chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Seven Tongues Of God - MentalizatioN

Chronique

Seven Tongues Of God MentalizatioN
Si j'avais sur mes étagères l'Encyclopédie du Metal Belge en 12 volumes, je vous fiche mon billet qu'en illustration du terme « Do It Yourself » (« Système D » pour les hermétiques à l'Anglais), j'y trouverais la pochette de « MentalizatioN », 1er opus auto-produit/packagé/illustré/enregistré/distribué de Seven Tongues of God. Ce jeune groupe (formé en 2005) a en effet tout fait « à la maison », pour un résultat au final formidablement pro … du pain bénit pour le label qui aura la bonne idée de mettre le grappin dessus !

Mais avant de nous projeter dans l'avenir prometteur du groupe, laissez-moi vous donner une idée de ce à quoi ressemble STOG au sortir des enceintes d'une chaîne HI FI. Pour faire simple, « MentalizatioN » est un album de power/thrash moderne et intelligent, qui puise le groove et l'agressivité chez Pantera, les galipettes guitaristiques tarabiscotées chez Meshuggah, et les virées planantes et barrées chez Textures. Ces influences sont dosées intelligemment par le groupe, la complexité rythmique héritée des Suédois ci-dessus mentionnés relevant l'intérêt d'un power/thrash qui – quant à lui – dynamise et fait thrasher l'ensemble.

Sur cette base musicale viennent se poser les lignes de chant de Wanch, chanteur au large spectre vocal qui passe des vociférations d'un Phil Anselmo, à la tessiture thrash d'un Russ Anderson (Forbidden), en passant par des grunts death, et les complaintes d'une voix claire qui doit surtout à Keith Caputo (Life of Agony) mais qu'on voit aussi lorgner vers Mike Patton (sur « God Bless Me » ou « Little Boy ») voire Jonathan Davis (à 3:26 sur « Self Destruct ») ou Denis Belanger de Voivod (sur « God Bless Me », à 3:48). Armé de la sorte, le groupe décline sa musique avec une grande science du dosage, sachant toujours garder l'intérêt de l'auditeur en alerte. Ainsi les passages calmes, limite lounge (« God Bless Me » 2:34, « Self-Destruct » 2:50), alternent avec des bûcheronnages dignes d'un Decapitated (début de « God Bless Me »). Les riffs jouissivement simples et directs (0:50, puis 1:19 sur « Trapped in Perfection », 1:12 sur « Self-Destruct ») côtoient des passages qui prennent à rebrousse-poil (la toute fin de « Self-Destruct », le solo de « Little boy » à 4:07…). Et le plus important, c'est que STOG nous ménage régulièrement des refrains accrocheurs et des petits passages d'anthologie qui restent après que l'album soit fini : je pense au riff qui prend aux tripes à 3:38 sur « Trapped in Perfection » … à « Démentalization », instrumental sombre à la batterie grésillante … à l'envolée thrash épique à 1:03 sur « Good enough » … ou encore à la rythmique toute Texturienne, à 0:53, sur « Little Boy » …

Tout n'est pas rose non plus du côté de nos amis belges. Pour faire le râleur, je dirais que de temps en temps, on a un peu l'impression que la voix est posée en surimpression par rapport au reste des instruments, ce qui nuit un peu à l'unité de l'ensemble. Un autre reproche, plus évident et gênant celui-là, c'est la faiblesse du chant death de Wanch - qui par ailleurs est excellent dans les autres registres … En même temps cela ne concerne que 3 passages tout au long de l'album, mais je pense que ce type de chant est à éviter (putain, ça me fait mal de dire ça, moi qui suit un gros fan de growl), ou tout au moins à retravailler. Enfin, dernier petit reproche : aux premières écoutes, on a un peu tendance à dresser une liste des styles visités, genre « Tiens, là ils jouent du Pantera. Tiens, là c'est du Textures. Tiens, … », ce qui montre que les influences sont encore palpables.

Maintenant, il est clair que STOG est un groupe parfaitement inscrit dans son époque, hyper motivé, et à la personnalité très forte – oui, cela se sent clairement malgré l'empreinte encore palpable de ses influences majeures. Pris en main par un label qui-n'en-veut, je pense qu'on pourra retrouver rapidement Seven Tongues Of God dans le peloton de tête des groupes Belges. On en reparle d'ici un an ou deux …

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
09/07/2007 21:12
... et du son ici
Dead citer
Dead
09/07/2007 20:11
Interview en ligne !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Seven Tongues Of God
Power/Thrash moderne
2007 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Seven Tongues Of God
Seven Tongues Of God
Power/Thrash moderne - Belgique
  

écoutez
tracklist
01.   Ouroboros
02.   Trapped In Perfection
03.   Addiction
04.   Dementalization
05.   God Bless Me
06.   Self-Destruct
07.   Good Enough
08.   Little Boy

Durée : 31:14

Essayez aussi
eOn
eOn
Unscared

2009 - La Fissure Productions
  
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media Records
  
Grip Inc.
Grip Inc.
Solidify

1999 - Steamhammer Records (SPV)
  
Lamb Of God
Lamb Of God
Wrath

2009 - Roadrunner Records
  

Annihilator
All For You
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique