chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nekromantheon - Visions Of Trismegistos

Chronique

Nekromantheon Visions Of Trismegistos
Si 2018 avait été marquée par le retour très attendu d’Obliteration, beaucoup espéraient encore que Sindre Solem et Arild Myren Torp reprennent du service au sein de Nekromantheon. Particulièrement actif entre 2007 et 2012, période durant laquelle la formation de Kolbotn aura tout de même sorti deux albums, deux splits et un EP, les Norvégiens n’avaient plus donné signe de vie depuis 2013 et la parution d’une autre collaboration en compagnie cette fois-ci de Deathhammer, Töxik Death et Carniwhöre. Une absence extrêmement longue qui touche aujourd’hui à sa fin puisque le groupe tombé pour certains dans l’oubli s’apprête à sortir d’ici quelques jours son troisième album intitulé Visions Of Trimegistos.

C’est sur Indie Recordings, Blasphemisia Produktionen (pour la version cassette) mais également Hells Headbangers Records que celui-ci voit le jour avec en prime une très chouette illustration signée du talentueux polonais Zbigniew Bielak (Darkthrone, Deicide, Deströyer 666, Ghost, Immolation, Vader, Watain...). Une oeuvre intense et chargée évidemment en lien avec le titre de ce troisième album qui emprunte cette fois-ci de manière un peu plus spécifique au personnage d’Hermès Trismégiste (ou trois fois grand), figure mythique de l’Antiquité gréco-égyptienne à qui l’on prête de nombreux traités mystico-philosophiques. Bref, tout un programme...

Mais qu’en est-il vraiment de ce nouvel album qui comme on l’a vu marque le retour de Nekromantheon après presque dix ans d’absence ? Et bien pour être tout à fait honnête, celui-ci aurait très bien pu sortir quelques mois seulement après Rise, Vulcan Spectre tant les deux partagent le même ADN. En effet, cette presque-décennie ne semble avoir eu aucune incidence sur la fougue et l’intensité dont fait preuve une fois encore le trio norvégien. C’est ainsi pied au plancher que Nekromantheon mène ici ses huit nouvelles déflagrations au son d’un Thrash toujours aussi virulent et impitoyable dont les origines reste ancrées du côté des premiers albums de Slayer, Sepultura et Kreator.
Comme souvent avec ce genre de Thrash particulièrement sauvage, la formule est marquée par l’utilisation de riffs d’une efficacité absolument redoutable. En la matière, le trio n’a rien perdu de sa superbe et n’a donc certainement pas à rougir de la concurrence qui elle n’a pas attendu près de dix ans pour se manifester. De "The Visions Of Trismegistos" à "Seven Rulers Of Fate" en passant par "Faustian Rites", "Neptune Descent", "Dead Temples" et "Thanatos", pas un instant ne passe sans que l’on se fasse maltraiter par ce riffing nerveux et abrasif aux relents Black typiques de la fin des années 80. De la même manière, ces nombreux leads dispensés avec fougue tout au long de ces trente-deux minutes nourrissent une espèce d’hystérie collective particulièrement jouissive qui fatalement donne envie de taper du air guitar comme un demeuré ! Enfin, cette formule toujours aussi foutrement intense ne serait pas complète sans le jeu ultra dynamique de Christian Holm qui entre quelques descentes de toms à la sauce 80’s va balancer du blasts à la mitraille et bien évidement tout un tas de séquences de tchouka-tchouka bas du front aussi radicales qu’efficaces.
Mais Nekromantheon est plus malin qu’il n’y paraît, aussi les instants plus subtils sont tout de même relativement nombreux. Ces derniers se manifestent sous la forme de breaks et autres transitions toujours particulièrement bien senties qui comme souvent dans ce genre de cas vont apporter ce qu’il faut de relief pour accentuer cette dynamique qui caractérise le Thrash des Norvégiens. Outre quelques moments particulièrement brise-nuques ("The Visions Of Trismegistos" à 2:31, "Seven Rulers Of Fate" à 1:02, "Dead Temples" à 1:15), on va également trouver deux ou trois passages tout simplement moins soutenus comme pour mieux tenter d’apaiser (temporairement) les esprits (les premières secondes plus mélodiques de "Neptune Descent" ou un peu plus loin à partir de 2:23, la première minute de "Scorched Earth", "Zealot Reign" à 2:07).

Pour ce retour naturellement très attendu, Nekromantheon ne déçoit pas. Certes, on ne peut pas dire que l’on soit surpris par quoi que ce soit mais au moins, on retrouve les Norvégiens comme on les a quittés il y a de cela presque dix ans c’est à dire extrêmement virulents et habités par cette même envie d’en découdre, tout le temps et cela sans jamais faiblir. Visions Of Trimegistos répond ainsi largement aux attentes que l’on peut avoir pour ce genre d’album sensé être mené le couteau entre les dents. À ce titre, le Thrash de Nekromantheon est effectivement d’une sauvagerie sans nom et ne devrait en aucun cas décevoir tous ceux qui attendaient de pied ferme un retour en grande pompe des seigneurs de Kolbotn.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
23/04/2021 11:17
note: 8/10
Sans surprise effectivement mais très bon !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nekromantheon
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (4)  8.41/10

plus d'infos sur
Nekromantheon
Nekromantheon
Thrash - 2005 - Norvège
  

tracklist
01.   The Visions Of Trismegistos  (04:48)
02.   Seven Rulers of Fate  (02:41)
03.   Faustian Rites  (03:41)
04.   Neptune Descent  (05:22)
05.   Scorched Death  (04:29)
06.   Dead Temples  (03:24)
07.   Thanatos  (03:35)
08.   Zealot Reign  (04:44)

Durée : 32:44

line up
parution
30 Avril 2021

voir aussi
Nekromantheon
Nekromantheon
Rise, Vulcan Spectre

2012 - Indie Recordings
  

Essayez aussi
Töxik Death
Töxik Death
Sepulchral Demons

2020 - High Roller Records
  
Epidemic
Epidemic
Decameron

1992 - Metal Blade Records
  
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned (Split 12")

2018 - Dying Victims Productions
  
Nuclear Assault
Nuclear Assault
Game Over

1986 - Combat Records
  
Slayer
Slayer
Diabolus In Musica

1998 - American Recordings
  

Essence
Prime
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Witching Hour
...and Silent Grief Shadows...
Lire la chronique
Metal Méan Festival 2021
Bütcher + Bölzer + Doodswen...
Lire le live report
La Voûte #8 - Monothéiste
Lire le podcast
Hellish
Poison (EP)
Lire la chronique
Best of BLACK METAL 1998 !
Lire le podcast
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Ekulu
Unscrew My Head
Lire la chronique
At The Gates
The Nightmare of Being
Lire la chronique
Sakrifiss, Une vision du black metal
Lire le présentation
Dead Heat
World At War
Lire la chronique
Pig Destroyer
Pornographers of Sound (Live)
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Nekromantheon
Visions Of Trismegistos
Lire la chronique
Spellforger
Upholders Of Evil (EP)
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast