chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Loudblast - Disincarnate

Chronique

Loudblast Disincarnate
A votre avis, quel est le comble pour un webzine Metal français se revendiquant clairement à "tendance brutale"? Et bien probablement de ne pas rendre hommage aux débuts de la scène hexagonale en matière de Death Metal. Si les discographies des poids lourds Américains ou Suédois sont plutôt bien représentées, on ne peut pas en dire autant des quelques groupes français qui ont pourtant marqué eux aussi notre beau pays. Il y a bien quelques chroniques de Massacra (même s’il manque encore celle du premier album Final Holocaust), mais vous ne trouverez absolument rien au sujet des premiers albums de Mercyless, Agressor, Crusher, No Return et Loudblast... Si nous n‘en sommes pas fier, nous allons dans les semaines à venir profiter du vent de rééditions qui souffle actuellement pour tenter de corriger le tir et vous présenter enfin ces quelques pépites qui auraient pourtant mérités de figurer dans nos colonnes depuis belle lurette.
Sortie en 1991 sur feu Semetery Records (Agressor, Madhouse, Squealer), Disincarnate est le deuxième album de Loudblast et fait suite au très thrashy Sensorial Treatment paru en 1989. Vingt-quatre ans après sa première parution, ce deuxième album se voit enfin réédité par le label Listenable que les Lillois ont rejoint l’année dernière pour la sortie de Burial Ground. Une initiative qu’on ne peut que saluer étant donné les prix pratiqués sur Ebay ou Discogs ces dernières années. Désormais disponible sous la forme d’un digipack, cette réédition propose de découvrir quelques photos inédites d’époque ainsi que quatre titres bonus inédits. De quoi ravir tous les collectionneurs et autres historiens de la scène Death Metal.

Sortie le même jour et la même année que From Beyond de Massacre, Disincarnate partage finalement bien d’autres points communs avec le premier album des Floridiens à commencer par une production signée Scott Burns. A une époque où le Death Metal s’enregistrait soit au Sunlight studio soit au Morrisound studio, Loudblast n’as pas hésité bien longtemps avant de s’envoler pour les Etats-Unis et donner à ce deuxième album cette empreinte sonore si particulière. Si on peut y voir un manque de personnalité, ou un choix trop "facile", il faut bien comprendre qu’à cette époque les possibilités étaient plutôt limitées pour les groupes désireux d’enregistrer ce type de musique. Qui plus est, ces studios avaient donnés naissance à certains des plus grands albums du genre. Difficile dans ces conditions d’en vouloir à un petit groupe français cherchant à se donner tous les moyens de réussir.
Loin des approximations du très bancal Sensorial Treatment, Disincarnate laisse déjà entrevoir la nature plus complexe et mélodique d’un Loudblast pourtant encore en pleine recherche de lui-même. C’est ainsi que les riffs les plus techniques et les structures les moins immédiates me font tout de suite penser à Morbid Angel (comme sur le début de "Steering For Paradise"), autre groupe floridien passé entre les mains de Scott Burns. Et même si avec le recul ce deuxième album n’a rien de très original ni même de particulièrement novateur, il reste pour l’époque et surtout pour un pays comme la France alors peu habitué à ce niveau de composition (nous sommes en 1991 je vous le rappelle), un disque d’une incroyable efficacité, maîtrisé sur le bout des doigts, qui n’a donc rien à envier aux autres sorties du moment. D’ailleurs, je me demande bien pourquoi Loudblast n’a jamais réussi à tirer vraiment son épingle du jeu avec un tel disque sous le coude si ce n’est que face aux autres machines de guerres de l’époque, on lui a toujours préférées celles venues de Suède ou des Etats-Unis.
Mais peu importe, je ne referais pas l’Histoire et vous non plus alors contentons-nous d’apprécier Disincarnate simplement pour ce qu’il est à savoir un excellent album de Death Metal old school. Sur la version originale, la production estampillée Morrisound studios donnait aux compositions un aspect compact, légèrement boueux et quelque peu étouffé. La remasterisation appliquée ici dans le cadre de cette réédition corrige ce qui a pu apparaître pour certain comme un défaut majeur en donnant définitivement plus de puissance, de lisibilité et de rondeur à des compositions qui encore aujourd’hui n’ont pas pris une ride. Cela se fait néanmoins au détriment de l’aspect organique alors palpable sur l’enregistrement original. C’est ainsi le seul point sujet à discussion, principalement parce que cette remasterisation gomme un peu trop à mon goût l’authenticité de cet album qui malgré son quart de siècle semble être sorti des studios le mois dernier.
Le reste n’est que réjouissances en tout genre. Album maitrisé dans sa globalité, Disincarnate jouit notamment d’une excellente dynamique, partagé entre ces séquences en forme de coup de poing héritées des origines Thrash de la formation lilloise et à l’inverse ces nombreux passages mid-tempo venus briser des nuques sans pour autant manquer de groove (avec l’appui de cette basse subtile toujours en filigrane). Un pattern de composition ultra simple car tout ce qu’il y a de plus binaire mais qui, déjà à l’époque, savait faire ses preuves. Chaque morceau est ainsi calqué sur ce modèle de composition et n’en déplaise aux quelques blasés qui liront ces lignes, cela fonctionne à tous les coups. On notera également le goût déjà prononcé de Loudblast pour ces voix mélodiques, étranges et lointaines qui viennent se glisser sournoisement à nos oreilles ("Steering For Paradise" à 1:18, "Outlet For Conscience" à 0:46, 1:56, 4:19...) et que l’on retrouvera plus tard également sur Sublime Dementia. Enfin, nombreux sont également les arrangements synthétiques apportés ici par Kent Smith, claviériste ayant travaillé avec quelques pointures comme Pestilence, Obituary, Coroner ou encore Sepultura.

Mais malgré les quelques qualités déjà citées, Disincarnate ne serait pas grand-chose sans la qualité des riffs de Stéphane Buriez et de Nicolas Leclercq. Les deux garçons ont bien appris leurs leçons et offrent tout au long de ces quarante minutes de quoi retenir toute notre attention grâce à un travail plutôt simple en apparence mais déjà marqué par une personnalité assez forte d’ailleurs appelée à s’affirmer encore davantage sur l’album faisant encore aujourd’hui figure de mètre-étalon, l’excellent et bien plus personnel Sublime Dementia. Sans réelle faiblesse, ce deuxième album est ainsi construit autour de riffs toujours très efficaces, qu’ils soient joués à toute berzingue ou bien assénés avec davantage de lourdeur. On notera parmi les plus marquants ceux de "Steering For Paradise" (et notamment cette fameuse introduction rappelant Morbid Angel), "After Thy Thought" et ses leads mélodiques à vous filer des frissons, le schizophrénique "Dusk To Dawn" qui ne cesse de changer de rythme, "Disquieting Beliefs", "Arrived Into Death Soon" et ses passages bourdonnants... De même, s’il n’est pas le plus marquant de l’album à bien y réfléchir, il y a pourtant un titre qui retient toute mon attention ici. Il s’agit de l’excellent "The Horror Within" (sur lequel un certain Kam Lee est d’ailleurs venu poser sa voix), découvert à l’époque sur le premier volume de la compilation Masters Of Brutality. Entre ce riff entêtant et ce rythme particulièrement appuyé, il n’en fallait pas davantage pour me marquer à vie (au même titre qu’Entombed, Obituary, Atheist, Morbid Angel ou encore Dismember tous présents sur cette compilation). A ce constat déjà extrêmement positif vient s’ajouter les nombreux soli et autres leads ponctuant ce Disincarnate. Des passages mélodiques, propres et marqués à chaque fois par un je-ne-sais-quoi d’épique et de mélancolique ("Steering For Paradise" à 3:38 et 4:08, "After Thy Thought" à 2:08 et 2:51, "Dusk To Dawn" 2:34, "Outlet For Conscience" à 3:40, "Disquieting Beliefs" à 2:36, "The Horror Within" à 2:37, "Arrive Into Death Soon" à 1:53 et 3:41, "Wrapped In Roses" à 1:57).

Cette réédition se conclue par quatre titres inédits (enfin pas tant que ça puisqu’ils figuraient déjà dans la boxset intitulée Original Album Classics éditée en 2009 par le label XIII Bis). Il s’agit là de morceaux enregistrés très probablement après Sensorial Treatment, soit entre 1990 et 1991 mais n’ayant jamais vu le jour. Sans être mauvaise, loin de là, la qualité sonore trahit malgré tout le fait qu’il s’agisse ici de démo très probablement à l’état brut (sans mixage ni mastering). Aussi, malgré la petite touche propre aux Lillois, ces quatre titres se montrent un poil moins marquants que ceux de Disincarnate (mais pourquoi ces notes mélodiques ridicules sur le pourtant convaincant "Dementia"?). Un sentiment probablement partagé à l’époque par Loudblast puisque ces quelques titres sont restés enfouis plusieurs années durant avant de finalement figurer en tant que bonus track.

Particulièrement bienvenue, cette réédition de Disincarnate devrait naturellement contenter bon nombre d’amateurs de Loudblast n’ayant à l’époque pas pu mettre la main sur ce très bon deuxième album. Groupe de Death Metal français le plus "populaire" et "reconnu", Loudblast n’a pourtant jamais eu la reconnaissance qu’il méritait à l’époque en France et même en dehors de nos frontières. Vingt-quatre ans plus tard, cette réédition vient nous rappeler que les choses ne sont pas toujours très juste, même lorsque l’on fait bien les choses. Après cet album, Loudblast continuera sur sa lancée avec la sortie en 1993 de son chef d’œuvre, l’excellent et pas si facile Sublime Dementia avant finalement de se perdre en chemin (Fragments), probablement frustré face à la réussite des autres. Et malgré un retour plutôt convaincant l’année dernière, c’est bien avec Disincarnate et Sublime Dementia que Loudblast a gagné ses lettres de noblesse. Aussi, je ne pourrais que trop vous conseiller d’y porter une attention toute particulière, déjà pour l’aspect historique afin de comprendre le développement de la scène Death hexagonale mais aussi et surtout parce que cet album est tout sauf un coup d’épée dans l’eau.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
29/07/2015 20:33
note: 8/10
AxGxB a écrit : Sublime Dementia a également été réédité il y a quelques semaines, de la même manière que Disincarnate, en digipack avec quelques bonus Clin d'oeil

Oui j'ai vu ça, je voulais dire pour choper l'édition originale.
Dysthymie citer
Dysthymie
29/07/2015 17:06
Oui, c'est prévu pour demain ! Mais vu ce que tu en dis dans ta chro et l'écoute de Disincarnate, je pense qu'il va très bien faire son office.
AxGxB citer
AxGxB
29/07/2015 16:14
note: 8/10
Cool. Tu vas pouvoir essayer également son sucesseur.
Dysthymie citer
Dysthymie
29/07/2015 15:47
Il passe plutôt bien pour une première Sourire
AxGxB citer
AxGxB
29/07/2015 15:29
note: 8/10
Sublime Dementia a également été réédité il y a quelques semaines, de la même manière que Disincarnate, en digipack avec quelques bonus Clin d'oeil

Dysthymie a écrit : Jolie chro Sourire Je vais écouter cet album de ce pas.

Alors, tu as pu l'écouter? Tu en penses quoi?
Niktareum citer
Niktareum
29/07/2015 13:54
note: 8/10
Très bon album oui bien plus viril et brut que le plus thrash (mais néanmoins très bon [pour moi]) "Sensorial treatment". Loudblast commence vraiment à forger son style. Mais c'est clair que c'est avec "Sublime dementia" que le groupe atteindra son apogée. Chronique à venir.

Sinon moi j'ai eu cet album en cassette au départ mais comme elle déconnait j'ai été obligé de la refourguer (donc de l'échanger avec je ne sais plus quoi d'autre), mais bon j'ai réussi à le rechoper y'a qqs temps. Sourire Pour "Sublime" c'est plus compliqué...
Dysthymie citer
Dysthymie
29/07/2015 11:32
Jolie chro Sourire Je vais écouter cet album de ce pas.
Keyser citer
Keyser
29/07/2015 11:02
AxGxB a écrit : Non, pas du tout. D'ailleurs, je ne sais plus ce que l'on avait convenu au sujet de Abject Offering. Mais si besoin, je veux bien m'en charger Clin d'oeil

Si on veut que ce soit fait rapidement je crois que ça va se finir comme ça!
AxGxB citer
AxGxB
29/07/2015 10:45
note: 8/10
Non, pas du tout. D'ailleurs, je ne sais plus ce que l'on avait convenu au sujet de Abject Offering. Mais si besoin, je veux bien m'en charger Clin d'oeil
Keyser citer
Keyser
29/07/2015 10:35
Est-ce une façon de me mettre la pression pour que je chronique les 2 1ers Mercyless? Moqueur
AxGxB citer
AxGxB
29/07/2015 10:25
note: 8/10
En écoute intégrale (à l'exception des bonus tracks) sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Loudblast
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (7)  8.36/10
Webzines : (5)  5.77/10

plus d'infos sur
Loudblast
Loudblast
Death metal - 1985 - France
  

formats
  • CD / 1991 - Semetery Records
  • CD / 2015 - Listenable Records

tracklist
01.   Steering For Paradise  (06:03)
02.   After Thy Thought  (04:31)
03.   Dusk To Dawn  (03:43)
04.   Outlet For Conscience  (04:56)
05.   Disquieting Beliefs  (04:08)
06.   The Horror Within  (03:36)
07.   Arrive Into Death Soon  (05:25)
08.   Wrapped In Roses  (03:24)
09.   Shaped Images Of Disincarnate Spirits  (04:36)
10.   Hegemony Of Mankind (Demo Version)  (04:25)
11.   Cup Of Bitterness (Unreleased Demo Track)  (04:22)
12.   Dementia (Unreleased Demo Track)  (04:15)
13.   Evil Revealed (Unreleased Demo Track)  (03:48)

Durée : 57:16

line up
parution
1 Juillet 1991

voir aussi
Loudblast
Loudblast
Sublime Dementia

1993 - Semetery Records
  
Loudblast
Loudblast
Fragments

1998 - XIII Bis Records
  
Loudblast
Loudblast
Burial Ground

2014 - Listenable Records
  
Loudblast
Loudblast
Frozen Moments Between Life And Death

2011 - XIII Bis Records
  

Essayez aussi
Binah
Binah
A Triad Of Plagues (EP)

2014 - Dark Descent Records / Me Saco Un Ojo Records
  
Necrovation
Necrovation
Breed Deadness Blood

2008 - Blood Harvest Records
  
Soulrot
Soulrot
Nameless Hideous Manifestations

2017 - Memento Mori
  
Mercyless
Mercyless
Abject Offerings

1992 - Restless Records
  
Bastard Priest
Bastard Priest
Under The Hammer Of Destruction

2010 - Pulverised Records
  

Sodom
Get What You Deserve
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique