chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Antagonism - World On Disease

Chronique

Antagonism World On Disease
Au milieu de la flopée de jeunes loups hexagonaux ANTAGONISM n’est pas le premier nom qui vient à l’esprit quand on parle de la nouvelle vague du Thrash français, pourtant le quatuor Toulonnais a de nombreux éléments à faire valoir, ceux-ci étant déjà apparus de façon convaincante sur le très agréable EP « Thrashocalypse » sorti au printemps 2018. Si une certaine fraîcheur en ressortait il n’en restait pas moins que le combo nous renvoyait directement dans les années 80-90 avec une musique simple mais foutrement énergique et efficace, du coup ayant depuis pris du galon et de l’expérience on peut légitimement se dire que ce premier long-format a tout pour être une réussite. Si la formation a vu l’an dernier l’arrivée d’un nouveau bassiste pour le reste rien n’a changé, le style est toujours aussi frontal (porté par de la vitesse prépondérante), ainsi qu’une production actuelle conséquente qui met bien en valeur les instruments, et amène de fait un certain naturel et de la chaleur.

Largement inspiré par le mythique Big 4 le groupe maintient un rythme majoritairement élevé la plupart du temps, d’où ressortent largement ses influences old-school, tout en osant se diversifier et essayer de nouvelles choses. Si on peut saluer la prise de risque il faut cependant avouer que ces essais ne sont pas forcément des plus concluants, chose qui se ressent sur l’atypique « Uncensored Nightmares » basé sur la lenteur et particulièrement sombre au niveau des ambiances. Si ses créateurs essaient de noircir leur musique en la ralentissant au maximum et en laissant de la place à la basse, il n’est pas aisé de rentrer dans cette compo bizarre et différente qui laisse pantois et sceptique. D’autre part on a l’impression que les gars ont voulu en caser un maximum sur ce disque, en effet celui-ci dure quasiment une heure et il faut bien reconnaître que c’est nettement trop, tant il a tendance à s’essouffler durant son dernier tiers. Cela est flagrant sur le passe-partout « Blood & Bones » qui se répète inutilement, tout comme sur « Afterlife » pas mauvais en soi mais qui ronronne un peu, à l’instar de l’excessif « Remember What You Are » où l’on a la sensation d’entendre en boucle le même riff après un démarrage des plus laborieux.

Cependant il ne faut pas se fier aux apparences, car si l’œuvre dans sa globalité n’est pas parfaite elle reste quand même très réussie à cause notamment de l’apport de nombreux passages doux, qui émergent au milieu des déferlantes via des arpèges et des leads nombreux et en raccord avec le reste. En effet on y trouve une grosse partie mélodique des plus appréciable où le boulot des guitaristes est mis en avant grâce à une fluidité implacable, d’ailleurs on va retrouver tout du long de cette galette de nombreux moments éthérés et mélodieux, propices à la nostalgie et qui renvoient aux plus belles œuvres de TESTAMENT (et de la paire Peterson/Skolnick). Il suffit d’écouter le magnifique « A Page Was Turned » particulièrement remuant (via un mid-tempo au headbanging contagieux) pour en être convaincu, à l’instar du redoutable « Toxic Wasteland » qui démarre par une série de notes délicates mais aussi très noires, avant que le classicisme ne revienne tel un boomerang pour envoyer la purée. Cela trouve son paroxysme sur le radical et sans concessions « Technological War » où le tempo reste à fond pratiquement en continu, et voyant un agressif duel de guitares faire son apparition afin d’affirmer un peu plus l’autorité des mecs en matière de gros son burné. D’ailleurs avec les énergiques et énervés « Ghoulish Mind » et « World On Disease » on est embarqué dans des rythmiques thrashy pures et dures, à la fois sobres et entraînantes où l’accélérateur est de sortie en permanence, et nul doute que sur scène tout cela va faire un carton tant c’est taillé pour le live.

C’est en effet ce qui ressort la plupart du temps vu que les zicos ne se sont pas embarrassés de fioritures inutiles, misant sur la sauvagerie conjuguée par un soupçon de tendresse, comme la délicate outro « Forsake » qui amène de la douceur dans ce monde de brutes via des notes qui s’entrecroisent et se font presque jazzy. Alors oui cette livraison a du mal à se terminer et aurait gagné en densité en étant amputée des deux-trois titres plus faiblards, mais il faut reconnaître que le passage vers l’âge adulte est réussi (malgré une pochette très juvénile). Sans faire trop parler les sudistes montent en puissance au fur et à mesure qu’ils mûrissent musicalement (confirmant que la scène Thrash Française n’a rien à envier à ses homologues d’outre-Rhin et de l’autre côté de l’Atlantique), et on peut parier que leur prochaine sortie sera encore meilleure et que les erreurs entrevues plus haut ne seront plus qu’un mauvais souvenir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
14/04/2020 18:57
Merci de la découverte, ça déchire !
MoM citer
MoM
13/04/2020 19:18
note: 8/10
Album dispo en écouté intégrale ici : https://www.youtube.com/watch?v=VDr_F8EZMM4

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Antagonism
Thrash Old-School
2020 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  8.25/10

plus d'infos sur
Antagonism
Antagonism
Thrash Old-School - 2016 - France
  

tracklist
01.   Eve Of Decadence
02.   Ghoulish Mind
03.   Uncensored Nightmares
04.   World On Disease
05.   A Page Was Turned
06.   Toxic Wasteland
07.   Technological War
08.   Blood & Bones
09.   Afterlife
10.   Remember What You Are
11.   Forsake

Durée : 57 minutes

line up
parution
29 Février 2020

voir aussi
Antagonism
Antagonism
Thrashocalypse (EP)

2018 - Autoproduction
  

Gorod
Leading Vision
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique