chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
105 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Jt Ripper - Gathering Of The Insane

Chronique

Jt Ripper Gathering Of The Insane
Malgré les années et le temps qui passe l’Allemagne reste encore et toujours le mètre étalon du Metal européen où modernité et classicisme se côtoient sans problème, et trouvent un public toujours présent et fidèle que ce soit lors des grands évènements, comme pour des concerts plus intimes. Régulièrement de nouvelles formations émergent et confirment ce statut de leader indéboulonnable, et ça n’est pas ce trio de Saxe qui renversera la tendance, tant sa sauvagerie et son côté défouloir font du bien par où ça passe. Après un premier opus enregistré en 2015 (et sorti uniquement en deux-cent exemplaires au format cassette), son successeur a la chance d’avoir une visibilité plus importante et ça n’est que justice tant il est réussi de bout en bout, et renvoie aux meilleurs moments des années 80. Car évoluant dans un bon vieux Thrash rudimentaire et à l’ancienne (avec un soupçon de Black) le combo ne cache pas son admiration pour ses compatriotes de DESASTER et HELLISH CROSSFIRE, qui ont su perpétuer une certaine tradition et vision musicale. A l’instar de ceux-ci JT RIPPER ne prétend absolument pas réinventer quoi que ce soit, ça n’est d’ailleurs pas son but, il veut juste se faire plaisir et vider la tête de l’auditeur qui pendant plus d’une demi-heure ne pensera à rien hormis taper du pied et remuer la nuque comme il se doit.

Car le mode défouloir va être activé pendant la majeure partie de l’album, tant le tempo global va être élevé voire carrément explosif, on en a d’ailleurs la teneur dès la fin de l’introduction de « Cvlt » où après les cloches en mode deuil on se retrouve avec des riffs thrashisants et une batterie qui canarde. Mais sans pour autant ralentir le rythme les mecs vont y rajouter quelques cassures et passages mid-tempo bien remuants, qui permettent ainsi de souffler avant de mieux repartir au combat et d’offrir ainsi un rendu très positif d’entrée. Cette construction va se retrouver par la suite sur les tous aussi variés et réussis « Chaos » (et sa basse qui claque d’entrée), le sautillant et sauvage « Nightstalker » ou bien l’excellent « Maze » qui n’arrête pas d’être à fond, sauf en son milieu plus posé histoire de reprendre son souffle. Cependant même si la bande aime un peu aérer sa musique elle conserve quand même sa simplicité, d’autant plus quand elle est réduite à sa plus simple expression, comme avec le radical et brutal « Childs Play » qui n’arrête pas de bourriner un seul instant, ou encore avec le très Punk « Feast » qui donne envie d’aller faire du pogo. Ce schéma est encore à l’honneur un peu plus loin avec l’ultra-énervé « Shadows » et le primitif « Second Skin », où là-aussi le rythme ne baisse pas d’un iota sur toute la durée, afin de casser les nuques les plus robustes et de mettre les tympans de l’auditeur à rude épreuve.

Mais afin de clôturer dignement les débats « Carnal Lust » va étonner car entre les classiques passages exécutés à fond la caisse on y trouve des moments carrément lents (les seuls de tout le disque), qui confirment que même au ralenti les teutons savent y faire en accroche, et finissent ainsi de convaincre de leurs qualités d’écriture comme d’interprétation. Avec en prime une production volontairement brute de décoffrage et qui sonne quasiment live, une basse chaude et audible et des solos exécutés à l’arrache le tout est sans faute de goût et file une patate d’enfer. Et même si certaines idées sont interchangeables les unes avec les autres selon les différentes compositions, on ne peut même pas reprocher aux gars de réutiliser leurs idées tant elles sont parfaitement dans l’ambiance, et ne sont surtout jamais linéaires ou répétitives. Une fois encore les suédois de I Hate ont eu le nez fin avec cette nouvelle signature qui rejoint leur qualitatif catalogue, et qui ne fait pas tâche avec le reste de celui-ci. Comme quoi la bonne vieille veste à patchs a encore de beaux jours devant elle, vu qu’elle peut encore être complétée par de la nouveauté dont celle-ci qui ne dépareillera pas avec les grands anciens, et les pères fondateurs venus d’outre-Rhin ou d’ailleurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Jt Ripper
Thrash Old-School
2018 - I Hate Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  6.5/10

plus d'infos sur
Jt Ripper
Jt Ripper
Thrash Old-School - 2010 - Allemagne
  

tracklist
01.   Cvlt
02.   Chaos
03.   Childs Play
04.   Feast
05.   Shadows
06.   Nightstalker
07.   Them
08.   Maze
09.   Second Skin
10.   Carnal Lust

Durée : 36 minutes

line up
parution
30 Novembre 2018

High On Fire
Electric Messiah
Lire la chronique
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Jt Ripper
Gathering Of The Insane
Lire la chronique
Redvced To Ashes Tovr
Bleeding Gods + Pestilence
Lire le live report
French Black Metal : la collection de digis
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 2 - Blitzkrieg d'Amour.
Lire le podcast
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Chainbreaker
Lethal Desire
Lire la chronique
PPCM #8 - Attends, tu connais pas BoB ?!
Lire le podcast
Malevolent Creation
The 13th Beast
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 1 - Descente aux Enfers.
Lire le podcast
Meshuggah
Contradictions Collapse
Lire la chronique
Maligner
Attraction To Annihilation
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Deceased
Ghostly White
Lire la chronique
Black Fast
Spectre of Ruin
Lire la chronique
PPCM #6 - Faisons ensemble un détour... (GRAND DETOUR)
Lire le podcast
Black Metal Awards 2018 / Sakrif'or plus fort que Noël.
Lire le podcast