chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
105 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Redvced To Ashes Tovr

Live report

Redvced To Ashes Tovr Bleeding Gods + Pestilence
Le 28 Février 2019 à Paris, France (Gibus)
Dites-le-moi si je me trompe mais je crois que la dernière fois que les Néerlandais de PESTILENCE sont passés à paris, c’était en 2014 en compagnie de Seth pour accompagner la sortie de leur album Obsideo. Autant dire que je n’avais pas été particulièrement motivé pour m’y rendre, préférant probablement le confort de mon canapé plutôt que de m’infliger ce qui a dû être une purge et un moment de gêne pour pas mal de monde.
Février 2019, voilà que Patrick Mameli s’embarque dans une nouvelle tournée européenne en compagnie de trois lascars recrutés ces dernières années pour une tournée cette fois-ci un petit peu particulière puisqu’elle vise en effet à célébrer les trente ans de Consuming Impulse, deuxième album de PESTILENCE célèbre - entre autre - pour sa fameuse pochette pleine de gentilles fourmis. Si d’expérience je sais qu’il faut se méfier de ces groupes sur le retour qui tentent de capitaliser sur leurs premiers (et souvent seuls) succès, je ne me voyais pas faire l’impasse sur la possibilité d’entendre en live l’intégralité des titres d’un album considéré par beaucoup comme l’un des monuments du Death Metal européen de la fin des années 80.

Par contre, s’il y a bien un groupe sur lequel je vais faire l’impasse ce soir, c’est celui de première partie. Baptisé BLEEDING GODS et originaire lui aussi des Pays-Bas, je découvre ce dernier via quelques photos sur Facebook et Internet. Cinq gus et une demoiselle avec plein de maquillage et des accoutrements over the top gothico-metal qui rappellent beaucoup trop Septicflesh ou Behemoth pour me donner envie d’aller plus loin… Une écoute succincte d’un extrait de leur dernier album en date me confirme effectivement qu’il sera préférable de prendre tout mon temps avant d’arriver au Gibus pour ce qui sera finalement une soirée d’un seul set, celui de PESTILENCE.

Annoncé pour 21h00, PESTILENCE investira les planches du Gibus quelques minutes plus tard le temps d’un "Proliferous Souls" en guise introduction pas nécessairement bien amenée (lancée depuis la scène et grossièrement arrêtée par Mameli lui-même entraînant ainsi un blanc...). Bref, passé cette entrée en matière assez bancale, PESTILENCE enchaîne sans plus attendre avec "Dehydatred", premier titre de l’album Consuming Impulse. A ce stade, c’est un peu la douche froide en ce qui me concerne. Placé tout à droite, je trouve la batterie beaucoup trop forte et peine surtout à distinguer les riffs du duo Mameli/Paraschiv. Argh, non, pas ça... Ça ne semble en tout cas pas gêner le public qui très vite va s’activer devant la scène lançant ainsi les festivités comme il se doit. A la fin de ce premier titre, je décide alors de changer de place pour me mettre plus en retrait et surtout du côté des guitares. Il y a du mieux mais je ne peux néanmoins m’empêcher de penser que celles-ci auraient dû être mises davantage en avant. Pour autant, je ne boude pas mon plaisir puisque, sans surprise, PESTILENCE enchaîne ensuite les titres dans l’ordre de l’album (rien à jeter, de "Chronic Infection" à "Out Of The Body" en passant par "Echoes Of Death" à "Reduced To Ashes"). Une setlist à l’ancienne qui à en juger par les exclamations positives du public semble évidemment mettre tout le monde d’accord. Un public d’ailleurs venu en nombre même si la soirée n’affiche pas complet. Entre chaque morceau Mameli remercie le public, évoquant brièvement le temps qui passe (30 ans depuis la sortie de Consuming Impulse) et introduisant chaque composition à venir par une brève introduction. Bref, les choses se passent plutôt bien, dans la joie et la bonne humeur jusqu’à ce qu’un énergumène se décide à faire tomber le micro du sympathique Patoch. Dans l’incapacité de chanter, ce dernier gratifie l’imbécile de deux doigts d’honneur bien appuyé et d’un regard particulièrement assassin. Changement de ton… A la fin du morceau, Patrick se lance dans un petit laïus sur le sujet en précisant que quiconque viendra l’emmerder sur scène sera sûr de se faire sortir manu militari par le néerlandais lui-même ("by my fucking self"). Pas rancunier pour autant, le Néerlandais conclura par un "I fucking love you all". Malgré tout, Mameli ne pourra s’empêcher de suivre du regard les futurs slammeurs en leur faisant bien comprendre qu’ils n’ont pas intérêt à poser les pieds sur la scène. De toute façon un molosse sur le bord de la scène s’occupe de repousser les assaillants, allant même jusqu’à leur mettre le faisceau de sa MagLite dans les yeux en plein exercice de slam. Après trois quart d’heure dédiés à Consuming Impulse, PESTILENCE continue de nous gâter avec "The Secrecies Of Horror" et "Twisted Truth" tous les deux issus de Testimony Of The Ancients (dont une tournée anniversaire semble également à prévoir d’après les dires du Néerlandais). Je ne suis d’ailleurs pas le seul à apprécier vu les cris et autres beuglements du public à l’annonce de ces quelques titres. Le groupe enchaîne ensuite avec "Horror Detox" tiré de son album Obsideo... Mouais, on ne va pas se quitter là-dessus hein ? Non, quand même pas ? Heureusement non, Mameli a encore un petit tour dans son sac, annonçant ainsi pour mon plus grand plaisir le morceau avec lequel je les ai découvert il y a de ça plus de vingt ans sur la compilation Masters Of Brutality, l’excellent "Land Of Tears". S’il y avait bien pour moi une façon de conclure ce set en beauté, c’est avec ce titre. Quel régal !

Voilà donc une fois de plus une soirée fort sympathique qui m’a permis de voir PESTILENCE dans de bonnes conditions même si encore une fois, le son aurait pu être bien meilleur avec des guitares qui, à mon goût, manquaient tout de même de présence. Pour le reste, même si ce n’est pas le PESTILENCE d’il y a trente ans, Patrick Mameli continue de mettre du cœur à l‘ouvrage et à faire vivre cet héritage sur scène avec toujours beaucoup de talent (clairement, le niveau technique est toujours là). Ca ne remplacera jamais un concert de ce groupe dans les années 90 mais en attendant de pouvoir remonter le temps avec nos convecteurs temporels personnels, on fera difficilement mieux que ce genre de concerts anniversaire. J’ai pris ce qu’il y avait à prendre et en suit ressortir plutôt satisfait. C’est donc déjà pas mal. A dans deux ans maintenant pour une tournée autour de Testimony Of The Ancients.

6 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
02/03/2019 12:45
Deathrash a écrit : Ahaha pareil que toi pour Bleeding Gods, rien que voir la dégaine des musiciens m'a convaincu de ne pas rentrer au Gibus avant que Pestilence commence.

J'adore tout autant Consuming Impulse que Testimony, donc autant dire que la setlist était parfaite ! Ayant déjà eu l'occasion de voir Pestilence deux fois auparavant, j'ai toujours été frustré de ne jamais voir joué en live "Process of Suffocation", c'est enfin chose faite.
En revanche le titre "Horror Detox" est tiré de "Resurrection Macabre", le dernier bon album du groupe à mon sens, avant la chute extrême amorcée par Doctrine.

Et je faisais parti des slammeurs, le colosse chauve m'a effectivement renvoyé dans le pit une ou deux fois, mais sans forcer, donc pas de soucis.
C'est mon pote qui a renversé le micro de Mameli, et je comprend sa réaction. J'essaye toujours de faire gaffe au matos des musiciens pendant le stage diving, et ne pas trop en abuser non plus (sauf à Municipal Waste)

Bref un super concert, vivement la suite avec une setlist full Testimony


Ouais un accident ça arrive Sourire
Et tu le dis : faire du stage diving à Municipal Waste, c'est normal Gros sourire
Deathrash citer
Deathrash
02/03/2019 12:40
Ahaha pareil que toi pour Bleeding Gods, rien que voir la dégaine des musiciens m'a convaincu de ne pas rentrer au Gibus avant que Pestilence commence.

J'adore tout autant Consuming Impulse que Testimony, donc autant dire que la setlist était parfaite ! Ayant déjà eu l'occasion de voir Pestilence deux fois auparavant, j'ai toujours été frustré de ne jamais voir joué en live "Process of Suffocation", c'est enfin chose faite.
En revanche le titre "Horror Detox" est tiré de "Resurrection Macabre", le dernier bon album du groupe à mon sens, avant la chute extrême amorcée par Doctrine.

Et je faisais parti des slammeurs, le colosse chauve m'a effectivement renvoyé dans le pit une ou deux fois, mais sans forcer, donc pas de soucis.
C'est mon pote qui a renversé le micro de Mameli, et je comprend sa réaction.
J'essaye toujours de faire gaffe au matos des musiciens pendant le stage diving, et ne pas trop en abuser non plus (sauf à Municipal Waste)

Bref un super concert, vivement la suite avec une setlist full Testimony
AxGxB citer
AxGxB
01/03/2019 13:56
@Troll Traya : J'ai pas trouvé ça foufou non plus mais c'était relativement cool quand même. Vu la setlist et le niveau des musiciens tu pouvais difficilement te planter. Il n'y a bien que le son qui m'a un peu gâché la fête mais quand même, ça allait.

@the gloth : Alors oui, même guitare. Par contre, j'ai trouvé Mameli plutôt sympathique. TU ne sentais pas qu'il avait particulièrement le melon. Il est peut-être un peu descendu de son piédestal ?
the gloth citer
the gloth
01/03/2019 12:52
Est-ce qu'ils sont venus frimer avec leurs guitares de luthier à 8 cordes dont ne sort que de la bouillie ?

C'était comme ça quand je les ai vus il y a deux-trois ans à Bruxelles, prétentieux et inaudibles. Le Magasin 4 n'est pas réputé pour son acoustique, mais là c'était le ponpon ! Aors que les premières parties (notamment Massacre) sonnaient bien.
Troll Traya citer
Troll Traya
01/03/2019 12:08
J'étais sur le côté gauche de la scène, et je minimiserai les problèmes de son. Franchement, vu la pelletée de concert ou j'ai été ou il à fallu que le premier solo soit inaudible pour que l'ingénieur du son se sorte les doigts du cul, je m'y attendais pour le premier titre. La suite aura au bénéficié d'un bien meilleur son d'ailleurs.

Bon concert pour ma part, sans être foufou non plus. De la ou j'étais j'ai put profiter d'un très bon point de vue sur la dextérité des guitariste. Bon, comme bien souvent, dur dur d'avoir une basse audible par contre.Donc je suis satisfait. Pas sûr que je retourne voir Pestilence par contre, même pour une tournée "Testimony". Si elle passe par Lille, je pourrais faire l'effort, on sait jamais^^

Pour Bleeding Gods, c'était sympatoche sans plus. Par là, c'est pas la peine d'avoir une jolie bassiste si c'est pour que celle si soit inaudible au mixage...
MoM citer
MoM
01/03/2019 11:47
Ah si la tournée Testimony peut se faire dans le Var... Pourquoi pas dans le nouveau Rat's !

Purée mais ces slammeurs c'est juste pas possible, faire tomber du matos et tout, purée je comprends que Mameli l'ait eu un peu en travers. Je comprends cependant le côté "metal = extrême" donc on dégomme tout, mais ça clairement changé, et Pestilence ne joue pas dans le créneau du bordel désorganisé.

Land of Tears ça devait tellement être la branlée Gros sourire Sans doute mon morceau favori du groupe, parfait pour clore la séance Clin d'oeil
Ce live-report donne envie, malgré les défauts, de voir Pestilence en live !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Redvced To Ashes Tovr
plus d'infos sur
Bleeding Gods
Bleeding Gods
2012 - Pays-Bas
  
Pestilence
Pestilence
Techo-death - 1986 - Pays-Bas
  

Aborted
Termination Redux (EP)
Lire la chronique
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Jt Ripper
Gathering Of The Insane
Lire la chronique
Redvced To Ashes Tovr
Bleeding Gods + Pestilence
Lire le live report
French Black Metal : la collection de digis
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 2 - Blitzkrieg d'Amour.
Lire le podcast
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Chainbreaker
Lethal Desire
Lire la chronique
PPCM #8 - Attends, tu connais pas BoB ?!
Lire le podcast
Malevolent Creation
The 13th Beast
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 1 - Descente aux Enfers.
Lire le podcast
Meshuggah
Contradictions Collapse
Lire la chronique
Maligner
Attraction To Annihilation
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Deceased
Ghostly White
Lire la chronique
Black Fast
Spectre of Ruin
Lire la chronique
PPCM #6 - Faisons ensemble un détour... (GRAND DETOUR)
Lire le podcast
Black Metal Awards 2018 / Sakrif'or plus fort que Noël.
Lire le podcast