chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shackles - Traitor's Gate

Chronique

Shackles Traitor's Gate
Quand je vous dis que l'Australie, c'est le Paradis ! Enfin plutôt l'Enfer. Formé en 2000, Shackles sort début 2009 son premier full-length sur l'excellent label Hells Headbangers. Une sortie qui me permet de découvrir le groupe...qui se libèrera de ses chaînes quelques semaines plus tard! Pas de bol mais au moins, le combo de Sydney aura laissé un unique et remarquable témoignage.

Les gens de bon goût qui connaissent Hells Headbangers doivent déjà savoir à quoi s'attendre et effectivement, Shackles colle bien à l'esprit old-school extrême du label US. Mais Shackles c'est bien plus qu'une simple formation nostalgique, Shackles, c'est même une de mes plus belles découvertes de cette année. Et l'une des plus belles pochettes aussi, assez originale pour le style pratiqué.

En parlant de style pratiqué, difficile de cataloguer précisément Shackles. Ce qui me plaît chez ce groupe, c'est que si le quatuor est clairement passéiste, il apporte paradoxalement une certaine fraîcheur à la scène. En ces temps de batteries triggées jusqu'à la moelle, d'overdubs, de Pro-Tools et de quantization, quel plaisir en effet d'entendre une production sincère et humaine avec une batterie qui sonne vraiment comme une batterie. Shackles a déjà gagné toute ma sympathie. Mais en plus, la musique bute! Les Australiens font clairement du metal extrême mais naviguent entre death, thrash et black (le tout issu des 80s quand tous les genres se confondaient) en y ajoutant des touches de heavy, de speed, voire de punk. Rien que la voix écorchée (et jouissive) emprunte à la fois aux débuts du death/thrash et au black. Les compositions sont à la fois relativement longues (souvent plus de cinq minutes) et directes, simples, sans fioritures. Globalement moyennement véloces mais parfois bien rapides sans pouvoir franchir non plus le mur du son (on a quand même le droit à quelques blastouilles sur "Iron Crosses", "Malignant Expulsion", "Cat O' Nine Tails" et "Exorcised Remains"), les rythmiques s'avèrent variées, donnant lieu à des titres dynamiques aisément différentiables et toujours très entraînants.

Entraînants grâce aux rythmiques thrash voire punks mais aussi grâce aux riffs. Si Shackles a du talent, c'est bien dans ce domaine. Rien de technique ou d'original, juste des putains de bons riffs metal qui donnent envie de bouger la tête et foutre le bordel dans la fosse. Et ce qui leur donne ce goût de reviens-y, c'est leur touche mélodique omniprésente. Une fois en tête, certains ne vous quitteront plus ("Malignant Expulsion", "Traitor's Gate", "Cat O' Nine Tails", "Exorcised Remains", "Shackled", "Orgy Of Corpses"), simples mais diablement efficaces comme savent si bien le faire leurs compatriotes de Deströyer666. La formation possède un feeling incroyable dans la composition et c'est tout naturellement que Shackles nous offre des leads et des soli mélodiques jouissifs qui vont sublimer les titres et leur donner de la couleur. J'aimerais insister tout particulièrement sur le morceau éponyme "Traitor's Gate", le meilleur de l'album, véritable petite merveille qui tutoie même la perfection à partir du break heavy à 3'32, suivie d'une accélération typée black metal puis d'un solo gigantesque, mélodique, rapide, fluide et personnel. Un pur moment de jouissance pendant lequel Shackles est carrément touché par la grâce. Le solo bluesy à la Kirk Hammett à 2'42 sur "Cat O' Nine Tails" n'est pas non plus dégueulasse. Cet aspect mélodique fleure bon le heavy metal d'ailleurs ("Traitor's Gate" à 3'22 donc mais aussi "Cat O' Nine Tails" vers 2'29, "Exorcised Remains" à 0'35 et 4'14, la lead à partir de 1'42 sur "Orgy Of Corpses"). On pourrait alors rapprocher Shackles d'un groupe comme Arghoslent dont les mélodies sont bien influencées par le plus vieux style de metal. Dernière incarnation du côté mélodique des Australiens, les excellents passages acoustiques comme sur le magnifique instrumental "Exhumed From A Watery Grave" ou l'intro de "Traitor's Gate" (décidément!).

Plein de qualités (ambiance old-school qui ne se prend pas la tête, mélodies simples et mémorables, très bons soli bourrés de feeling, riffs et rythmiques super entraînants et catchy dans le bon sens du terme, basse qui sait se faire entendre comme sur "Malignant Expulsion" ou "Orgy Of Corpses", chant rapeux génial, production raw et parfaite, mélange de styles extrêmes, quelques touches heavy/speed appréciables...), Traitor's Gate fait amèrement regretter le split de cette formation pourtant pleine d'avenir. Ce n'est pas original, ce n'est pas vraiment brutal mais putain, qu'est-ce que c'est bon!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shackles
Old-School Blackened Death/Thrash/Heavy
2009 - Hells Headbangers Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Shackles
Shackles
Old-School Blackened Death/Thrash/Heavy - 2000 † 2009 - Australie
  

tracklist
01.   Coiled In Sin
02.   Iron Crosses
03.   Malignant Expulsion
04.   Traitor's Gate
05.   Cat O' Nine Tails
06.   Exorcised Remains
07.   Exhumed From A Watery Grave
08.   Shackled
09.   Orgy Of Corpses

Durée : 41'36

line up
parution
21 Avril 2009

Sodom
Tapping The Vein
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique