chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
109 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Steel Bearing Hand - Slay In Hell

Chronique

Steel Bearing Hand Slay In Hell
En dépit d’une formation qui remonte tout de même à plus de dix ans et un genre pratiqué tout à fait dans mes cordes, je n’avais encore jamais entendu parler de Steel Bearing Hand avant que le label californien Carbonized Records (Mortuous, Socioclast, Chthonic Deity, Hallucinator, Funeral Leech...) s’en mêle et me mette le nez dedans. Ce dernier n’a d’ailleurs pas eu trop à me forcer dans la mesure où l’artwork ultra Metal signé Ryudha Saputra aka Vrugarthdoom aurait certainement suffit à m’y faire plonger.

Formé en 2009 sous le nom de Live By The Sword, le groupe originaire de Dallas choisira pourtant de changer de patronyme dès l’année suivante, optant ainsi pour celui de Steel Bearing Hand. Après deux démos et un EP, les Américains enchaînent naturellement avec la sortie de leur premier album éponyme sous les bannières des labels Razorback Records, Unholy Anarchy Records et Cimmerian Strength Productions. Plombé malheureusement par quelques soucis de line-up, le groupe se voit alors contraint de lever le pied. Il faudra six ans à Steel Bearing Hand pour accoucher enfin d’une suite avec la sortie en avril dernier de Slay In Hell, deuxième album chaud bouillant qui me ferait presque regretter d’avoir découvert le groupe si tardivement (oui, presque, parce que je n’ai pas encore écouté ce fameux premier album...).

Si la scène texane s’est toujours montrée plus modeste que celles des côtes est et ouest, elle n’en reste pas moins l’une des plus intéressantes des États-Unis et cela depuis déjà la fin des années 80 avec notamment des formations telles que Rigor Mortis, Devastation, Gammacide, D.R.I., Pantera et quelques autres encore. Aujourd’hui encore, le Texas reste un vivier majeur dans des genres allant évidemment du Death Metal (Devourment, Blaspherian, Imprecation...) au Thrash / Crossover (Iron Age, Power Trip...), en passant par le Heavy Metal (Eternal Champion, Graven Rite...) et d’autres que j’oublie... En ce qui concerne Steel Bearing Hand, celui-ci pratique un savoureux mélange de Death Metal et de Thrash. Une formule qui sur le papier ne laisse pas beaucoup de place à l’improvisation mais à laquelle le groupe a su insuffler de quoi tirer son épingle du jeu et se faire remarquer.
Pourtant, les Texans n’ont pas pris ici d’énormes risques ni cherchés à proposer des choses incroyables sortant de l’ordinaire mais juste à s’accommoder de l’existant en y apportant une touche bien à eux. Cette touche ce sont ces solos et autres leads mélodiques qui tiennent dans chacune des six compositions une place importante pour ne pas dire majeure. Alors évidemment, le Thrash est un genre qui par nature ce prête extrêmement bien à ce genre d’exercice mais pour le coup, c’est ce qui d’emblée m’a agréablement surpris lors de ma première écoute de Slay In Hell. Car sans tomber dans la démonstration vide de sens, Steel Bearing Head va effectivement illuminer son Death / Thrash de fulgurances mélodiques toutes plus réjouissantes les unes que les autres. Difficiles si l’on aime l’exercice de rester de marbre face à ces moments de grâce dispensés par le guitariste Wyatt Burton dont le feeling et le toucher (probablement hérités de l’écurie Schrapnel Records vue comme ça fuse par moment) ont sérieusement de quoi donner la chaire de poule ("Command Of The Infernal Exarch" à 2:22, "Tombspawn" à 2:46, "Per Tenebras Ad Lucem" à 3:13, "Til Death And Beyond" à 5:29, "Ensanguined" à 8:05, 8:58 et 9:37).
Au-delà de ces excellents solos, le Death / Thrash de Steel Bearing Hand brille également par un riffing tout aussi convaincant et une section rythmique naturellement loin d’être feignante. Amateur de shreds, les Texans vont ici vous régaler avec tout un tas de riffs en feu exécutés évidemment à toute berzingue, de ceux capables de vous dévisser la tête à force de headbanger tel un demeuré. Histoire d’être clair sur leurs intentions, les Américains n’y vont pas par quatre chemin et posent d’emblée les bases de leur Death / Thrash ultra virulent le temps d’un "Command Of The Infernal Exarch" qui porte plutôt bien son nom. S’il s’agit du morceau le plus court de l’album avec ses trois minutes et trente et une secondes, l’intensité n’en reste pas moins le maitre mot par la suite. De "Lich Gate" à "Per Tenebras Ad Lucem" en passant par "Til Death And Beyond" ou "Ensanguined", tous ces titres possèdent ce genre moments impitoyables menés tête dans le guidon sur fond de tchouka-tchouka et autres tapis de double bien viriles. Pour autant, Slay In Hell est un album qui ne manque pas de relief grâce à ces influences Death Metal évidentes que le groupe texan va notamment distiller lors de séquences mid-tempo beaucoup plus lourdes et écrasantes. C’est le cas notamment sur "Tombspawn" et ses allures tarabiscotés et groovy évoquant Blood Incantation ou Tomb Mold et "Ensanguined" qui flirte quant à lui allègrement avec le Death / Doom pendant près de huit minutes avant de changer de cap comme pour mieux relâcher la pression.

Si le Death / Thrash est un genre qui laisse généralement peu de latitudes pour s’exprimer avec originalité, cela n’a pourtant pas empêché les Texans de Steel Bearing Hand d’offrir avec Slay In Hell un album capable d’apporter juste ce qu’il faut de fraîcheur sans pour autant trahir les fondations sur lesquelles il repose. Une chose est sûre, l’album ne manque pas d’atouts pour convaincre. De ces riffs Thrash impitoyables à cette intensité quasi-permanente en passant par ces solos bourrés de feeling et ces accointances Death (/ Doom) évidentes, il n’y a que matière à se réjouir ici. Vous voilà donc prévenu, s’agirait maintenant d’écouter tout ça et, comme moi, de passer à la caisse. À bon entendeur, salut !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Steel Bearing Hand
Death / Thrash
2021 - Carbonized Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Steel Bearing Hand
Steel Bearing Hand
Death / Thrash - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Command Of The Infernal Exarch  (03:30)
02.   Lich Gate  (03:46)
03.   Tombspawn  (06:53)
04.   Per Tenebras Ad Lucem  (05:52)
05.   'Til Death and Beyond  (06:52)
06.   Ensanguined  (12:31)

Durée : 39:24

line up
parution
2 Avril 0202

Essayez aussi
Impiety
Impiety
Versus All Gods

2019 - Shivadarshana Records
  
Excoriate
Excoriate
On Pestilent Winds...

2009 - Sepulchral Voice Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Bloody Blasphemy

1999 - Metal Blade Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
The Will To Kill

2002 - Nuclear Blast Records
  
The Forsaken
The Forsaken
Traces of the Past

2003 - Century Media Records
  

Découverte de l'année
Salem
Playing God And Other Short...
Lire la chronique
Megadeth
The Sick, The Dying... and ...
Lire la chronique
Soilwork
Övergivenheten
Lire la chronique
Les groupes INTERDITS (Sinon, t'es banni de la communauté)
Lire le podcast
Barbarian
Viperface
Lire la chronique
Fugitive
Maniac (EP)
Lire la chronique
Bladecrusher
Tempest (EP)
Lire la chronique
Vektor
Black Future
Lire la chronique
Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Le SAXO dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Mindforce / Dead Heat
Mindforce / Dead Heat (Spli...
Lire la chronique
Sacrifizer
Le Diamant De Lucifer
Lire la chronique
Drain
California Cursed
Lire la chronique
Interview de MISGIVINGS pour l'album éponyme
Lire l'interview
Misgivings
Misgivings
Lire la chronique
Le Black Metal en français... C'est mal ?
Lire le podcast
Scumslaught
Knives And Amphetamines
Lire la chronique
Deathawaits
XX
Lire la chronique
Centinex
The Pestilence (EP)
Lire la chronique
Crisix
Full Hd
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Suppression
The Sorrow Of Soul Through ...
Lire la chronique
Chemicide
Common Sense
Lire la chronique
Synesthésie #1 - Elden Ring
Lire le dossier
Blackened
Voices From The Void
Lire la chronique