chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Obszön Geschöpf

Biographie

Obszön Geschöpf
Une séance de rattrapage concernant la chronique d’un album peut être l’occasion de faire un point 0 sur la carrière d’un artiste ; surtout si son évolution musicale dénote des productions mainstream habituelles. Obszön Geschöpf représente le parfait exemple d’un savoir-faire aussi underground que techniquement abouti.

Adepte d’un ‘home made’ autoproduit lui conférant une liberté créative, Remzi Kelleci crée selon ses humeurs et ses envies, enchaîne depuis 20 ans des albums riches en sonorités atypiques, explorant des thématiques jusqu’au boutisme.
Cocorico, l’artiste est Français ; un électron libre, qualifié d’antithétique à la scène Rock Metal hexagonale. Et pour cause, difficilement qualifiable, Remzi, éternel gamin espiègle, fait les choses comme bon lui semble, définit ses propres codes et refuse tout effet de mode, gérant son ‘enfant’ avec ses hauts et ses bas, quelques fois même sur le fil du rasoir.
Focus sur Obszön Geschöpf, OG pour les initiés, où l’essence même du Rock’n’Roll.

Deux décennies depuis une première démo ‘Day of Suffering’, distribuée par La Chambre Froide. L’inspiration était orientée Dark Electro/EBM, mais la volonté de se démarquer déjà bien présente ; au point qu’OG produisit deux albums en très peu de temps. ‘Yell of Fright’ en 2003, toujours sous l’égide de La Chambre Froide et ‘Son of Evil’ en 2004, sorti sous le label Américain BLC Productions et dont la cover marqua toute une génération de Goths.

OB est reconnu dans le milieu underground, souvent évoqué dans les soirées des caves Saint-Sabin, ce qui n’empêche pas Remzi de continuer sa mutation en incorporant des sonorités plus métalliques à ses compos. Il accouche de son premier album Indus ‘Tomb of the Dead’ en 2005 et crée son propre label dédié à ses activités, Mortuary Records ; l’occasion de défendre son projet sur scène. Remzi recrute son commando et commence une tournée à travers l’Europe qui débouchera sur la sortie d’un nouvel album en 2009.

‘Erection Body Mutilated (Back From the Dead)’ poursuit la transformation Heavy amorcée sur ‘Tomb of the Dead’. La gestation a été cependant douloureuse suite à des désaccords artistiques et de diffusion avec le label Russe Gravitator Records. Une période particulièrement tendue.

Mais c’est mal connaître la pugnacité d’un esthète, dont la détermination finit par s’avérer payante ; le label Allemand Twilight en représente l’aboutissement avec un cinquième album, ‘Symphony of Decay’, sortis un an plus tard.
Si Remzi Kelleci est un bourreau de travail à l’ancienne, il n’en oublie pas pour autant la genèse de son projet, en proposant une deuxième galette comprenant les titres remixés par des invités reconnus ; les Deatheux du band Screw et le Sampler de Mushroomhead.
Un avant-goût pour les collaborations dont OG sera partie prenante sur ses prochaines prods.

Soucieux de rependre un contrôle total sur sa chimère métallique, il sort en 2013, ‘Highway of Horrors’ sous son propre label, Cemetary Records. Une libération qui lui permet de multiplier les guests issues du PMF (Paysage Métallique Français). Dagoba, Eths, L’esprit du Clan, Carnival in Coal pour ne citer qu’eux, viennent poser riffs, samples et percus, contribuant à enrichir une identité déjà intense.

Boosté par un accueil médiatique très positif et finalement récurrent, OG nous offre un septième album en 2015, ‘The Vault of Nightmares’.
Véritable melting pot de ce qui constitue l’essence même de son créateur, les influences se mélangent dans un cyclone qui laisse l’auditeur KO.

Remzi élabore déjà les fondations de son nouveau projet, plus ambitieux que jamais pour ne pas dire déraisonnable, jusqu’à changer radicalement d’orientation quant aux influences musicales de ses nouvelles compos.
Exit l’EBM et le Metal Indus bien lourd, ‘Master of Giallo’, sorti en 2018, propose des sonorités plus ouvertes sur le Garage, le Grunge et un slow Heavy lourd comme une enclume. La rencontre entre Rob Zombie et Lemmy.
L’album a d’ailleurs été masterisé par Zeuss, habitué des productions de Zombie, lui conférant une patine vocale très 90’, mise en valeur par une instru lourde et moderne.
Ce qui pourrait être vu comme antinomique sur le papier s’avère d’une détonante alchimie entre les mains d’OG.
Le titre April Fool Massacre n’est pas sans rappeler Soundgarden tandis que My Scapel Dance at Midnight et The Moon Watches Me When I Kill nous ramènent à un Manson (shooté à la New Wave concernant le dernier titre cité).
The Death Kiss propose une synthèse des deux précédentes références tandis que Shadow of The Hat Killer est beaucoup plus Sludge dans son approche.
Si Murderock et The New York Ripper nous ramène à un Metal Indus à la Fear Factory, lourd et direct, Body Pieces s’oriente vers un mid tempo répétitif cher à Ministry.
The Black Glove of Terror est le titre le plus fantasmagorique mêlant Type O Negative et Alice in Chains. Une opposition totale au titre éponyme Giallo Forever, qui proposent une approche Electro que n’aurait pas reniée un groupe comme Deathstars.
Au final, un album généreux en influences, doté d’une cover comme toujours sublime et vintage (l’œuvre de Mario Lopez qui a déjà travaillé pour Maiden et Metallica, pour ne citer qu’eux).
OG est à l’Indus ce que Benetton est à la mode ; morphique et coloré à l’image d’un Remzi devenant au fil des albums, ce que Tarantino est au cinéma ; un fan reconnaissant, désireux de créer une œuvre hommage à base des références qui ont forgé sa propre culture musicale. Et nombreux sont ceux qui ont répondu à l’appel en intervenant sur chacun des dix titres composant l’album.
Les Frenchies Franky Constanza, Alex Colin-Tocquaine, Fabien Desjardin et Mathieu Merklen en première ligne, suivi d’une cohorte de guests parmi lesquels d’anciens membres de Behemoth, Cradlle of Filth, Megadeth, Testament ou encore Eisbrecher.
Soit plus d’une vingtaine de musiciens reconnus pour un projet labelisé Dark Star Records et distribué en association avec Sony Music / Universal Music.

22 ans d’existence et l’impression d’une redécouverte permanente. OG n’entame pas sa mue, OG est né mutant.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Obszön Geschöpf
Sarke
Aruagint
Lire la chronique
Paradox
Product Of Imagination
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
Demolizer
Thrashmageddon
Lire la chronique
Heathen
Empire Of The Blind
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Night In Gales
Dawnlight Garden
Lire la chronique
Obszön Geschöpf
Lire le biographie
Amorphia
Merciless Strike
Lire la chronique
Scène Franc-Comtoise
Lire le dossier
Dawnbreath
Creatures Of The Damned
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique