chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkness - The Gasoline Solution

Chronique

Darkness The Gasoline Solution
Si parmi la pléthorique scène thrash allemande des 80’s tout le monde (ou presque) connait KREATOR, SODOM ou encore DESTRUCTION, peu de gens en revanche ont entendu parler de DARKNESS ce qui est finalement assez compréhensible. Car après avoir débuté en 1984 et enchaîné plusieurs démos désormais cultes, le tonitruant « Death Squad » finissait de convaincre les derniers sceptiques tout en ouvrant une voie royale au quintet d’Essen. Pourtant leurs espoirs vont vite être douchés suite à la sortie du décevant « Defenders of Justice » et surtout du raté « Conclusion & Revival » en 1989, sans oublier une série de mésaventures et de malchance diverses qui vont mettre fin à une aventure éphémère et en dent de scie, et à une séparation du groupe dans la foulée.

Cependant près d’un quart de siècle après la fin de ses activités il se retrouve réactivé sous son nom d’origine (après la parenthèse EURE ERBEN) par le batteur historique Lacky et le guitariste Arnd, qui se sont entourés de trois nouveaux membres pour repartir sur de bonnes bases, et le moins que l’on puisse dire c’est que les mecs ont la pêche et en veulent malgré les années qui ont passé. Car la rage et l’énergie du duo d’origine est restée intacte et l’apport de ces nouvelles têtes est un vrai gage de réussite, tant ce disque nous renvoie dans l’époque bénie des pionniers où rien n’était calibré et où tout était possible, avec en prime un son d’époque chaud et naturel qui fait mouche dès le départ avec le puissant « Tinkerbell Must Die ».

Démarrant comme une bonne blague avec un son de boîte à musique enfantine, et ces paroles d’un haut niveau d’humour (pour rappel Tinkerbell était le nom du chihuahua de la quiche Paris Hilton, et aussi celui de la Fée Clochette dans la version originale), il est joué pratiquement à fond tout du long et l’on y trouve tous les éléments classiques du genre : riffs joués à mille à l’heure, batterie simple et à fond, solos bien sentis et un peu de mid-tempo pour éviter la redondance … bref sur la forme ça ne réinvente rien, ça sent la naphtaline à plein nez mais ça envoie la purée comme il faut et c’est tout ce qu’on demande. D’ailleurs il ne faut pas s’attendre à une quelconque révolution stylistique et musicale, les mecs restent ancrés dans leur époque chérie et maintiennent la plupart du temps un rythme élevé, à l’instar du court et efficace « Freedom On Parole » qui ne débande pas une seule seconde ou encore avec le très bon et varié « Dressed In Red » qui se montre virulent et rapide, mais qui a la bonne idée de se calmer pour proposer de la variété via des passages légèrement mélodiques et en mid-tempo agréable, pour un résultat plus que réussi. D’ailleurs les gars n’hésitent justement pas à lever le pied à de nombreuses rapides, comme avec « Another Reich » et « Pay A Man » où accélérations et ralentissements ne cessent de succéder de manière convaincante, ou via « The Gasoline Solution » qui lui ne déroge pas à son train de sénateur et se fait heavy à souhait tout en conservant un côté guerrier.

Et même si « Welcome To Pain » et « Law » sont nettement moins inspirés et plus ennuyeux que le reste (et que le début parlé de « This Bullet’s For You » n’est pas franchement génial), on ne peut pas nier la réussite incontestable de cet opus qui fait passer un très bon moment et rattrape le coup de leurs deux précédents qui avaient été fait à la va-vite. Alors certes on peut reprocher que l’ensemble des riffs et des accords se ressemblent d’une compo à l’autre (ce qui n’est pas faux) mais l’ensemble est quand même d’une grande cohérence et homogénéité, et montre que les teutons se sont bonifiés avec l’âge et qu’ils n’ont rien à envier à la nouvelle génération (notamment des Etats-Unis) qui essaie de faire sonner comme leurs aînés. Nul doute en tout cas qu’avec ce come-back réussi la bande d’Outre-Rhin fera un carton sur scène où sa musique bien en place, sans prétention ni prise de tête prendra toute sa dimension énergique et festive, autour d’un public réceptif et motivé.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
05/10/2016 13:33
Un joli come back effectivement. Bon album de thrash sans prétention extraordinaire mais qui fait bien le boulot.
Keyser citer
Keyser
04/10/2016 14:06
Ah Darkness! Le 1er album était assez terrible effectivement! J'avais eu le plaisir de les voir au Black Thrash Attack et les nouveaux morceaux avaient l'air cools. Faudra que j'écoute ça alors!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkness
Thrash Old-School
2016 - High Roller Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (7)  7.74/10

plus d'infos sur
Darkness
Darkness
Thrash Old-School - 1984 - Allemagne
  

vidéos
Tinkerbell Must Die
Tinkerbell Must Die
Darkness

Extrait de "The Gasoline Solution"
  

tracklist
01.   Tinkerbell Must Die
02.   Another Reich
03.   Freedom on Parole
04.   Welcome to Pain
05.   L.A.W.
06.   Pay a Man
07.   The Gasoline Solution
08.   Dressed in Red
09.   This Bullet's for You

Durée : 38 minutes

line up
parution
7 Octobre 2016

voir aussi
Darkness
Darkness
First Class Violence

2018 - Massacre Records
  
Darkness
Darkness
Over And Out (EP)

2020 - Massacre Records
  

Messiah
Fracmont
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Apprends le LATIN avec le Black Metal.
Lire le podcast
Bütcher
666 Goats Carry My Chariot
Lire la chronique
La Voûte #4 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Invincible Force
Decomposed Sacramentum
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Bilan 2020
Lire le bilan
BM : Les polémiques à deux balles (et un peu plus)
Lire le podcast
Darkness
Over And Out (EP)
Lire la chronique
Zombiefication
At The Caves Of Eternal
Lire la chronique
Messiah
Fracmont
Lire la chronique
Loudblast
Manifesto
Lire la chronique
Harlott
Detritus Of The Final Age
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique