chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Coprofago - Unorthodox Creative Criteria

Chronique

Coprofago Unorthodox Creative Criteria
Alors, déçu par "Catch 33", le dernier Meshuggah ? Rassurez-vous, cette année 2005 est riche en surprises et j'ai ici ce qu'il vous faut. Il faut croire que le groupe suédois a fait des émules par delà les frontières et les océans puisqu'il ne fait aucun doute que Coprofago, groupe chilien (c'est assez rare pour être signalé) dont la formation remonte à 8 ou 9 ans, s'est imprégné de leur musique. C'est avec ce troisième album "Unorthodox Creative Criteria" que je découvre le groupe mais il faut savoir qu'il succède au très acclamé "Genesis" sorti 3 ans auparavant que vous connaissez peut-être et dans ce cas là, vous savez à quoi vous attendre je suppose. Mais pour les autres, y'a de la grosse surprise là.

Alors il est clair que la musique de Coprofago ressemble à celle de Meshuggah (période "Chaosphere"), à s'y méprendre même. Rythmiques syncopées, musique déstructurée, ambiance lugubre et aliénante, influences sonores proches du jazz, solos ultra complexes et difformes (très proche de ceux de Fredrik Thordendal à la grande époque), pour ceux qui suivent les suédois depuis un moment, vous n'entendrez rien de bien nouveau. Et la cerise sur le gâteau réside dans la voix de Sebastian Vergara qui est très très proche de celle de Jens Kidman, à tel point qu'on croirait écouter du Meshuggah. Le style des chiliens se démarque tout de même par une musique qui dévie plus vers le jazz avec beaucoup de parties planantes qui permettent à l'auditeur de souffler un peu car les parties brutales sont vraiment extrêmes (et tant mieux !!!). Le groupe intègre également pas mal de claviers dans leurs compositions pour en renforcer l'ambiance qui malheureusement ne sont pas toujours de très bon goût...

Un pastiche de Meshuggah alors ? Oui certes, on pourrait voir Coprofago ainsi. Sauf que si imiter Soilwork ou In Flames parait de l'ordre du faisable (surtout à l'heure actuelle), s'attaquer à Meshuggah reste encore quelque chose réservé à une certaine catégorie de musiciens et faire en sorte que ça tourne en est encore une autre. Mais ici, c'est bien plus fort que ça car sur leurs dernières productions, on peut annoncer clairement que l'élève a dépassé le maître. "Unorthodox Creative Criteria" est un album rafraîchissant, varié, inventif et qui malgré sa technicité hors norme, possède une patate démentielle. Le groupe a su parfaitement partager son album entre puissance brute et calme angoissant, faisant de ce second essai, une sorte de truc indescriptible qui vous prend la tête et la remue dans tous les sens pour mieux vous l'arracher.

Ajoutez à cela une production énorme ainsi qu'un magnifique artwork et vous obtenez une des meilleures sorties de cette année pour ma part (et une des plus grosses surprises également), comme quoi même au Chili on trouve de très bonnes choses sur la scène metallique. Alors moins 1 point pour l'originalité et moins 0.5 pour les claviers douteux, ça nous fait un 8.5 bien mérité. Ce sont vos cervicales et vos voisins qui vont être contents !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

17 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
14/09/2008 12:14
note: 8/10
D.C.A. a écrit : Un bon album trés inspiré. Neanmoins je me suis pris une moins grosse claque que sur Genesis. Les compos sont excellentes, les break Free Jazz sont toujours aussi énormes. Bonne idée d'avoir fait des morceaux uniquement Jazz. On sent une plus grande maturité dans leur composition, les riffs metal m'ont moins accrochés mais le tout et mieux digeré , les breaks sont plus innatendus.

Un bon album mais pas un chef d'oeuvre cette fois ci...


Exactement. Même si y a encore des progrès à faire pour rentre le tout plus cohérent, c'est quand même mieux composé que Genesis qui partun peu trop dans tous les sens... On sent une plus grosse influence Meshugghienne sur cet album aussi.
Nathan citer
Nathan
14/09/2008 12:04
note: 7.5/10
Un bon album trés inspiré. Neanmoins je me suis pris une moins grosse claque que sur Genesis. Les compos sont excellentes, les break Free Jazz sont toujours aussi énormes. Bonne idée d'avoir fait des morceaux uniquement Jazz. On sent une plus grande maturité dans leur composition, les riffs metal m'ont moins accrochés mais le tout et mieux digeré , les breaks sont plus innatendus.

Un bon album mais pas un chef d'oeuvre cette fois ci...
Ander citer
Ander
22/09/2005 14:08
note: 8/10
Et ils ont également sortie une démo en 91. Clin d'oeil

Il a intérêt à me plaire cet album!

J' en aurai baver pour l'avoir...

Le premier truc qui m' a énervé... c' est que le suppor CD est péter. .___. Comment ils font pour pétarder un truc à l' intérieur d' une chose?!

A part ce quiproquo passionant, cet album est trop moumouth! Tout à était dit dans la kro. Sauf ça: ca serait peut-être bien de mensionner qu' il y a trois pistes instrumentales, non? Clin d'oeil

8 sur 10.
Dead citer
Dead
22/09/2005 0:45
note: 8.5/10
Ander a écrit : J' t' emmerde Dead. ;;;/ @@ ;;;/ Tu connais un bon magasin sur Nîmes? Gros sourire (Et en plus c' est la version de base que j' ai pris... ._.

Aaaah dommage, j'aurai pu t'échanger mon promo si c'était ça que tu voulais Gros sourire
Ander citer
Ander
21/09/2005 22:13
note: 8/10
J' t' emmerde Dead. ;;;/ @@ ;;;/ Tu connais un bon magasin sur Nîmes? Gros sourire (Et en plus c' est la version de base que j' ai pris... ._.
Dead citer
Dead
21/09/2005 17:26
note: 8.5/10
Ander a écrit : Je me le suis commandé à la Fnac. (22 € 87, PUTAIN!!!)

T'es malade Ander ??? Qui achète encore à la Fnac Gros sourire
Enfin pour ceux qui auraient pas envie de se faire arnaquer, il est commandable sur le site de Sekhmet Records à 18€, port compris Sourire
Ander citer
Ander
21/09/2005 17:20
note: 8/10
Je me le suis commandé à la Fnac. (22 € 87, PUTAIN!!!)
citer
Jérome (invité)
09/09/2005 23:08
Le disque est dispo en Fnac, Virgin, Gibert Joseph, Holy, Adipocere

chez Underclass aussi
www.underclass-music.com

voilà c'est dis!

citer
Pat (invité)
09/09/2005 23:04
Je conseil de vous procurez l'édition limitée (Rouge), mix différent par rapport à l'édition normale qui change pleins de chôses. Son différent (plus rond et plus gros ) et enfin 3 bonus super intéressants.

La comparaison avec Meshuggah que je comprends est déplacé dans ce cas, mais ça a rien a voir quand on se plonge dedans.

Coprofago sont des gars de 24/25 ans qui ont commencé à jouer ensemble vers 13/14 ans, et ont toujours évoluer dans ce Metal barré influencé par le Jazz rock.

et je crois qu'a l'opposé de la planète 'comparaison avec Meshug Suède / Chili) des musiciens peuvent avoir les mêmes intentions sans que l'un connaisse l'autre.

Pour en revenir à cet album, c'est pour moi un bain de Jouvence, une grosse tuerie super abordable sans l'être, des compos incroyables, un niveau créatif et technique au dessus de tout ce qui se fait actuellement.

Et cette atmosphère parfois tendue ou aérée (ces instrumentaux sont prodigieux), bref quel baffe mon album de l'année loin loin, trés loin...

Coprofago est simplement une étoile à mettre dans un coin du ciel, une musique brillante remplie de feeling et de talent.

Foncez les gars foncez sur ce disque.

Ander citer
Ander
07/09/2005 22:41
note: 8/10
Font chier Amazon, ils ont ni Geneiis, ni celui là.... Et c' est pas la peine de compter sur la Fnac...
Asgiliath citer
Asgiliath
07/08/2005 21:41
Il suffit d'ecouter Genesis pour se rendre compte que ces mecs ne sont absolument pas des copieurs de Meshuggah...
citer
Maniac
28/07/2005 20:40
Tu devrais, surtout si Coprofago te plaît Sourire
Après faut faire l'impasse sur la voix Eiffel 65 qui rebute pas mal de monde...
Dead citer
Dead
26/07/2005 8:23
note: 8.5/10
_Taranis_ a écrit : Je suis pas d'accord sur le fait de limiter Coprofago à un simple clone de Meshuggah. Certes, il y a de gros points communs musicalement, mais pour moi Coprofago sont bel et bien les héritiers des immenses Cynic. Ces petits délires très free-jazz, ce coté un peu "space" limite psychédélique qu'on retrouvait déjà sur Genesis (l'EP précédent), me rapelle vraiment Focus. RIen que le jeu à la basse fretless rapelle énormément ce que faisait Sean Malone !

C'est peut être parce que je ne connais pas Cynic Clin d'oeil
Ander citer
Ander
25/07/2005 22:37
note: 8/10
Ander a écrit : Y a un côté Mesh', c' est vrai, mais les influences Jazz sont bien plus perceptibles dans le son. Oo Après côté structure j' en sais rien...



Désolé, je double poste... Je voulais simplement rajouter que ça me fait plus penser à du Textures énervé que du Meshu'...
Ander citer
Ander
25/07/2005 22:35
note: 8/10
Y a un côté Mesh', c' est vrai, mais les influences Jazz sont bien plus perceptibles dans le son. Oo Après côté structure j' en sais rien...

_Taranis_ citer
_Taranis_
25/07/2005 20:05
Je suis pas d'accord sur le fait de limiter Coprofago à un simple clone de Meshuggah. Certes, il y a de gros points communs musicalement, mais pour moi Coprofago sont bel et bien les héritiers des immenses Cynic. Ces petits délires très free-jazz, ce coté un peu "space" limite psychédélique qu'on retrouvait déjà sur Genesis (l'EP précédent), me rapelle vraiment Focus. RIen que le jeu à la basse fretless rapelle énormément ce que faisait Sean Malone !

Concernant cet album, il est vraiment excellent rien à dire. Mieux produit en effet, très homogène et même assez facile d'accès je trouve. N'hésite pas à jeter une oreille à l'EP Genesis, il vaut vraiment le coup !

Sont très forts ces mangeurs de caca en tout cas ^^

ps: Oui l'album est sorti, dans sa version normale (que j'ai trouvé en occase à Gibert ?!?) mais il doit sort en version limitée avec des bonus si j'ai bien compris.
Dead citer
Dead
25/07/2005 9:18
note: 8.5/10
Normalement déjà dispo Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Coprofago
Thrash jazzy technique et brutal
2005 - Sekhmet Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  8.46/10
Webzines : (24)  7.5/10

plus d'infos sur
Coprofago
Coprofago
Thrash jazzy technique et brutal - 1993 - Chili
  

tracklist
01.   Crippled Tracker
02.   The Inborn Mechanics
03.   Neutralized
04.   Merge Into
05.   Fractures
06.   Hostile Silent Ruptures
07.   Isolated Throught Multiplicity
08.   Constriction
09.   Motion
10.   Wavelength

Durée totale : 40:32

line up
voir aussi
Coprofago
Coprofago
Genesis

2000 - Sekhmet Records
  

Obtest
Gyvybės Medis
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Affront
World in Collapse
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Spécial 20 ans de Thrashocore : Interview de Chris le fondateur !
Lire le dossier
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique