chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Obtest - Gyvybės Medis

Chronique

Obtest Gyvybės Medis
Pour commencer cette chronique, une petite devinette : quel est le groupe préféré de Marie Trintignant ? Le premier qui répondra dans les commentaires gagnera un lot très spécial dont je n'ai pas encore décidé du contenu.
Mais Vilnius n'est pas seulement la ville où des rockeurs éméchés sur le déclin s'amusent à baffer des actrices pour téléfilms de France 3, c'est surtout la capitale d'un beau pays, la Lituanie, où résident les gaillards de Obtest. Difficile de se rappeler des trois précédents opus du groupe tant ils sont passés inaperçus en France, la faute probablement au label Ledo Takas qui jusqu'alors se chargeait de leur distribution. Mais Osmose Productions, qui n'est pas le dernier label pour dénicher les talents, a signé Obtest, assurant du même coup distribution et promotion chez nous (Ledo Takas se chargeant tout de même de distribuer l'album dans les belles contrées orientales d'Europe).

Difficile de rapprocher Obtest d'un autre groupe, tant la musique du combo lituanien lui est propre. On peut détecter une touche de Vintersorg par-ci, une pointe de Ensiferum par là, on peut même parfois penser à du vieux Waylander, mais globalement, Obtest ne ressemble à rien tout ça tout en s'inscrivant clairement dans une scène heavy thrash folk, un peu comme Hantaoma en France. Comme d'habitude, Obtest perd un peu plus son côté black metal à chaque album, et seuls très peu de riffs sur Gyvybes Medis peuvent laisser entrevoir le style pratiqué par le groupe à ses débuts.
Le style pratiqué est extrêmement énergique et frais à la fois, car malgré des riffs vraiment très simples, la mayonnaise prend à chaque fois grâce à une intelligence de jeu indéniable : à aucun moment sur ce Gyvybes Medis un instrument ne fait tâche ou une faute de goût ne vient entacher un morceau. Cet album est une merveille de cohérence, qui doit son efficacité et son côté sans compromis à l'absence totale de clavier, instrument pervers qui dénature trop souvent l'univers du metal, et que Obtest s'est toujours refusé à utiliser.

Si vous n'aviez jamais jeté une oreille sur le groupe auparavant, je vous conseille vivement de vous lancer, car Gyvybes Medis est vraiment un album hors normes. Le secret d'Obest reste une recette simple, composée d'une section rythmique basse/batterie/ guitare vraiment énergique sur laquelle vient se greffer une excellente seconde guitare se chargeant de broder des mélodies accrocheuses, mais chaque riff arrive à faire mouche sans pour autant que l'on ait l'impression d'avoir à faire à une œuvre simple. Il ne faut pas s'y tromper, il y a une vraie recherche derrière cet album qui explique les trois ans et plusieurs mois d'écriture qu'ont demandé ses morceaux. Aux premières écoutes, quand l'album n'est pas encore rentré en tête, on est positivement étonné par les tournures de certaines lignes de tapping ou de sweeping – qui au passage s'intègrent parfaitement à leur style, oui même dans du folk ! – ou par l'évolution structurelle de certains morceaux. Mais Gyvybes Medis s'avère tellement bon qu'il est bien vite apprivoisé par l'auditeur réceptif, et l'on se surprend bien vite à crier « Vesk ! » en chœur sur l'excellent « Vedlys », à headbanguer en rythme sur le génial « Sviesa » ou à faire de la air guitar sur le superbe instrumental « Ikaitai ».
La production elle aussi est une grande réussite, tout droit sortie du Hertz studio (sauf apparemment pour les guitares), elle est étonnement limpide et adaptée au style, loin du death polonais qui constitue l'écrasante majorité des sorties y ayant été enregistrées. Mention spéciale à la batterie qui sonne vraiment très naturelle, et à la voix de Baalberith qui s'impose parfaitement dans le mix sans pour autant cacher un quelconque instrument. Le seul petit regret que l'on peut émettre est que la basse ne se fasse pas audible assez souvent, car le morceau « Gelezinis Vilkas » où elle se détache vraiment est parmi les meilleurs de l'album.

Bref, vous l'aurez compris, il y a peu de griefs à faire à ce Gyvybes Medis, qui est un album assez varié pour que la lassitude ne s'installe pas et qui conserve malgré tout une identité forte. On peut peut être reprocher quelques solos un peu trop sirupeux sur « Sakali Vaikai », mais globalement, on ne tombe jamais dans une musique trop niaise ; c'est enjoué certes, mais sûrement pas édulcoré. Le seul réel problème que peuvent rencontrer certains à l'écoute d'Obtest, c'est le chant. Baalberith a une voix tellement particulière qu'elle ne plaira clairement pas à tout le monde. Heureusement, ce n'est pas mon cas, et je trouve qu'elle colle parfaitement au style pratiqué par le groupe, surtout qu'elle est devenue de plus en plus maîtrisée au fil des albums.

Bref, Gyvybes Medis ne décevra pas les fans d'Obtest, et séduira à coup sûr les nombreuses personnes qui ne connaissaient pas encore le groupe Lituanien. Il est impossible de rester insensible à ce heavy thrash folk énergique et enjoué du meilleur tonneau, qui développe une imagerie en relation avec les légendes de son pays. Sachez d'ailleurs que le groupe a eu l'excellente idée de traduire ses paroles en anglais sur son site internet, une initiative que d'autres devraient suivre ! Pour résumer, tout comme Bertrand Cantat, cet album vous mettra une bonne claque dans la tronche.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
31/10/2013 22:38
note: 8.5/10
Une petite perle, tout simplement. Lumineux, folk juste ce qu'il faut, et accrocheur en diable. Le chant un peu grognard ne me dérange pas non plus. Je l'ai acquis en même temps que leur tout premier album, qui est par contre très "raw" pour le coup. Quelqu'un sait ce que valent leurs autres albums?
citer
(ancien membre)
16/05/2008 19:53
note: 8.5/10
En effet, très bon disque. C'est varié, accrocheur et les soli sont savoureux, et le groupe maîtrise parfaitement son côté "folk", sans en faire des caisses quoi...
von_yaourt citer
von_yaourt
16/05/2008 14:34
note: 8.5/10
Thomas Johansson a écrit : Allez je me lance. Supertramp ?

Gagné !

Tu gagnes mon estime (même si tu l'avais déjà), et une bière lors d'un prochain concert commun (parce que c'est une tradition familiale). Sourire
Keyser citer
Keyser
16/05/2008 09:05
note: 8/10
Thomas Johansson a écrit : Allez je me lance. Supertramp ?

Hail

Sinon très bonne découverte que cet album. Les structures et les riffs y sont simples mais très accrocheurs/entraînants avec de belles mélodies en effet (le final est grandiose d'ailleurs). Perso le chant, j'aime aussi bcp, très personnel!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/05/2008 08:29
Allez je me lance. Supertramp ?
Dead citer
Dead
16/05/2008 00:22
Bizarre, je pensais que ça allait me plaire... et en fait non. Faut que je me méfie des chroniques contenant le mot "folk"

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Obtest
Heavy Thrash Folk
2008 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8.38/10
Webzines : (7)  7.98/10

plus d'infos sur
Obtest
Obtest
Heavy Thrash Folk - 1992 - Lituanie
  

tracklist
01.   Apeigos / Rites
02.   Vedlys / Guide
03.   Šviesa / The light
04.   Gyvybės medis / Tree of life
05.   Sakalo vaikai / Children of the hawk
06.   Ąžuolas / Oak
07.   Geležinis vilkas / The wolf of steel
08.   Tai ne pabaiga / This is not the end
09.   Įkaitai / Hostages

Durée : 43:12

line up
parution
25 Avril 2008

Surprise de l'année
Deserter
Coils of the Lesser Serpent
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique