chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Loudblast - Sublime Dementia

Chronique

Loudblast Sublime Dementia
Comme le rappelait mon collègue AxGxB en introduction de sa chronique de « Disincarnate », il était assez fâcheux de ne pas trouver sur votre webzine préféré de chronique des deux albums majeurs de ce fer de lance historique de la scène death hexagonale qu’est Loudblast. A l’époque où le death metal était en plein ébullition (voire mutation) aux USA évidemment mais aussi en Europe, la France n’entendait pas rester sur le bord de la route. Et même si nos groupes nationaux, malgré tous leurs efforts, eurent bien du mal à s’imposer notablement sur la scène internationale, certains albums n’ont absolument pas à rougir face aux standards de l’époque. « Sublime Dementia » en est le meilleur exemple.

Fort du bon accueil reçu par un « Disincarnate » qui leur aura permis de tourner avec de grands noms comme Death, Cannibal Corpse ou encore Sepultura, c’est une nouvelle fois au Morrisound Studio en compagnie de l’incontournable Scott Burns que se rendent nos frenchies. Si la recette semble être la même, il y a pourtant un monde qui sépare « Sublime Dementia » de son prédécesseur. Premier changement notable, c’est Hervé Bocquerel qui s’assoit désormais derrière les fûts en remplacement de Thierry Pinck. Le moins que l’on puisse dire c’est que le changement n’aura pas porté préjudice aux Lillois tant sa prestation est en tout point irréprochable. Mais l’évolution principale est tout simplement musicale, Loudblast s’affranchissant de ses racines purement (thrash)death pour faire décoller son style vers quelque chose de plus mélodique, complexe et à l’ambiance si particulièrement bien représentée par l’artwork de Bolek Budzyn (poèmes interdits) dont les œuvres illustreront une bonne partie des sorties du groupe. Sorte de Dali lubrique sous LSD revisitant Bruegel, l’œuvre du nordiste illustre à merveille l’orientation prise par le quatuor, ce côté onirique dérangé et dérangeant.

Moins brut de décoffrage que son prédécesseur, ce troisième album marque donc une progression musicale glissant doucement vers une approche plus mélodique, plus alambiquée mais ne perdant rien de son mordant. Si la base reste évidemment ce death teinté de thrash qui faisait déjà de « Sensorial Treatment » et « Disincarnate » des albums plus que solides, on sent que le travail de composition a mis un soin particulier à travailler des riffs encore plus accrocheurs et absolument immédiats. Comment en effet ne pas se laisser totalement emporter par le début de « Presumption », « Wisdom… Farther On » (raaaaah cette intro !), « Fire and Ice » ou l’imparable « Subject To Spirit » ? Stéphane Buriez et Nicolas Leclercq nous servent un riffing précis jouissif et d’une richesse que « Disincarnate » ne faisait que suggérer. Le travail minutieux des deux guitaristes élève ici Loudblast à un niveau de composition que jamais plus il n’atteindra, bien que moins rapide qu’auparavant – plus axé mid-tempo – et aux mélodies plus affirmées. Ces dernières tiennent en effet une place prépondérante sur « Sublime Dementia », que ce soit au niveau du riffing qui possède bien souvent une touche mélodique inhérente (« Presumption » à partir de 58’’ par exemple), lui-même enrobé de ces leads tout en toucher plus qu’en technique qui imbibent l’album de leurs accents oniriques (le solo de « Presumption », le début de « Fancies ») quand ce ne sont pas quelques notes acoustiques (le refrain de « Wisdom… Farther On ») ou la planante (voire déroutante) interlude « About Solitude » qui viendront épaissir une ambiance fantasmagorique tantôt aérienne, épique, parfois presqu’inquiétante (« My Last Journey ») et une fois de plus complétée par les quelques discrets mais pertinents arrangements de Kent Smith. Bien ancrées par une assise rythmique solide (le jeu à la fois puissant, subtil et accrocheur d’Hervé, une basse discrète mais pas absente – « In Perpetual Motion » –) Loudblast enfante ici de compos instantanées qui s’imprimeront à jamais dans votre circuit neuronal et dont la simple évocation ou quelques notes fredonnées suffiront à vous faire hérisser le poil.

Fort de tous ces atouts, « Sublime Dementia » aurait pu être un album parfait. Malheureusement comme le dit ce vieil adage bateau : il a les défauts de ses qualités. En effet, marqué au fer rouge par les trois titres absolument géniaux que sont « Presumption », « Wisdom… Farther On » et « Subject To Spirit », l’album souffre pour moi d’un certain déséquilibre, les autres titres (aussi bons soient-ils et dieu sait qu’ils le sont !) pâtissant inévitablement de la comparaison avec ces monuments devenus des incontournables du groupe. Ainsi, quand bien même le niveau reste indiscutablement élevé je ne peux m’empêcher de ressentir une légère baisse de régime dans la deuxième moitié de l’opus, et pourtant je n’ai aucun grief particulier à l’encontre de tel ou tel titre (si ce n’est peut-être l’éponyme qui m’a toujours semblé être une déclinaison de « Wisdom… Farther On »). J’ai par ailleurs toujours regretté que le titre « Cross The Threshold » (EP sorti la même année) ne figure pas sur cet album qu’il aurait complété à merveille.

Album sans conteste le plus abouti de Loudblast, pétri d’influences plus mélodico-techniques marquées par les illustres sorties de l’époque (on sent que « Human » et « Tetsimony Of The Ancients » sont passés par là) jusque dans le chant de Buriez un peu plus éraillé, « Sublime Dementia » restera (probablement à jamais) le point d’orgue de la carrière des Lillois et tout simplement, osons le dire sans chauvinisme aucun, l’un des albums emblématiques du début des années 90 que tout bon fan du style se doit de posséder. C’était jusqu’ici plus que difficile, les éditions originales affichant des prix quasi rédhibitoires, d’où l’intérêt indéniable de cette réédition.

Intérêt (et j’en terminerai là) partiellement gâché par un remastering à la truelle qui dénature totalement le son original de la galette, ce son si particulier, organique et un brin étouffé des studios Morrisound. Que ce soit bien clair, je ne suis absolument pas un intégriste du son et m’acoquine habituellement allègrement de rééditions remasterisées permettant de mettre la main sur des albums sinon introuvables mais ici ce ravalement de façade à base de l’habituelle « vas-y fout les basses à fond ça suffira » rendrait presque pénible l’écoute de l’album saboté par une espèce de résonnement on ne peut plus désagréable. Très honnêtement le remastering de l’album présent dans le coffret sorti en 2009 chez XIII Bis Records rendait bien plus justice au son original que ce lifting à la tronçonneuse. Heureusement les cinq titres bonus (versions démo pré-prod enregistrées fin 92) vous permettront de terminer l’écoute sans avoir trop les oreilles qui bourdonnent. Et puis je préfère la version en relief du logo, bien plus classieuse. M’enfin bon que voulez-vous c’est dans l’ère du temps et tout cela ne doit pas vous empêcher d’acquérir (enfin !) cet incontournable du death metal (français).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
29/08/2015 14:28
note: 9/10
Content de voir cette chronique enfin apparaître sur Thrashocore. Qui plus est, je partage exactement le même avis, notamment concernant cette seconde parmi moins "marquante" malgré l'absence de quelconques reproches... Quant au remastering, je n'y ai pas vraiment prêté attention mais bon, ton ressenti ne m'étonne pas outre mesure.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
29/08/2015 14:05
note: 9/10
Un grand cru !
Niktareum citer
Niktareum
29/08/2015 13:31
note: 9/10
NB : les titres en écoute ne sont pas les versions remasterisées de l'édition Listenable.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Loudblast
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (12)  8.96/10
Webzines : (10)  8.06/10

plus d'infos sur
Loudblast
Loudblast
Death metal - 1985 - France
  

formats
  • CD, Vinyl, K7 / 1993 - Semetery Records
  • CD / 2015 - Listenable Records (réédition)

tracklist
01.   Presumption
02.   Wisdom... (Farther On)
03.   Turn the Scales
04.   About Solitude
05.   Subject to Spirit
06.   Fire and Ice
07.   In Perpetual Motion
08.   Fancies
09.   Sublime Dementia
10.   My Last Journey

Bonus tracks :

11.   Fire And Ice
12.   My Last Journey
13.   Subject To Spirit
14.   Sublime Dmentia
15.   Wisdom

Durée : 39'12

line up
voir aussi
Loudblast
Loudblast
Fragments

1998 - XIII Bis Records
  
Loudblast
Loudblast
Burial Ground

2014 - Listenable Records
  
Loudblast
Loudblast
Disincarnate

1991 - Semetery Records
  
Loudblast
Loudblast
Frozen Moments Between Life And Death

2011 - XIII Bis Records
  

Essayez aussi
Grimfist
Grimfist
Ghouls Of Grandeur

2003 - Century Media Records
  
Vircolac
Vircolac
Masque

2019 - Sepulchral Voice Records / Dark Descent Records
  
Heresiarch
Heresiarch
Death Ordinance

2017 - Dark Descent Records
  
Carnal Tomb
Carnal Tomb
Descend (EP)

2020 - Fucking Kill Records / Final Gate Records
  
Outre-Tombe
Outre-Tombe
Nécrovortex

2018 - Temple Of Mystery Records
  

Xenoblight
Procreation
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique