chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
79 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mortuary - Nothingless Than Nothingness

Chronique

Mortuary Nothingless Than Nothingness
Pour catégoriser Nothingless than nothingless, cinquième album du groupe de Metal Extrême Nancéen MORTUARY, j'ai failli mettre : Metal Extrême Lorrain, tant ce disque me fait penser un autre très bon album de même origine géographique paru également en 2016 : Scornful Of Icons de PHAZM. Outre leur terroir commun les groupes ont plusieurs points d'achoppement : Gorgor, le batteur de PHAZM a produit les disques des deux groupes, Dirk Verbeuren, l'ancien batteur de MORTUARY a aussi officié dans SCARVE avec Pierrick Valence, fondateur de PHAZM...le monde est petit!
Mais surtout, ce qui rapproche les deux groupes c'est qu'ils y ont adopté la même démarche. Ils réunissent des musiciens plutôt blanchis sous les harnais dont les disques ont la même patine. On sent qu'ils ont étés composés par des artistes qui ont digéré leurs influences et sortent une création qui puise son inspiration dans le passé mais parvient à en livrer une interprétation personnelle et (un peu) neuve : PHAZM avec le Black Metal Scandinave comme MORTUARY avec le Death Metal réalisent une belle synthèse entre tradition et modernité.

Laissons PHAZM de côté pour le moment (j'en reparlerai un de ces quatre, c'est promis) pour nous intéresser à Nothingless than Nothingless. Je viens de relire la chronique que Chris avait faite à propos du pénultième méfait du gang, l'excellent G.O.D. Si j'étais feignant, je pourrais en faire un copier coller pour chroniquer le dernier né. En effet, les progrès réalisés par le groupe entre les deux galettes sont aussi impressionnants et remarquables que ceux qu'ils avaient déjà réalisés entre G.O.D (2010) et Agony In Red (2003). C'est une musique complexe qui reste accessible. Il y a l'urgence, la brutalité, la violence primale du chant et d'une rythmique qui vous assomme sous les coups de boutoir de ses riffs comme une marée d'équinoxe. Il y a la batterie qui vous pilonne comme un barrage d'artillerie. Et au milieu de ce chaos organisé, il y a un travail de composition et de construction intelligents et réfléchis, comme ce motif servant d'introduction à "Only Dead Witness" et d'épilogue à "Kingdom", ou la trilogie que constituent les morceaux "K-OS", "K" et "Kingdom" à propos d'un homme confronté à sa maladie. Une trilogie qui, d'après Patrick Germonville, est parfaitement illustrée par l'artwork de l'album : "Le corps torturé avec la position de résignation et d'abandon illustre parfaitement les textes de ces titres. On ressent dans ce dessin toute la souffrance du personnage avec le rouge qui transparaît au travers de son corps. Le fond de la pochette me rappelle aussi les formes torturées que l'on retrouve chez Dan Seagrave, célèbre pour ses pochettes de vieux groupes de Death Metal des années 90. Clin d'oeil en quelque sorte.".

Longuement polie et travaillée, la dernière mouture de MORTUARY est d'une agréable complexité. Chaque titre dispose de suffisamment de tiroirs pour justifier de multiples écoutes, le tout étant mis en valeur par la prod de Gorgor dont le travail rappelle parfois l'opus de PHAZM sur lequel il a également oeuvré. Le batteur-producteur parvient à livrer un son à la fois heavy et bien détouré, à mille lieues de l'effet compressé et très fort qu'on entend souvent. Le temps ne semble pas avoir de prise sur le groupe qui soufflera bientôt ses trente bougies comme l'atteste le chant de Patrick Germonville, toujours aussi enragé. Il est bien sûr possible que le travail ne plaise pas aux afficonados de la brutalité primaire de Agony In Red, le groupe s'éloignant de plus en plus de cette forme de violence, mais il y a dans la progression de MORTUARY entre ces deux albums quelque chose de revigorant : le Metal Extrême hexagonal a encore quelque chose à dire. Et ça fait du bien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
04/12/2017 10:25
note: 7.5/10
Effectivement un bien bon album (même si je n'irais pas aussi que toi dans la note), assez varié, avec ce qu'il faut de brutalité, de groove et de mélodie pour accrocher l'oreille. L'apport d'influences modernes donne une certaine fraîcheur sans dénaturer leur son old-school. Merci d'en avoir fait la chronique, je n'en avais pas eu le temps à l'époque.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mortuary
Death / Thrash
2016 - Goregeous Production
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (4)  7.69/10

plus d'infos sur
Mortuary
Mortuary
Death / Thrash - 1988 - France
  

tracklist
01.   Only Dead Witness  (02:25)
02.   Empty  (03:34)
03.   Tube  (04:12)
04.   Above  (05:25)
05.   Pleasuffering  (03:17)
06.   U-man slept, K-os crawled  (03:24)
07.   Yesterdead  (02:26)
08.   K  (06:18)
09.   Morbid Existence  (03:55)
10.   Kingdom  (06:54)

Durée : 41:00

line up
parution
18 Février 2016

voir aussi
Mortuary
Mortuary
G.O.D.
(Glorify Our Destroyers)

2010 - Pervade Productions
  
Mortuary
Mortuary
Agony In Red

2003 - Anvil Corp
  

Essayez aussi
Gravehill
Gravehill
When All Roads Lead To Hell

2011 - Dark Descent Records
  
Sylosis
Sylosis
Edge Of The Earth

2011 - Nuclear Blast Records
  
Darkest Hour
Darkest Hour
So Sedated, So Secure

2001 - Victory Records
  
Vomitory
Vomitory
Revelation Nausea

2000 - Metal Blade Records
  
Dimension Zero
Dimension Zero
He Who Shall Not Bleed

2008 - Vic Records
  

Darkane
Rusted Angel
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique