chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ihsahn - angL

Chronique

Ihsahn angL
Récapitulons : Ihsahn fonde Emperor. Avec ce groupe, il sort trois albums géniaux puis décide de tout arrêter. A côté, il continue d'écrire pour Peccatum, projet musical avec sa femme, moins Metal au profit d'une musique plus expérimentale et atmosphérique. Puis il met fin également à ce projet pour se lancer dans sa carrière solo. Il en sort The Adversary en 2006, un album sympa mais pas transcendant. Avant la sortie de son second album solo, angL, il reforme Emperor pour une série de concerts monumentaux.

Bien.

Là dedans, y'a un truc qui cloche. « angL ». Sérieux, qui appellerait son album comme ça de nos jours ? Même Lacuna Coil ils n'osent pas, alors que ça leur irait parfaitement. En plus, vu que nous sommes français, on peut penser qu'au lieu de sortir un disque s'appelant « ange », il a voulu le nommer « angle », ce qui est vachement con quand on y réfléchit.

Dans tous les cas, excusez-moi mais je vais couper court à tout suspens : la musique d'Ihsahn sur angL est à la hauteur du titre de l'album, à savoir mauvaise. D'accord j'exagère, il y a des moments brillants, comme les morceaux ouvrant et clôturant l'album (respectivement Misanthrope et Monolith), Unhealer avec un certain inconnu répondant au nom de Mikael Åkerfeldt en invité, et quelques autres tournures intéressantes par-ci par-là (surtout au niveau du chant sur Emancipation). Mais voilà le gros défaut de cet album, c'est que les 47 minutes passent, et on ne retient rien ou presque, tant on se fait chier. Et comme on se fait chier, on écoute d'une oreille distraite, et on ne retient rien. Un cercle vicieux quoi. Tout ça, parce que le monsieur Ihsahn préfère nous montrer l'étendue de ses capacités de compositeur plutôt que ce qu'il a réellement dans les trippes.

Absence d'atmosphère et véritable curriculum-vitae sonore du norvégien, voilà ce qu'est véritablement angL. Au fond, ça ne change pas vraiment de The Adversary, auquel je reprochais exactement les mêmes défauts. Sauf que moi je n'aime pas quand un disque répète les erreurs du précédent, donc je ne pardonne pas. Pour ceux qui n'auraient pas eu la chance d'écouter The Adversary, ça ressemble à un mix d'Emperor période Prometheus (mais avec les passages Black Metal en minorité), de Peccatum pour le côté un peu atmosphérique, avec une énorme dose de Metal progressif sans queue ni-tête. Enfin non, même pas car là on s'attend à quelque chose d'incompréhensible. C'est juste que ça n'attire même pas l'attention.
Certains morceaux deviennent ainsi carrément inutiles, comme le pitoyable Scarab, l'indigeste Alchemist (où Ihsahn il a vraiment fait de la musique alambiquée quoi vraiment truc de ouf maman), ou Elevator qui ressemble à une musique d'ascenseur (c'était pour les quotas d'humour ça).

Enfin bref, je vais m'arrêter là. Au final, angL n'est pas un disque si mauvais, c'est juste que j'ai l'impression qu'on se moque de moi. Ihsahn sort un album quasiment identique : les titres d'intro et d'outro sont excellents, on retrouve les mêmes défauts et un invité de marque sur un morceau... C'est de l'auto-plagiat, et c'est très fort. En espérant qu'il n'y aura pas de troisième album au profit de nouveaux Emperor ou Peccatum.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ihsahn
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (11)  6.27/10
Webzines : (35)  7.55/10

plus d'infos sur
Ihsahn
Ihsahn
Metal extrême progressif - 2005 - Norvège
  

tracklist
01.   Misanthrope
02.   Scarab
03.   Unhealer
04.   Emancipation
05.   Malediction
06.   Alchemist
07.   Elevator
08.   Threnody
09.   Monolith

Durée : 47 minutes

line up
parution
26 Mai 2008

voir aussi
Ihsahn
Ihsahn
Das Seelenbrechen

2013 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
The Adversary

2006 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
Arktis.

2016 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
Eremita

2012 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
After

2010 - Candlelight Records
  

Déception de l'année
Meshuggah
Nothing
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Affront
World in Collapse
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Spécial 20 ans de Thrashocore : Interview de Chris le fondateur !
Lire le dossier
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique