chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Generals - Blood For Blood

Chronique

The Generals Blood For Blood
L’inconvénient d’être un chroniqueur tout terrain est qu’à force d’être submergé de promos, par la force des choses, on en vient à délaisser certaines chapelles et sous genre musicaux. Heureusement, en matière de suédoiseries, l’ami Korbendallas est toujours là pour battre le rappel des troupes (fan de death old school Finlandais, allez donc faire un tour sur son tout nouveau label south-from-here-records). Et concernant THE GENERALS, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on sait où on s’aventure dès les premières mesures de « Blood For Blood ». Casquette vissée sur le crâne pas encore dégarni, vestes à patches décousus et baskets délacées traînant dans la boue, l’appel du mid-tempo brise-nuque n’attend pas : attiré par les effluves du Sunlight studio (une dépendance ici, tenue par Rikard « VOMITORY » Löfgren) popularisé par maître Skoksberg, les gloutons du death n’ roll s’en pourlèchent déjà les babines. Plus fort qu’Halloween 20 ans après, voici donc venir le rejeton du « Wolverine Blues » de qui vous savez.

Avec son deuxième méfait après « Stand Up Straight » (2009), le combo de Karlstad ne mettra pas en avant l’originalité de son propos pour se vendre. L’affaire est très vite entendue, on a donc affaire à un de ces groupes revisitant un album précis d’une légende du genre. Rien de mal en soit, ça peut même donner du très bon, comme en témoigne le jouissif « Tube Of The Resinated » de CANNABIS CORPSE. Chez THE GENERALS, en dehors de quelques bons vieux blasts disséminés ça (« Where It Rains ») et là, la copie est certifiée conforme à l’original, avec un growler singeant parfois à merveille LG Petrov (« Shotgun Serenade »). Et si l’on craint très vite l’essoufflement d’une machine programmée en mode semi-rapide (entre le tchouka tchouka de mon confrère Keyser et le toupa toupa du tennisman Suédois, choisit ta terminologie camarade), THE GENERALS a la bonne idée d’agrémenter la revisite du monument de 1993 de quelques adjuvants mélodico-lugubres empruntés à « Clandestine » (« Hunger »). Mid tempo rampant, leads filant la chair de poule (« Evil Transcends », à deux doigts du pastiche) avant un sévère changement de braquet pour réchauffer les cervicales ; tous les gimmicks attendus (espérés ?) sont réunis ici, jusqu’aux quelques notes de piano (« Hell Sweet Hell ») dont Uffe Cederlund avait pris l’habitude de se fendre sur certains titres. Pas à dire, l’exercice de style est suffisamment maîtrisé pour qu’on balance entre admiration non feinte et plaisir coupable. Tout juste regrettera-t-on la faible proportion de soli pour éclairer les compos mais au fond, c’est broutille.

Quelque part, en choisissant de se situer entre ces deux classiques d’ENTOMBED, les imitateurs (et les auditeurs) y trouveront l’essentiel, à savoir une certaine légitimité. Au vu de la carrière en dent de scie des patrons du genre - Lars Goran Petrov en mode rip-off chez ENTOMBED A.D., pendant que Alex et Uffe orchestrent une version sympho de ce qui reste de la formation originale - on ne se plaindra pas d’avoir à se mettre sous la dent un épisode 2.5 manquant quelque peu au tableau de chasse des Suédois. Qui n’a pas rêvé de se réveiller un matin en comptant un ou deux albums de plus dans la période death des ex-NIHILIST ? Pour toutes ces raisons, additionnées à l’indéniable efficacité de la galette, « Blood For Blood » se pose en digne complément de la disco du patron. Faites tourner!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Generals
Death n' roll
2013 - Lightning Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.96/10

plus d'infos sur
The Generals
The Generals
Death n' roll - 2002 - Suède
  

vidéos
Blood For Blood
Blood For Blood
The Generals

Extrait de "Blood For Blood"
  

tracklist
01.  Blood For Blood
02.  Dig Two Graves
03.  Hunger
04.  Nothing's Claimed
05.  My Own Demise
06.  Hell Sweet Hell
07.  Shotgun Serenade
08.  Evil Transcends
09.  Where It Rains
10.  The Great Deceiver

Durée : 31 min.

line up
parution
9 Janvier 2014

Essayez aussi
Como Muertos
Como Muertos
Cronica Del Dolor

2010 - Autoproduction
  
Hearse
Hearse
The Last Ordeal

2005 - Karmageddon Media
  
Ghoulunatics
Ghoulunatics
Cryogénie

2006 - Galy Records
  
Mucupurulent
Mucupurulent
Bloodstained Blues

2006 - Morbid Records
  
Entombed
Entombed
Uprising

2000 - Threeman Recordings
  

Evile
Enter the Grave
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique