chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
161 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Frightful - Spectral Creator

Chronique

Frightful Spectral Creator
Si la Chine n’a pas la scène Metal la plus développée ni la plus connue à l’étranger elle peut en revanche s’enorgueillir de posséder à l’heure actuelle un des labels les plus prometteurs, connu sous le nom d’Awakening Records et dont on a déjà pu tester la qualité des signatures via les très bons opus d’AMORPHIA, CASKET GRINDER et OSSUARY. Dernier arrivé au sein de son catalogue FRIGHTFUL nous balance un Death/Thrash à l’ancienne et ultra-calibré, mais qui fait parfaitement le boulot en enchaînant riffs affûtés et parties rythmées tout en variations avec fluidité et panache. Arrivant de Gdańsk en Pologne le combo formé en 2016 nous dévoile ici son premier opus après avoir sorti depuis sa création plusieurs disques sous les différents formats, qui lui ont permis de trouver sa voie et de prendre de l’expérience. Car hormis le nouveau venu à la seconde guitare le trio restant ne dépasse l’âge de vingt-deux ans et a clairement progressé depuis sa première sortie officielle en 2017, qui montrait des accents Grindcore sympathiques mais au rendu général encore un peu léger et immature. Depuis celui-ci a peaufiné son style tout comme son écriture devenue plus mature et professionnelle et dont le résultat général ne va pas décevoir, vu que les espoirs placés en l’entité sont ici comblés et offrent un très bon disque qui s’écoute facilement et sans fautes de goût relatives, confirmant le renouveau de la scène polonaise qui après CHAINSWORD voit émerger un nouveau nom à suivre.

Il ne faut d’ailleurs pas longtemps pour s’en apercevoir tant l’ouverture intitulée « Astral Freeze » montre déjà toute la qualité technique de chacun des membres, qui nous renvoient dans un bon vieux Thrash allemand des années 80 vu que ça joue à toute vitesse de façon quasi-continue. Aidé par un sens du riff bien agressif et aiguisé comme il faut (ainsi que par des passages remuants et propices au headbanging) l’ensemble se montre redoutable d’efficacité via son côté frontal et presque primitif, un schéma que l’on va retrouver également dès la plage suivante (« Destructive Species ») de façon tout aussi réussie et où un semblant de mélodie agréable se fait entendre via l’apport du solo. Si ce morceau reste mené à cent à l’heure on y voit l’ajout d’un son plus gras où le Metal de la mort montre le bout de son nez, à l’instar d’une densité plus importante sans que cela ne fasse pas perdre de la fluidité à l’ensemble, tant tout cela est là-encore parfaitement mené. D’ailleurs l’accroche générale va aller crescendo et ce tout d’abord grâce à l’excellent « Abhorred » où la densité se voit renforcée vu que toute la palette technique des gars est mise en avant ainsi que tous les tempos possibles où explosivité et lourdeur se mélangent sans problème, amenant des ambiances rampantes et tribales parfaites pour assommer l’auditeur qui se voit emmener dans une noirceur supplémentaire. D’ailleurs le pied est toujours levé dans la suite intitulée « Soul Separate » qui joue là-aussi sur l’alternance et où émerge un côté massif fort agréable et parfait pour taper du pied, le tout sans y perdre en violence ni en qualité.

Autant dire qu’arrivé au bout de cette première moitié d’album on ne peut qu’être satisfait tant le résultat est convaincant au possible, et cela sera également le cas de la seconde partie même si avant qu’elle ne débute on a droit au long instrumental « Breaking The Twilight », qui sera la seule faiblesse de ce long-format tant ça n’amène absolument rien et surtout ça s’étire inutilement tout en se montrant très vite répétitif… et ce malgré les arpèges doux et apaisants qui montrent que les mecs savent aussi avoir une tendresse sous leurs aspects rugueux et bourrus. Ce point de détail va néanmoins s’entendre à nouveau avec plus de succès dans la très bonne conclusion (« Spectral Creator ») qui clôt les hostilités de la manière presque la plus brutale qu’il soit, tant ici ça n’est qu’un océan de violence éruptive menée à fond les ballons de manière pratiquement continue, et où l’énergie déployée y est hyper importante. Avant cela les jeunots vont encore nous régaler de leur talent sur l’équilibré et tentaculaire « Crimson Dawn », qui malgré sa durée plus imposante ne se montre jamais redondant via la présence de riffs grassouillets et là-encore de moments massifs et lourds au milieu des déferlantes, point plus poussé encore sur le différent et très bon « Those Who Burns For Might ». Car ici bien que la rapidité ne soit pas oubliée celle-ci est mise un peu sur le côté au profit d’une obscurité totale et d’un jeu de montagnes russes qui ne cesse jamais, pour un rendu implacable qui signe aussi la fin des ralentissements, vu que ça va repartir de nouveau en mode formule 1 sur le plus primitif et dépouillé « Angel Waste » où là-encore règne l’influence des vieux KREATOR, SODOM et consorts historiques d’outre-Rhin.

Autant dire qu’on ne s’ennuie pas un seul instant tout du long de ces presque trois-quart d’heure d’excellent son qui défoule et fait du bien, tant ces p’tits jeunes ont déjà tout compris dans l’exécution comme dans la façon de faire sonner leurs compositions qui ne s’embarrassent pas de futilités ni d’excès techniques inutiles. Ne se montrant jamais ennuyeux ce premier chapitre a tout ce qu’il faut pour satisfaire les fans de gros son à l’ancienne (et ce même si on pourra reprocher un côté interchangeable au niveau de la construction générale et des plans instrumentaux - qui n’ont finalement rien de rédhibitoire), tant l’ensemble s’écoute d’une seule traite et avec un plaisir non-dissimulé. Avec en prime une production chaleureuse et naturelle qui rend grâce à chaque note des instruments on ne peut que s’incliner devant le travail accompli et féliciter avec ardeur la bande qui signe une réussite indéniable et confirme que le old-school est en forme cette année, surtout quand il vient de pitchounes au talent immense et à l’envie d’en découdre contagieuse.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
02/12/2021 13:47
note: 8.5/10
Excellente découverte. Du death/thrash qui riffe et bourre bien sublimé par un sens aigu de la mélodie. Du tout bon !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Frightful
Death/Thrash
2021 - Awakening Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Frightful
Frightful
Death/Thrash - 2016 - Pologne
  

tracklist
01.   Astral Freeze
02.   Destructive Species
03.   Abhorred
04.   Soul Seperate
05.   Breaking The Twightlight
06.   Crimson Dawn
07.   Those Who Burns For Might
08.   Angel Waste
09.   Spectral Creator

Durée : 43 minutes

line up
parution
31 Octobre 2021

Essayez aussi
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  
Canker
Canker
Earthquake

2017 - Xtreem Music
  
Destinity
Destinity
In Continuum

2021 - Crimson Productions
  
Solstice
Solstice
Casting The Die

2021 - Emanzipation Productions
  
21 Lucifers
21 Lucifers
In The Name Of...

2008 - Pulverised Records
  

Découverte de l'année
Tankard
A Girl Called Cerveza
Lire la chronique
Ceaseless Torment
Victory Or Death
Lire la chronique
Doomsday
Depictions Of Chaos (EP)
Lire la chronique
Amorphia
Lethal Dose
Lire la chronique
Voivod
Synchro Anarchy
Lire la chronique
Enmity
Demagoguery
Lire la chronique
Carnivore
Retaliation
Lire la chronique
Activate Europe 2022
Algebra + Comaniac + Crypto...
Lire le live report
Asylum
Tyrannicide
Lire la chronique
Machine Head
Of Kingdom And Crown
Lire la chronique
Acod
Fourth Reign over Opacities...
Lire la chronique
Carnivore
Carnivore
Lire la chronique
Revocation
Netherheaven
Lire la chronique
Foreseen
Untamed Force
Lire la chronique
Megadeth
The Sick, The Dying... and ...
Lire la chronique
Soilwork
Övergivenheten
Lire la chronique
Les groupes INTERDITS (Sinon, t'es banni de la communauté)
Lire le podcast
Barbarian
Viperface
Lire la chronique
Fugitive
Maniac (EP)
Lire la chronique
Bladecrusher
Tempest (EP)
Lire la chronique
Vektor
Black Future
Lire la chronique
Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Mindforce / Dead Heat
Mindforce / Dead Heat (Spli...
Lire la chronique
Sacrifizer
Le Diamant De Lucifer
Lire la chronique
Drain
California Cursed
Lire la chronique
Interview de MISGIVINGS pour l'album éponyme
Lire l'interview
Misgivings
Misgivings
Lire la chronique