chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
170 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Amoral - Show Your Colors

Chronique

Amoral Show Your Colors
« There's gonna be some changes.
I'm gonna start with everything … »


Ce sont les tous premiers mots de l'album … Les bougres ont bien couvert leurs arrières: on ne pourra pas venir se plaindre qu'ils ne nous ont pas prévenu! Et pour un changement, nom d'un petit ténia claustrophobe, c'est un sacrebleu de changement! On ne parle pas ici d'un gentil lifting genre « ajout de galbe au niveau des seins » ou « rabotage d'arrête nasale », non: là c'est la totale, le changement de tronche complet à la Travolta/Cage dans « Volte Face »! Vous vous souvenez de ce groupe aux grattes aussi judicieusement mélodiques que véloces, à la patte chaleureusement abrasive, aux tempos effrénés, aux cordes vocales death/thrash éraillées et au long chapelet de tubes imparables? Voilà, c'est ça, le Amoral de « Decrowning » et « Reptile Ride »! Eh bien le scalpel de ce foutu chirurgien musical en a fait un groupe de hard rock burné, certes bien fait, mais bon, quand même quoi … Si si, pas la peine de vous cacher la tête dans les jupes de votre mère, il va falloir affronter la dure réalité en face que diable!

Mais revenons un instant sur les origines de ce dram… Euh, de ce changement de cap radical! D'aucun avait déjà décelé sur « Reptile Ride » des traces de perte de sauvagerie, sur un « Pusher » pas au top de l'agression joyeuse par exemple, ou – pour citer les morceaux mis en exergue par le groupe lui-même sur son site – sur les très mélodiques « Snake Skin Saddle» et « Mute ». Mais c'est surtout au moment de l'annonce de l'intégration du nouveau chanteur, Ari Koivunen (qui a gagné une version locale de « La Nouvelle Star » en se la jouant hard rock façon Steeve Estatof finnois) que des frissons spasmodiques ont commencé à secouer l'épine dorsale des fans du groupe. S'ensuivit un remplacement de bassiste, puis enfin arriva sur nos platines ce « Show Your Colors » qui, au final, évoque plus une version « grosse prod' mélo-thrashy finnoise » d'un mix Mötley Crüe/Queensryche/Blind Guardian/Angra (pour citer quelques-unes des références qui me sont venues à l'esprit au hasard des écoutes de l'album) que le dernier missile à tête riffeuse des réserves à munitions de la Finnish Metal Army.

Bref: Amoral est mort … Vive Amoral!

Oui oui, vive Amoral quand même, parce que – même si c'est vrai que ces saligauds là auraient quand même pu prendre la peine de changer de patronyme histoire de ne pas nous faire prendre des vessies hard rock pour des lanternes melodeath/thrash – le tranchant des guitares et la qualité de composition sont encore et toujours au rendez-vous. Nom d'un petit Eddie Van Halen (Oui bah désolé, le plan évoqué quelques mots plus loin – du tapping rehaussé d'un léger écho me semble-t-il ?! – me rappelle un peu le superbe « Cathedral » figurant sur « Diver Down »), nom d'un petit Eddie Van Halen disais-je: vous y croyez vous à cette guitare qui ouvre « Release » comme le plus expert des préliminaires? Et comment qu'ils te propulsent magistralement le bousin en orbite avec la rythmique adéquate à 3:44, Mamma Mia! Et puis bon, nos loulous ayant manifestement le sentiment d'avoir quelque chose à se faire pardonner, ils ont bien fait attention à garder une attitude agressive, allant même jusqu'à coller du blast à 0:18 sur « Shade of Grey », le 2e vrai morceau de l'album. Ainsi à quelques erreurs de parcours près (l'horrible « Last October », slow chamallow qui sort le piano, les violons, et qui va finir par valoir des aphtes au groupe à tant courir après le passage en radio, et le trop sucré « Vivid » avec ses gros cœurs et ses chromes Big Hard US) le groupe continue à faire mal, même si c'est dans un tout autre registre. Les refrains passent tous seuls (petit rappel: avec voix hard'n'heavy et chœurs occasionnels, hein!), les mélodies sont accrocheuses, les morceaux sont variés et la plupart du temps franchement énergiques (du genre à vous donner envie de faire des excès de vitesse), et les guitares, en lead comme en rythmique, continuent à briller de mille éclats. Ainsi après le fabuleux « Release », « Year Of The Suckerpunch » arrive avec un savant mélange de hard rock à l'eau de rose et de grosses grattes bien joufflues (à 2:59 et 4:21 on retrouve même le feu jailli de l'ancien volcan qu'on croyait trop vieux …), et « Perfection Design », le morceau suivant, propose quant à lui du pur rock'n'roll bien couillu. On embraye sur un « Sex N' Satan » pêchu et suffisamment véloce pour qu'on croit y déceler des traces de thrash. Et cet afflux de hard rock catchy et costaud continue ainsi jusqu‘à un « Exit » final (pléonasme?) qui conclut l'album sur un dernier pic de puissance et de mélodie qui confine à l'épique (Attends voir: y a bien une contrepèterie là non?).

Fans du Amoral première période, ravalez vos larmes, payez-vous quelques séances de psychothérapie de groupe, puis une fois préparés au choc, tentez l'écoute de ce « Show Your Color » qui vous offrira quelques rares mais belles réminiscences des jours heureux … Qui sait, peut-être même arriverez-vous à négocier le virage avec ces sacrés bon sang de finlandais qui n'en font qu'à leur tête. Et vous autres, amateurs de gros hard rock jouissif qui rêvaient de voir le « Docteur Feelgood » de Mötley Crüe interprété par un groupe de thrash mélodique new school scandinave, ruez vous sur ce « Show Your Color », premier album d'un tout nouveau groupe qui promet, composé d'ex-membres d'Amoral … Allez: 7.5 pour faire la moyenne entre la déception des uns (dont ma mienne à moi) et la grande qualité objective du matos.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

max.scxxxd citer
max.scxxxd
19/12/2014 15:49
note: 3/10
rien de nouveau....
donvar citer
donvar
29/04/2009 21:27
note: 2/10
je retire ce que j'ai dit...Cet album est pas décevant seulement parce que c'est du Amoral, c'est juste une bouse complète. Jamais je n'ai été aussi déçu je crois.
Chri$ citer
Chri$
25/04/2009 14:53
on dirait du Europe.... Mr Green
donvar citer
donvar
23/04/2009 15:55
note: 2/10
Pareil que Nightsoul...la musique en soit est bien, mais putain ce chant guimauve pour du Amoral c'est pas possible!
A écouter version karaoké.
NightSoul citer
NightSoul
23/04/2009 14:23
note: 6/10
C'est pas trop mal mais on a perdu un grand groupe là..
Le syndrome du changement de chanteur peut-être?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amoral
Hard rock boosté au metal finlandais
2009 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (4)  3.63/10
Webzines : (19)  5.63/10

plus d'infos sur
Amoral
Amoral
Hard rock boosté au metal finlandais - 1997 † 2017 - Finlande
  

tracklist
01.   Random Words
02.   Release
03.   A Shade of Gray
04.   Year of the Suckerpunch
05.   Perfection Design
06.   Sex N' Satan
07.   Song for the Stubborn
08.   Vivid
09.   Gave Up Easy
10.   Last October
11.   Exit

Durée : 44:50

line up
parution
6 Mai 2009

voir aussi
Amoral
Amoral
Reptile Ride

2007 - Spikefarm Records
  
Amoral
Amoral
Decrowning

2005 - Spikefarm Records
  

Voight Kampff
More Human Than Human
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique