chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellgarden - Making Noise, Living Fast

Chronique

Hellgarden Making Noise, Living Fast
Alors que l’on croyait PANTERA définitivement mort et enterré revoilà le combo de retour malgré la mort des frères Abbott, car ce premier album des Brésiliens d’HELLGARDEN ressemble comme deux gouttes d’eau à l’œuvre originelle des frangins et de leurs acolytes. En effet tout sur ce long-format rappelle la musique de l’entité culte et montre que son impact ne se tarit pas malgré les années qui passent, car entre la production que l’on croirait sortie de chez Terry Date, cette basse vrombissante digne de Rex Brown, ce chant si reconnaissable de Phil Anselmo et surtout ce jeu de guitare si spécifique du sieur Darrell, tout ici fait croire que vingt ans (déjà) après « Reinventing The Steel » le quatuor est de retour aux affaires. Pourtant ne nous y trompons même si ça n’atteint pas l’accroche et la saveur des versions originelles, les Brésiliens signent des compositions personnelles et bien foutues bien que l’on ne soit jamais très loin de la reprise et du plagiat.

Cela est flagrant sur le court et radical « Fuck Consequences », qui reprend la plupart des idées de « Fucking Hostile », comme le démarrage où l’on entend le fameux "One, two, three, four", un nom très ressemblant et une rythmique menée tambour battant, du coup tout ici renvoie vers le classique de « Vulgar Display Of Power », sans pour autant être dans la redite. Ce constat peut s’appliquer aussi à « Possessed By Noise », dont l’intro à la basse omniprésente et la rythmique dansante et remuante lorgnent sans vergogne vers « The Art Of Shredding » qui concluait « Cowboys From Hell ». Pour autant les Sud-Américains bien que gardant le groove imparable des Texans arrivent à s’en démarquer légèrement, même si la sensation d’être en présence de morceaux inédits reste prépondérante. Cependant ceux-ci tiennent largement la route et misent majoritairement sur un rythme lourd et écrasant, à l’instar du court et excellent « Spit On Hypocrisy » avec ces riffs découpés et passages massifs parfaits pour écraser les nuques les plus solides, tout comme le redoutable « Believe In Yourself Die » au headbanging contagieux, malgré son manque de vitesse. Celle-ci en revanche se montre plus présente sur les variés et groovesques « Evolution Or Destruction » et « Learned To Play Dirty » au solo dantesque qui rappelle encore plus le talent hors-norme du regretté guitariste.

En à peine plus d’une demi-heure la formation de Botucatu signe une œuvre des plus intéressantes même si elle n’est pas exempte de défauts, vu que certains plans ont tendance à un peu se répéter inutilement (comme le long « Brainwash » qui aurait gagné en accroche en étant raccourci). Néanmoins il faut saluer le boulot effectué qui rend un bel hommage à un groupe qui a marqué toute une génération, et qui continue de vivre à travers des jeunes loups comme ceux-ci. Certes il est évident que ce premier jet n’aura pas l’impact d’un « Far Beyond Driven » ou « The Great Southern Trendkill », et qu’il ne marquera l’histoire du Metal comme ces derniers, mais il est toujours appréciable de se refaire une dose de nostalgie, chose qu’arrivent à faire parfaitement les gars ici présents qui réalisent une galette qui tient la route et s’écoutera vite et bien, en montrant une pêche d’enfer et une envie d’en découdre particulièrement appréciables.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Kamu2Maliak citer
Kamu2Maliak
18/04/2020 12:34
Voyant la classification du groupe et après lecture de la chro, j'ai été intrigué. Amateur de Pantera, j'me suis dis que j'allais y jeter une oreille.
Hé bien, j'ai pas été déçu. C'est un vrai dictionnaire pour les nuls du groupe. Ç'en est abusé tellement tout y est : le "1, 2, 3, 4" de "Fucking Hostile", les soli qui pour certains sont imitations de ceux de Dimebag mais sans le feeling, les riffs qui font immédiatement penser à tel ou tel titre...
Bref, c'est sympa au début et puis, j'ai vite eu la même désagréable impressions qu'on a quand on boit du café soluble plutôt qu'un vrai.
Écouté une fois, je n'y reviendrai plus. Dommage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellgarden
Pantera Power Thrash
2020 - Brutal Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hellgarden
Hellgarden
Pantera Power Thrash - 2000 - Brésil
  

tracklist
01.   Spit On Hypocrisy
02.   Evolution Or Destruction
03.   Learned To Play Dirty
04.   Fuck Consequences
05.   Brainwash
06.   Making Noise, Living Fast
07.   Believe In Yourself Die
08.   Possessed By Noise

Durée : 34 minutes

line up
parution
21 Mars 2020

Protector
A Shedding Of Skin
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Night In Gales
Dawnlight Garden
Lire la chronique
Obszön Geschöpf
Lire le biographie
Amorphia
Merciless Strike
Lire la chronique
Scène Franc-Comtoise
Lire le dossier
Dawnbreath
Creatures Of The Damned
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique