chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
167 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Loudblast - Frozen Moments Between Life And Death

Chronique

Loudblast Frozen Moments Between Life And Death
N'en déplaise à certains, Loudblast est une institution du métal français. L'un des tout premiers représentants de la scène death-thrash en France (aux côtés de Massacra ou Agressor notamment), pionniers d'une radicalisation du son au milieu des années 80. Et rien que pour cela, le groupe mérite encore aujourd'hui le respect. Un groupe qui a toujours su se renouveler, proposant à chaque nouvel album une approche différente, tendant in fine vers une évolution plus ''mélodique''. Malheureusement à partir de « Fragments » et surtout avec « Planet Pandemonium » Loudblast a cédé aux facilités du sous-accordage incitant aux riffs monocordes et ''jumpy'' et qui a tué bon nombre de groupes dans les années 2000 (à commencer par Metallica). Même si avec le recul ces deux opus sont loin d'être mauvais (la prod de « Planet Pandemonium » est même béton), difficile pour autant de reconnaître qu'on y retrouvait le Loudblast d'antan. Tout cela pour dire qu'après un gros hiatus de six ans, et après avoir assisté au retour sur les planches de la bande à Stéphane Buriez (quel bon souvenir que ce concert du Hellfest 2010!), comme beaucoup j'attendais de pied ferme ce « Frozen Moments Between Life And Death ». Qu'allait donc nous réserver ce Loudblast cru 2011? Même si personne n'attendait sérieusement un réel retour aux sources, tout le monde espérait au moins un léger mieux par rapport au dernier enregistrement en date. Et sur ce point là on peut dire que le contrat est rempli: « Frozen Moments Between Life And Death » se révèle plus travaillé, intéressant et ambiancé que « Planet Pandemonium ».

Les die hard fans peuvent d'ores et déjà s'en retourner à leurs bougonnements de mécontentement, ce nouvel opus marque une continuité dans l'évolution des nordistes. Moins facile que son ainé mais encore plus mélodique, n'en déplaise à ceux qui sont restés bloqués à la fin des années 80, Loudblast lui a continué d'avancer. Pourtant on pourrait grosso merdo pointer du doigt à peu près les mêmes critiques que celles formulées à l'égard de « Planet Pandemonium » (l'album dont « Frozen Moments Between Life And Death » se rapproche peut-être le plus finalement), à savoir un côté trop facile au niveau du riffing et un manque de rapidité comparé aux premiers albums. Sur ce dernier point pas de faux procès néanmoins, tant le groupe a lâché, depuis « Sublime Dementia » déjà, la course effrénée à la célérité. Ne vous attendez donc pas à des rasades de blasts, vous risqueriez d'être sacrément déçus. L'album évolue globalement dans une veine mid-tempo voire franchement lente et rampante (le début de « Neverending blast », la fin de « Nosce te ipsum », « To bury an empire »), seuls quelques blasts au rendez-vous mais la dominante reste loin de mach un. En ce qui concerne les guitares on retrouvera encore certains riffs monocordes loin de la complexité relative des compos de « Disincarnate »: le début du titre éponyme, le riff principal de « Emptiness crushes my soul », « Hazardous magic » à 2'55... En clair « Frozen Moments Between Life And Death » est loin d'être l'album le plus extrême de Loudblast.

Et c'est probablement ce qui le rend intéressant. Car le groupe s'est concentré sur les mélodies et sur ce qui manquait cruellement à « Planet Pandemonium » : une ambiance. En effet dès le début du premier morceau on ressent les velléités mélodiques des quatre musiciens qui seront étalées tout au long de ces neuf titres. Des arpèges laissant transparaître des sonorités parfois presque proches du black metal sur « Towards oneness » ou « The bitter seed » (conséquence de l'arrivée de Drakhian au sein du combo?), ces nombreux soli et leads étoffant l'ambiance générale (« Neverending blast », « Towards oneness », le solo intéressant de « Nosce te ipsum », « To bury an empire »). En cela le titre de clôture « To bury an empire » se révèle être l'un des meilleurs de l'album, lent et mélodique avec ces leads aériens, il aurait mérité de s'étendre sur deux minutes supplémentaires afin de terminer l'album de manière encore plus forte. N'allez pas croire pour autant que le groupe est devenu totalement gay, loin de là heureusement! Loudblast sait encore faire parler la poudre lorsqu'il le veut. On notera quelques riffs vindicatifs en tremolo, acompagné d'un bon vieux blast des familles sur « Frozen moments between life and death » ou encore sur « Neverending blast » à 2'05 (passage qui ne ferait pas tache sur un album de Hail Of Bullets). Stéphane Buriez parvient à nous sortir des riffs bien accrocheurs : celui de « Emptiness crushes my soul », « Nosce te ipsum » à 1'56, « Hazardous magic » à 32''. Le tout ayant été mixé par le tas de graines au studio The Abyss, attendez-vous à du gros son.

J'avais été plutôt emballé lors de mes premières écoutes et je dois avouer que le soufflé est un peu retombé depuis. Si ce n'est cette poussée toujours plus mélodique et assez bien maîtrisée, on peut reprocher à « Frozen Moments Between Life And Death » certains des défauts déjà présents sur ses deux prédécesseurs. J'aurais aimé un peu plus de virulence dans le propos mais peu importe. Avec sa pochette une fois de plus signée Bolek Budzyn (mais qui est loin d'être sa plus réussie), ce nouvel opus n'est pas le meilleur du groupe évidemment et ne ramènera pas vers lui une frange de fans déjà partie depuis bien longtemps. Toutefois l'album mérite qu'on s'y attarde, possédant une homogénéité et une ambiance qui faisaient grandement défaut à « Planet Pandemonium ». Reste à voir ce que Loudblast nous proposera à l'avenir mais « Frozen Moments Between Life And Death » nous montre clairement que le groupe a encore des choses à nous dire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

gregwar citer
gregwar
17/11/2013 07:19
"plus exactement quand je suis allé voir Loudblast à l'Orange Bleue à Vitry (51)"
J'y étais aussi a ce concert. Je ne les avais pas trouvé bons. Les vieux morceaux ne rendaient pas aussi bien qu'à l'époque (je les avais vu sur scène en 94 ou 95) et les titres de cet album ne m'ont pas convaincu. En première partie il y avait Destinity que je ne connaissais que de nom. Ils m'avaient convaincu, eux, et c'est avec leur album que j'étais reparti de l'orange bleue.
GUIMMORTAL citer
GUIMMORTAL
26/07/2011 14:09
note: 7/10
cglaume a écrit : Un album qui peine à capter mon attention et à entrer dans ma mémoire, et ce même après un grand nombre d'écoute. Il n'est pourtant pas mauvais, mais non, ça ne le fait pas plus que ça ...

== change les piles ou ta carde SD !! Mouahahah

Un bon album de Loudblast!
album qui nous fait surtout bien oublier "Planet Pandemonium" !!!
un style nouveau pour Loudblast, j'ai acheté l'opus avant qu'il sorte, plus exactement quand je suis allé voir Loudblast à l'Orange Bleue à Vitry (51)
moi je me le passe souvent et je ne m'en lasse pas!!!
cglaume citer
cglaume
25/07/2011 21:56
Un album qui peine à capter mon attention et à entrer dans ma mémoire, et ce même après un grand nombre d'écoute. Il n'est pourtant pas mauvais, mais non, ça ne le fait pas plus que ça ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Loudblast
Death Metal Moderne Mélodique
2011 - XIII Bis Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (6)  7.17/10
Webzines : (17)  7.15/10

plus d'infos sur
Loudblast
Loudblast
Death metal - 1985 - France
  

vidéos
Emptiness Crushes My Soul
Emptiness Crushes My Soul
Loudblast

Extrait de "Frozen Moments Between Life And Death"
  

tracklist
01.   Frozen Moments Between Life and Death
02.   Neverending Blast
03.   Emptiness Crushes My Soul
04.   Cold Blooded Kind
05.   Towards Oneness
06.   Nosce Te Ipsum
07.   The Bitter Seed
08.   Hazardous Magic
09.   To Bury An Empire

Durée : 41'45

line up
parution
18 Avril 2011

voir aussi
Loudblast
Loudblast
Fragments

1998 - XIII Bis Records
  
Loudblast
Loudblast
Disincarnate

1991 - Semetery Records
  
Loudblast
Loudblast
Burial Ground

2014 - Listenable Records
  
Loudblast
Loudblast
Sublime Dementia

1993 - Semetery Records
  

Essayez aussi
Zonaria
Zonaria
The Cancer Empire

2008 - Century Media Records
  
Soilwork
Soilwork
The Ride Majestic

2015 - Nuclear Blast Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
The Unborn

2005 - Listenable Records
  
Disarmonia Mundi
Disarmonia Mundi
Mind Tricks

2006 - Scarlet Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Liberation = Termination

2007 - Listenable Records
  

Slayer
Diabolus In Musica
Lire la chronique
Bloody Alchemy
Reign Of Apathy
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique