chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Inculter - Fatal Visions

Chronique

Inculter Fatal Visions
Jeune groupe norvégien originaire de Fusa, Inculter s’était fait remarquer en 2015 avec la sortie de son premier album intitulé Persisting Devolution. Le groupe dans lequel évolue des membres de Reptilian et Sepulcher y distillait un Thrash typiquement scandinave en marchant allègrement dans les pas de formations telles que Nekromantheon, Aura Noir, Condor, Antichrist et autre Deathhammer. Une formule qui manquait sûrement un peu d’originalité mais qui avait pour elle l’essentiel, c’est-à-dire cette capacité à mettre les pendules à l’heure le temps d’une quarantaine de minutes menée le couteau entre les dents.
Quatre ans plus tard, le groupe qui a subi quelques changements de line-up (exit Even Bakke remplacé par Daniel Tveit de Reptilian et Sepulcher et bienvenue à Lasse Udjus au poste de second guitariste) signe son retour avec la sortie d’un deuxième album baptisé Fatal Visions. Paru en avril dernier sur Edged Circle Productions, celui-ci est illustré par Kristian Valbo du groupe Obliteration pour un résultat assez proche dans l’esprit du travail de Timo Ketola sur le premier album de Krypts. Au programme de ce dernier, huit nouvelles compositions pour une durée plus ou moins identique à celle de Persisting Devolution, soit la durée légale pour un album de Thrash comme celui-ci.

[SPOILERT ALERT]Ce deuxième album se contente de reprendre les choses là où le groupe les avait laissées quatre ans auparavant. Ni plus ni moins[/SPOILERT ALERT].

A tous les ayatollahs prônant les vertus de l’originalité et de la sacro-sainte prise de risque, inutile de perdre votre temps en veines paroles et remontrances inutiles puisqu’Inculter n’entend pas changer quoi que ce soit à sa formule elle-même calquée sur celle pensée par d’autres groupes avant lui.
On retrouve ainsi tout ce qui faisait le charme de Persisting Devolution à commencer par cette production rêche et dépouillée de tout artifice idéale pour ce genre de Thrash furibard et bancal mené pied au plancher. Ce son naturel et rugueux, loin des productions bodybuildées qui peuvent parfois sentir le plastique et le manque d’authenticité, va apporter aux compositions d’Inculter un puissant sentiment d’urgence et d’intensité rappelant les meilleurs albums du genre sortis pendant les années 80.
D’ailleurs à ceux qui pensent que les gens ont tendance à se calmer avec l’âge, ce n’est pas encore le cas des quatre garçons d’Inculter de toute façon encore trop jeunes pour ce genre de considérations. Du coup, on ne peut pas dire que le groupe ait particulièrement levé le pied puisqu’une fois de plus l’ensemble est mené tambour-battant à coups de tchouka-tchouka et autres accélérations toujours aussi redoutables. Une énergie débordante servi par un riffing nerveux et bien plus intelligent qu’il n’y paraît (je vous recommande prêter attention à leurs progressions et développements), une batterie explosive rappelant énormément celle des premiers Sepultura et des solos un brin foutraques et absolument jouissifs soulignant très justement cette sensation d’urgence évoquée un peu plus haut. Pour autant, cela n’empêche pas les Norvégiens de calmer le jeu à plusieurs reprises tout au long de ces trente-quatre minutes (souvent à l’aide d’introductions plus mesurées mais aussi à l’aide de breaks non dénué de groove comme ceux que l’on peut trouver sur "Open The Tombs", "Impending Doom", "Sheperd Of Evil", "Towards The Unknown", etc). Une nuance dans le propos d’Inculter qui permet au groupe de varier les plaisirs en étoffant ainsi ses atmosphères mais aussi d’éviter certains écueils comme par exemple une sensation de redondance qui peut parfois pointer sur des albums de ce genre exécuté la poignée dans l’angle. Heureusement, celui-ci est trop court et trop bien pensé pour cela.

Marchant dans les pas de son prédécesseur, Fatal Visions renoue avec ce Thrash typiquement norvégien dans ce qu’il a de plus intense et foutraque. Une formule efficace mais plutôt balisée qu’Inculter réussit à faire sienne grâce à un riffing particulièrement intéressant et bien développé, un sens du rythme revu et corrigé afin d’y apporter davantage de nuances et une efficacité toujours aussi développée. Cette énergie brute et communicative faisant échos à certains groupes de Thrash des années 80 (Sepultura et Kreator en tête) ne devrait en tout cas pas manquer de rappeler de bons souvenirs à certains.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Bras Cassé citer
Bras Cassé
28/08/2019 16:59
note: 6.5/10
Je ne connaissais pas ce groupe. Je l’ai trouvé d’occaz pas cher et me suis lancé.
Au final , je me suis presque forcé à l’écouter. Bon, le thrash n’est pas ce que j’aime le plus.
Bon kro en tout cas !
AxGxB citer
AxGxB
28/08/2019 16:05
note: 8/10
Ah mince, tu avais aimé le premier ?
Bras Cassé citer
Bras Cassé
28/08/2019 15:57
note: 6.5/10
Je me suis bien ennuye pour ma part
dantefever citer
dantefever
28/08/2019 12:31
"marchant allègrement dans les pas de formations telles que Nekromantheon, Aura Noir, Condor, Antichrist et autre Deathhammer"

Oulalah mais je vais aller écouter ça moi

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Inculter
Black / Thrash
2019 - Edged Circle Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (4)  7.75/10

plus d'infos sur
Inculter
Inculter
Black / Thrash - 2012 - Norvège
  

tracklist
01.   Open The Tombs  (04:02)
02.   Impending Doom  (04:20)
03.   Shepherd Of Evil  (04:08)
04.   Endtime Winds  (05:25)
05.   Final Darkness  (03:44)
06.   Towards The Unknown  (03:41)
07.   Fatal Visions  (03:38)
08.   Through Relic Gates  (05:27)

Durée : 34:25

line up
parution
12 Avril 2019

voir aussi
Inculter
Inculter
Persisting Devolution

2015 - Edged Circle Productions
  

Essayez aussi
Dragonlord
Dragonlord
Rapture

2001 - Spitfire Records
  
Scythian
Scythian
Hubris In Excelsis

2015 - Hells Headbangers Records
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Wildfire

2016 - Season Of Mist
  
Perversor
Perversor
Demon Metal (EP)

2010 - Hells Headbangers Records
  
Mongrel's Cross
Mongrel's Cross
The Sins Of Aquarius

2012 - Hells Headbangers Records
  

The Forsaken
Arts of Desolation
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique