chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
146 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Demonica - Demonstrous

Chronique

Demonica Demonstrous
Octobre 1995. Quatre jeunes chevelus réunis dans une cave obscure de six mètres carrés (dont quatre évolus au seul kit de batterie) sont à l'orée d'une grande carrière mais s'écharpent déjà sur le choix du meilleur nom pour percer dans le monde merveilleux du metal, avant même d'avoir appris à aligner deux accords et torché une compo digne de ce nom. Le plus doué de la bande, l'âme artistique du groupe – qui savait à peu près jouer « One », au ralenti, sans faire de pains pendant près d'une minute – finit par proposer DEMON EYES qui, vérifications faîtes, s'avère déjà pris. Comme nous sommes tous mordus des Four Horsemen, ni une ni deux, je propose de nous appeler DEMONICA. Le batteur, qui voulait jouer du rock high voltage australien, refuse d'assumer un nom aussi ridicule et s'en va reprendre du U2 avec les tapins de service du bahut, lesquels échoueront trois fois aux qualifs du class' rock local. Pas emballé, le leader s'accroche à son DEMON EYES tout pourri, prétextant que l'immense succès à venir suffira à payer un bataillon d'avocats pour ramener à la raison un « pauvre groupe de heavy metal d'île-de-France » (je cite). Le bassiste - qui était son petit frère et guettait avec angoisse son premier bouton d'acnée - ne mouftant pas, le split s'impose d'autant que malgré mes trois semaines de pratique de la guitare, je voulais déjà rejouer tout « Symbolic » de DEATH, et en mieux. C'en est donc fini de DEMONICA, tout du moins jusqu'à ce funeste mois de janvier 2010.

Un jour grisâtre au sein de la rédaction, à noyer son amertume dans un café (et grand-mère avec tant qu'à y être) sous une tonne de sucre récupéré au Quick d'en face, voilà-t-y pas que Mitch, monsieur promo et nouveautés de la rédac, me balance innocemment : « Dis voir Toto ! J'ai une aimable thrasherie en rayon, bien old school comme tu aimes ! DEMONICA que ça s'appelle. Avec des petits gars de FORBIDDEN et MERCYFUL FATE. Un bon geste ? ». Mon sang ne fait qu'un tour. Non content d'avoir ruminé 15 ans durant l'anéantissement d'une brillante carrière de guitar zero et perdu tous mes tifs, voilà qu'en plus on me vole ma trouvaille, mon bébé, la chair de ma chair, mon fils ma bataille et deux sets à rien contre Julien Benneteau (copyright « L'équipe », fournisseur officiel de vannes pourries depuis 1946) ! A deux doigts de mettre mon pote Gilbert Collard sur le coup, je me calme aussi sec une fois étudié le pedigree des participants. Jugez plutôt : avec Hank Shermann (MERCYFUL FATE, WITCHERY), Craig Locicero (FORBIDDEN et guitariste live dans DEATH en 1993), Klaus Hyr (BATALLION, TRAUMA CENTER), Marc Grabowski (CORRUPTION) et Mark Hernandez (FORBIDDEN, HEATHEN, VIO-LENCE), les thrashers de DEMONICA méritent, au minimum, qu'on leur accorde le bénéfice du doute. Une seule écoute de « Demonstrous » suffira d'ailleurs à balayer ces réserves toutes personnelles pour placer illico ce premier full length aux rayon surprises de l'année. Du thrash à l'américaine orienté eighties, forcément mais pas seulement, DEMONICA tirant une partie de sa puissance rythmique dans le power thrash de la décennie suivante. En matière de puissance de feu, l'opening track « Demon Class » a d'ailleurs tôt fait de rassurer sur les intentions belliqueuses du combo, toutes leads dehors dès les premières secondes avant une déferlante de double pédale qui réchauffe les cœurs et martyrise les cervicales, le bon vieux toupa toupa de rigueur achevant de convaincre que le thrash à papa n'est pas prêt de rendre l'âme. Car là où FORBIDDEN avait foiré sa reconversion moderne avec « Green » en 1996, DEMONICA trouve au contraire la bonne carburation entre éléments old school (passages rapides typiquement slayeriens, blastouille à l'appui sur « Ghost Hunt » et profusion salvatrice de solis première classe) et mid tempo dévastateur plus contemporain, quitte à lorgner avec succès du côté des défunts GRIP INC. sur « Palace Of Glass » et « Summoned ». Deux titres plus sombres et ambiancés sur lesquels le bassiste peut enfin respirer, entre deux attaques délicieusement plombées et autres numéros de haute voltige métallique. Entre autres références plus récentes, « Luscious Damned » et « Below Zero » restent assez proches de ce que NEVERMORE proposait sur « This Godless Endeavor », dans cette alternance typiquement power thrash mélodique de riffs de brutes épaisses et de passages mélodiques accrocheurs en diable, même si j'ai tendance à préférer quand DEMONICA joue la carte de l'accélération façon « Captor Of Sin » sur une « Alien Six » propice au headbang sous toutes ses formes.

Le charme opère donc à plein dès la première confrontation et si l'on regrettera le caractère un peu convenu de certains plans, l'énergie déployée par ces cinq vétérans de la scène fait plaisir à entendre d'autant que l'habituel talon d'achille de ce genre de groupes, le chanteur, émarge ici au rang des grosses satisfactions de l'album avec un Klaus Hyr absolument irréprochable. Parfait dosage de hargne thrash et de mélodie heavy contenue (avec tout de même un bon vieux scream façon Schmier dans le final de « Fast And Furious »), la voix de ce sosie XXL d'Andi Deris est de celles qu'on aimerait trouver plus souvent dans bon nombre de groupes méritants plombés par des braillards sans une once de talent. Rarement pris en défaut sur le plan de la dynamique – tout juste regrettera-t-on quelques légères baisses de rythme sur les passages les plus power de l'album – l'alliance américano-danoise se paye le luxe de boucler l'affaire « Demonstrous » par « Astronomica », un instrumental couillu de plus de huit minutes qui a plus de chances de contenter les amateurs d'un METALLICA progressif et ambitieux qu'une poussive « Suicide & Redemption » déjà reléguée au fin fond du back catalogue des Mets. Sans conteste l'album thrash de ce début d'année, avec le retour en force inespéré d'OVERKILL sur un "Ironbound" encore plus redoutable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
24/02/2010 21:28
Hmmm alléchant, va falloir que je m'écoute ça! Sinon en thrash en ce début d'année, avec le Overkill qui a l'air en effet bien bon (et en live les nouveaux titres envoient sévère, report à venir d'ailleurs), j'attends de voir ce que donnent le nouveau Hellish Crossfire et le Cruel Force. La démo de Violentada est pas mal aussi, chronique bientôt!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
24/02/2010 20:22
note: 7.5/10
cglaume a écrit : La barre des 200 chros est franchie pour TJ: congratulations !! Clin d'oeil

Merci bien lapin! J'ai fait autant de frags en trois heures de Borderlands que de chros sur thrasho en trois ans. Quelque part, c'est désespérant Sourire
cglaume citer
cglaume
24/02/2010 20:11
La barre des 200 chros est franchie pour TJ: congratulations !! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Demonica
Power thrash mélodique
2010 - Massacre Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  6/10
Webzines : (15)  7.03/10

plus d'infos sur
Demonica
Demonica
Power thrash mélodique - 2008 † 2014 - Danemark / Etats-Unis
  

tracklist
01.  Demon Class
02.  Ghost Hunt
03.  My Tongue
04.  Luscious Damned
05.  Below Zero
06.  Alien Six
07.  Palace Of Glass
08.  Fast And Furious
09.  Summoned
10.  Astronomica

Durée : 48:37

line up
parution
26 Février 2010

Essayez aussi
Exmortus
Exmortus
Slave To The Sword

2014 - Prosthetic Records
  
Stonegard
Stonegard
From Dusk Till Doom

2008 - Indie Recordings
  
Susperia
Susperia
Attitude

2009 - Candlelight Records
  
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media Records
  
Machine Head
Machine Head
Unto The Locust

2011 - Roadrunner Records
  

Cataract
Killing The Eternal
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Bilan 2019
Lire le bilan
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn
Lire la chronique
Les Sakrif'or 2019 (Et compo inédite de Véhémence)
Lire le podcast