chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
121 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hail!Hornet - Disperse The Curse

Chronique

Hail!Hornet Disperse The Curse
Bim ! Pétard mouillé de l’été et déception de l’année, à l’aise. Qu’est devenu l’all-star band qui faisait passer High On Fire pour Brett Sinclair ? Hail!Hornet n’est plus « amicalement veau » mais se vautre sur Disperse The Curse et les coupables sont aussi faciles à cercler qu’un trou de balle.

Avant toute chose, un retour s’impose pour transmettre l’ampleur du désastre. Désastre que le premier long-format des Ricains n’était pas, cassant la règle anti-mathématique de l’addition de gros noms d’une scène égale daube. Car, des fois que tu sois passé à côté de la splendeur dégueulasse qu’était et est toujours l’album-éponyme, ce projet réunissant des membres tapant ou ayant tapé dans Sourvein, Bongzilla, Buzzov•en, Alabama Thunderpussy ou Weedeater arrivait en pleine ruée vers le sludge le plus propret possible avec un pavé qui chiait de bout en bout, de la musique pas-finie-à-la-pisse-malgré-son-parfum à la pochette qu’encore aujourd’hui on hésite à qualifier de moche tant elle est raccord avec ce qui ressemble à un majeur tendu. Autant dire que cette volonté de remettre le couvert quatre ans plus tard a été suivie avec attention !

Et si Hail!Hornet faisait tituber d’un plaisir proche d’une belle gueule de bois, avec Disperse The Curse, tu décuves sec : d’abord à l’écoute de sa production, beaucoup trop propre pour des compositions prétendant au gros qui tâche. Ce son clair et accessible rend les guitares moins percutantes, celles-ci paraissant impersonnelles voire artificiellement sur-gonflées. Constat similaire pour la batterie, la prestation d’Erik Larson allant jusqu’à couvrir celle de ses camarades sur quelques passages (« Glass Roses » par exemple). Un choix étrange, pas nécessairement dérangeant car l’ensemble reste équilibré (basse audible et voix de T-Roy Medlin n’ayant rien perdu de son mordant) mais émoussant l’efficacité recherchée par le quatuor.

Malheureusement, les riffs n’enlèvent pas cette impression de platitude. Hail!Hornet manque d’inspiration au point que les embardées thrash n’évoquent plus un Slayer dans la mélasse mais des chutes studio à la limite du mauvais Cavalera (« Kill The Liar », « Suicide Belt » et ça cherche même à nous faire jumper du fuck up sur « Scars » ou le début de « Unholy Foe » !). A la consanguinité a succédé la mort du céphalée, les rythmiques galopantes qui faisaient le sel d’un « Golden Whore » étant remplacées par une succession de morceaux linéaires et bêtas où, malgré des instants tribaux et digressions mélodiques (la lead de « Glass Roses » entre autre), l’attention émoustillée par un « Shoot The Pig » parfait dans son rôle d’introduction-baston finit par décroitre. Les courageux tenant jusqu’au final « Blacked Out In Broad Daylight » seront récompensés, maigrement du fait du classicisme de ce titre-fleuve répétant inlassablement son motif mais après un enchainement de convenances, ce dernier renouant avec un mal-être sentant la rue parvient à évoquer le sludge du précédent long-format. Sinon, c’est la course au bœuf inoffensif qui fera fureur en ouverture d’un festival de metal allemand entrecoupée de breaks parfois sympathiques (« Beast Of Bourbon » et sa basse posée rejointe par un solo à rallonge), souvent ennuyeux (« Disperse The Curse », « Dullards Creed », « Gifted Horse » où ça rampe, oui, mais pourquoi faire ?).

Peu à saluer sur ce Disperse The Curse tombant dans ce que Hail!Hornet avait su évité, à savoir l’écueil de l’œuvre ni bonne, ni mauvaise, (forcement) bien interprétée mais sans génie. La paire T-Roy/Dixie a beau essayer de cacher la misère par des hurlements dérangés et une basse southern mise en avant, cela n’empêche pas l’ensemble d’être de moins en moins captivant tant rien ne se passe. L’illustration « sortie Relapse de série » ne trompe pas, l’incroyable alchimie du premier jet peinant à se retrouver dans ces morceaux où chacun semble limiter son jeu pour suivre celui des autres. Un démarrage encourageant et quelques moments se retiennent mais le sentiment général est sans appel : le frelon s’est transformé en mouche tsé-tsé.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
24/08/2011 17:43
note: 2/10
pas tenu jusqu'au bout
lkea citer
lkea
24/08/2011 09:12
note: 5/10
Album en écoute sur la BandPage-Facebook du groupe :

https://www.facebook.com/HailHornet?sk=app_178091127385

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hail!Hornet
Sludge / Thrash
2011 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs : (2)  4/10
Webzines : (13)  6.45/10

plus d'infos sur
Hail!Hornet
Hail!Hornet
Sludge / Thrash - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Shoot The Pig
02.   Gifted Horse
03.   Disperse The Curse
04.   Glass Roses
05.   Beast Of Bourbon
06.   Kill The Liars
07.   Unholy Foe
08.   Suicide Belt
09.   Dullards Creed
10.   Scars
11.   Blacked Out In Broad Daylight

Durée : 41 Mns

line up
parution
1 Août 2011

Essayez plutôt
Philip H. Anselmo and the Illegals / Warbeast
Philip H. Anselmo and the Illegals / Warbeast
War Of The Gargantuas (EP)

2013 - Season Of Mist
  
Goatwhore
Goatwhore
Carving Out the Eyes of God

2009 - Metal Blade Records
  
Goatwhore
Goatwhore
A Haunting Curse

2006 - Metal Blade Records
  
Meshuggah
Meshuggah
Koloss

2012 - Nuclear Blast Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Grengus

2012 - Doomentia Records
  

Warbringer
Woe to the Vanquished
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique