chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Eliminator - Breaking The Wheel

Chronique

Eliminator Breaking The Wheel
Eliminator, ce nom ne vous dit rien? Mais si, rappelez-vous, l'album des géniaux ZZ Top avec cette fameuse voiture rouge rétro aux formes généreuses et aux phares aveuglants? Cet Eliminator là n'a rien à voir mais il fallait quand même que je fasse le rapprochement, histoire de pointer du doigt un patronyme un peu pourri, il faut bien l'avouer. Remarquez qu'avec l'utilisation du suffixe magique "or", on sait tout de suite à quoi on a affaire: soit du black rétro, soit du death rétro, soit du thrash rétro, bref du rétro! La troisième possibilité est la bonne ici.

Eliminator, jeune groupe formé en 2006 autour du principal compositeur Warchild, nous vient du New-Jersey et a déjà sorti deux démos, ...Will Kill You et Eliminator en 2007, dont deux titres, "Holocaust War Metal" et "The Punisher", vont être repéchés pour le premier full-length du trio sorti l'année dernière sur Suffering Jesus/Urkragh, Breaking The Wheel. Si le nom du groupe sonne familier pour une mauvaise raison, la pochette de l'opus devrait aussi vous dire quelque chose. Normal c'est l'illustre Ed Repka qui s'en est chargé.

Hé oui, encore un groupe de la scène revival donc. A la différence qu'Eliminator navigue dans des eaux bien plus underground et agitées que les Evile, Warbringer et autres Bonded By Blood. Les Américains s'inspirent en effet principalement de la scène teutonne (Sodom en tête). Ca joue vite, c'est méchant et c'est plus extrême que la plupart des nouveaux groupes du genre. Ecoutez donc le phénoménal titre de conclusion, "Prescription For Extinction...Time Enough At Last", somptueuse pièce-maîtresse de thrash de plus de 8 minutes, de loin le meilleur morceau de l'album avec son chuka-chuka intensif et son riff principal sombre limite death metal que n'aurait pas renier Incubus. Ce côté extrême est aussi exacerbé par le chanteur Warchild dont la voix râpeuse et arrachée se rapproche souvent du black metal. Ca surprend au début (notamment sur le titre d'ouverture "World Obliteration") parce que l'on s'attend plus à une voix thrash normale mais on s'y fait vite. D'autant que l'Américain module bien ses vocaux en s'adonnant aussi à un chant thrash plus normal voire à des intonations bestiales (quelques growls distordus sur "Holocaust War Metal", "The Punisher" et "Prescription For Extinction... Time Enough At Last"). Une prestation variée et convaincante mais qui donne l'impression d'être donnée par différents chanteurs. La raison: certaines compositions sont plus anciennes que d'autres et le groupe a évolué, on sent bien la différence. Autre problème qui va avec, Breaking The Wheel a été enregistré dans deux studios différents. Le changement de production se fait bien sentir sur la deuxième piste, "Breaking The Wheel". Les deux productions ont pas mal de défauts, notamment un manque de puissance dans les guitares et une batterie trop plastique, pas assez naturelle. Résultat: un manque de cohérence globale, d'homogénéité et l'impression que l'on a plus affaire à une compilation qu'à un véritable album.

Pas très grave vu la qualité des morceaux me direz-vous. Surtout que si Eliminator envoie du bois, il serait injuste de ne pas évoquer son côté mélodique tout aussi présent que l'aspect brutal. Les sept pistes de Breaking The Wheel ne tournent pas qu'autour du chuka-chuka, cette rythmique de batterie typique et ultra jouissive, mais s'avèrent variées autant dans les rythmes que dans les ambiances. On pourrait ainsi citer l'un des premiers riffs de "The Punisher" très mélodique et typé Megadeth époque Rust In Peace, l'instrumental "Disgust" aux multiples shreds et bien évidemment les soli en pagaille qui subliment le jeu des Américains et démontrent une grande dextérité. Finalement, Eliminator s'inspire aussi de la Bay Area.

Mélange efficace de violence et de mélodie, Breaking The Wheel ne pêche que par un manque de cohérence au niveau des morceaux et de la production. L'originalité n'est pas non plus le fort du trio d'Edison, comme tous les combos rétro de toute façon, mais là n'a jamais été l'intérêt de cette mode. Pouvant plaire aussi bien aux fans de German Thrash que de la Bay Area, Eliminator mériterait de gagner en popularité tant son potentiel me semble intéressant. J'attends donc avec impatience la suite des événements, en espérant que les Américains confirment tout le bien que je pense d'eux. Décidément, elle me plaît bien cette scène revival thrash!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
LordOvDoom
27/01/2012 12:50
La pochette terrible et franchement la musique dépote hyper bien !! petit chancard que je suis je viens de dénicher le vinyle sur ebay....

Dommage que pas réédité car c'est de la bombe !
Niktareum citer
Niktareum
16/08/2009 19:09
La pochette de Repka est terrible! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Eliminator
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Eliminator
Eliminator
Thrash Metal - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   World Obliteration
02.   Breaking The Wheel
03.   Holocaust War Metal
04.   The Punisher
05.   Disgust
06.   Service Your Leader
07.   Prescription For Extinction... Time Enough At Last

Durée : 34'55

line up
parution
28 Septembre 2008

Essayez aussi
Onslaught
Onslaught
Killing Peace

2007 - Candlelight Records
  
Destruction
Destruction
Release From Agony

1988 - Steamhammer Records (SPV)
  
Razor
Razor
Shotgun Justice

1990 - Fringe Product
  
Overkill
Overkill
The Electric Age

2012 - Nuclear Blast Records
  
Delirious
Delirious
Made For The Violent Age

2006 - Armageddon Music
  

Seance
Fornever Laid To Rest
Lire la chronique
Paradox
Product Of Imagination
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
Demolizer
Thrashmageddon
Lire la chronique
Heathen
Empire Of The Blind
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Night In Gales
Dawnlight Garden
Lire la chronique
Obszön Geschöpf
Lire le biographie
Amorphia
Merciless Strike
Lire la chronique
Scène Franc-Comtoise
Lire le dossier
Dawnbreath
Creatures Of The Damned
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique