chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Horn Of The Rhino - Grengus

Chronique

Horn Of The Rhino Grengus
Pour débloquer une année 2012 faisant trop durer les préliminaires avec des créations globalement mornes voire mormones en plaisir offert, rien de tel qu’un bon coup de rein ! Heureusement, on peut compter sur Horn Of The Rhino pour couper court aux actes consentis et règle du troisième rendez-vous, décidé qu’il est à mettre les bouchées double sur un Grengus insérant les bases du déjà poutrant Weight Of Coronation dans une évolution s’arrêtant à trois mots d’ordre : enculer plus fort, enculer plus dur, enculer tout le monde !

C’est qu’il n’y a rien d’autre à escompter d’une formation tranchant autant avec l’intention moderne de partir du sludge pour un rendu (hum) intelligent et (argh) beau. Tu aimes les pochettes abstracto-ataviques ? Horn Of The Rhino t’offre le concret d’un pénis de minotaure. Tu te pâmes devant l’énième groupe de barbus compilant à qui mieux-mieux références hardcore, metal et arty bon chic sans genre à part celui du plastique utilisé ? Horn Of The Rhino te répond sans capote aucune « Entombed, High On Fire et Alice In Chains » (et le concret d’un pénis de minotaure – artwork de l’année pour bibi, on l’aura compris) par un mélange brisant les classifications et permettant à nos pubères Ibères de rejoindre d’autres maîtres qu’on leur devine désormais pleinement, le sang royal de Celtic Frost et des derniers Darkthrone se retrouvant dans les giclées des morceaux « Under The Hoof », « To Ride The Leviathan » ou « Awaken Horror Of Tuul ». Un génome racé, bouillant de riffs rouges affluant vers des mains et bas-ventre crispés d’envie de violence ainsi qu’une production COLOSSALE explosant à elle seule toutes rétractations farouches.

Déterminé à transmettre le syndrome du canal carpien, Javier suit cette tendance à restreindre les pauses un chouïa ennuyeuses du précédent opus par des harangues faisant passer Matt Pike pour un impuissant sur « Pile Of Severed Heads » et « Awaken Horror Of Tuul ». Le poilu est moins prolixe en chatoiements inspirés par Layne Staley donc, mais que les groupies de ses vocalises FM ne rebouclent pas leur ceinture, l’éponyme, « Brought Back » et « Drowned In Gold » taillant large dans le rappel au chanteur disparu. Cependant, soulignons une nouvelle fois que Horn Of The Rhino se place au-delà du look alike sur Grengus grâce à une atmosphère de stupre, la luxure se retrouvant jusque dans des parties death tellement bovines qu’elles s’enchainent sans mal avec des accords touchant les frontières d’un crust passé à la friteuse (les jou-i-ssives « Waste For Ghouls » et « To Ride The Leviathan »). Devant tant d’appels à la concupiscence (la burne allant même se nicher dans une batterie alliant cadence effrénée et breakdown), comment ne pas voir que l’outrance de Weight Of Coronation s’est muée en charisme animal ? Le mammifère nous intéressant ici ne pense pas break, sludge, accélération ou thrash mais culbute, chambarde et panoplie de tendresses réconfortantes pour les amateurs oubliés du metal « Warlord » !

Les bégueules diront que Grengus n’est qu’un bon album bas du front comme le label Doomentia aime en sortir. Difficile de leur donner tort car il est clair que rien ne semble dévier Horn Of The Rhino de sa route depuis Breed The Chosen One. Peut-être est-ce mon regard sur ce dernier qui a changé (je suis de plus en plus friand de ce type de disque sans autre prétention qu’être ultra-metal), certainement est-ce cette raide bestialité ne stoppant jamais son étreinte (malgré une conclusion étrange – il aurait été mieux amené de terminer par la posée « Brought Back » que la sèche « To Ride The Leviathan »…), toujours est-il que ce quatrième essai est celui qui (me) montre un trio bandant fièrement ses racines musicales autant que géographiques, ses poussées de suée qu’on dirait le sud permettant au temps de ne pas durer longtemps. Ah, ça ! L’apocalypse prévue pour décembre peut bien arriver ! Horn Of The Rhino l’accueillera comme il se doit : par un membre tendu, prêt à niquer la mort.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
07/02/2014 23:15
note: 8.5/10
CROM a écrit : Mélodie avec "Grengus" ? J'ai dû louper un truc...

Le chant, oui, enfin je parle seulement du titre éponyme
Invité citer
CROM
07/02/2014 22:50
Mélodie avec "Grengus" ? J'ai dû louper un truc...
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
04/02/2014 18:47
note: 8.5/10
La mélodie du chant du couplet de Grengus me fait vachement penser à celle de Ride the Lightning.
citer
(ancien membre)
24/09/2012 18:30
note: 7/10
BESTIAL mais limite lourdingue parfois...
Le son fait passer le dernier Black Cobra pour un album de Texas: bon j'exagère un peu.
Bonne découverte en tout cas Ikea !!
Dysthymie citer
Dysthymie
22/09/2012 09:26
note: 7.5/10
Mangez du Rhino! ;-)
Invité citer
daminoux
07/03/2012 08:59
ça donne vraiment envie.........
gulo gulo citer
gulo gulo
06/03/2012 19:07
note: 7.5/10
le meilleur avec Breed the Chosen One ; dans le genre ultrametal, en effet, ce groupe enterre bien profond tous les trucs ricains à petites roupettes et langue dans la joue type Lair of the Minotaur, avec son pauvre seul album potable ... maricon !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Horn Of The Rhino
Sludge/Doom/Thrash/Death
2012 - Doomentia Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  7.92/10
Webzines : (17)  7.49/10

plus d'infos sur
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Blackened Death/Doom/Rock - 2010 † 2015 - Espagne
  

tracklist
01.   Under The Hoof
02.   Pile Of Severed Heads
03.   Grengus
04.   Drowned In Gold
05.   Waste For Ghouls
06.   Awaken Horror Of Tuul
07.   Brought Back
08.   To Ride The Leviathan

Durée : 45 Mns

line up
parution
10 Février 2012

voir aussi
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Weight Of Coronation

2010 - Doomentia Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance

2014 - Doomentia Records
  

Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast