouté les deux morceaux sur myspace, j'ai pas eût encore le temps d'écouter l'album en entier (il attend sur le bureau), et c'est très très bon.

Juste comme ça pour ceux qui voudraient l'album, il est dispo auprès du groupe pour 10 euros seulement, frais de port compris.
Keyser citer
Keyser
24/10/2007 12:01
Excellente chronique et groupe qui m'a l'air très sympa effectivement!
Dead citer
Dead
23/10/2007 23:52
"Consortium of Human Resistance from Yuggoth for the Search and Exploration of Irregular Systems...

J'adore Mort de Rire
Saku' citer
Saku'
23/10/2007 23:37
En tout cas, chuis impressioné par ta cadence de chronique !
DR.Jkl citer
DR.Jkl
23/10/2007 23:15
Bonne chronique pour un style que je ne connais pas du tout, ça donne envie de s'y mettre.

Je commence par Pestilence et Nocturnus c'est ça? Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Chryseis
Techno-Thrash Progressif
2007 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  6.92/10
Webzines : (3)  6.83/10

plus d'infos sur
Chryseis
Chryseis
Techno-Death/Thrash - 1996 - France
  

tracklist
01.   Escape from Yuggoth
02.   Sub-Zero Mission
03.   Cybernetic Rebirth
04.   Astral Reflections
05.   Cryogenic Journey
06.   Human Form
07.   Emptiness Nostalgy
08.   The Sons of Tunguska
09.   Oceans
10.   The Music of Erich Zann

Durée : 41:39

line up
  • Uruk-Xul / Batterie, Basse Synthé, Claviers
  • Omnio / Chant, Guitares, Guitare Synthé

parution
11 Septembre 2007

voir aussi
Chryseis
Chryseis
Planet Dead

2010 - Great Dane Records
  

Brodequin
Methods Of Execution
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique