chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Suicidal Tendencies - Lights... Camera... Revolution!

Chronique

Suicidal Tendencies Lights... Camera... Revolution!
Début tout en douceur, avec gratte acoustique délicate et lead en fines touches mélancoliques. Puis arrivent les gros biscotos électriques, provoquant des remous dans la cuve à adrénaline: le pur-sang commence à piaffer dans l'écurie, ça sent la baston … Et enfin résonne l'injonction libératrice:

« What's the hell's going on around here ? »

« Muthafuckaz » a-t-on envie de rajouter, quand on connait les loustics …

C'est ainsi que démarre cet album phare du mouvement crossover, où cinq bad boys de Venice, Californie, mélangent avec conviction hargne hardcore, puissance thrash, mélodies entêtantes et engagement punk en une mixture osmotique parfaite. Eh, mais revenez !! Certes sur le papier, la recette pourrait évoquer à ceux qui étaient encore dans le scrotum paternel dans les années 80s le spectre metalcore, mais rien à voir, croyez moi! Ca respire l'authenticité, la rage et la sueur ici. Et le défrichage musical aussi: avant ce 4e vrai album de la bande à Mike Muir – que beaucoup, dont moi, considèrent comme étant l'album phare du groupe -, jamais skateurs en short, thrasheurs patchés et gangsta coreux n'avaient eu à leur disposition une œuvre aussi fédératrice pour partager les pits lors d'intenses concours de pêtage de cervicales.

Après des débuts beaucoup plus marqués street fight punky - donc moins aptes à capter l'intérêt du fan de Megadeth -, les suicido-maniacs se mettent, à partir de la toute fin des 80's, à déplacer les fondations de leur musique vers un metal franchement plus couillu, dont la moelle épinière est la toute-puissante guitare rythmique de Mike Clarke, et dont l'âme réside en ces leads et soli jamais démonstratifs mais toujours nécessaires de ce sacrément bien nommé Rocky George. Néanmoins la bad boys attitude n'est pas pour autant reléguée au placard: Mike Muir, aux prêches et harangues sans égales, apporte derrière le micro le restant d'identité qui fait que Suicidal Tendencies est ce qu'il est. Sa tendance à partir parfois dans des lignes plutôt aigues et « geignardes » (« Give it revolution », « Emotion No. 13 ») en énervera certains, mais personne ne peut remettre en cause son sens du placement, son débit sans faille, la pertinence de ses speechs charismatiques ni la dynamique et l'apport mélodique provenant de ses interventions (« Lovely », « Get Whacked »). Dernier des 4 mousquetaires qui fera les belles années du ST gang (Désolé mais Mr Herrera n'a pas, derrière ses fûts, le même impact que les autres membres, d'où mon silence poli…), le futur Ozzy Osbourne, futur-Metallica Robert Trujilo fait entendre à intervalles réguliers sa science bassistique marquée au fer rouge du funk (« Send Me Your Money », « Lovely ») tout en n'ayant pourtant pas encore droit à la même exposition sonore que ses 3 autres comparses. Mais celui-ci aura par la suite sa revanche en jouant carrément le premier rôle au sein du parfaitement nommé Infectious Grooves, aux côtés de Mr Cyco Miko.

« Light…Camera…Revolution ! » est donc un album incontournable, pratiquement sans faille, qui propose en guise de démarrage un carré d'as à faire blêmir Lemmy. Attaque au foie avec l'hymne fédératrice « You Can't Bring Me Down », véritable déclaration d'intention on ne peut plus efficace. Suivent le mid-tempo dévastateur « Lost Again » - qui incite au plus incoercible des headbangs bovins – et « Alone », pur joyau renfermant la plus incroyable montée en puissance mélodico-rythmico-émotionnelle entendue d'oreille de vieux lapin jaune – que même que ça m'a collé des boules grosses comme ça dans la gorge la première fois que je me suis remis l'album au casque pour vous concocter cette chro les enfants! Le plus léger (de ton) « Lovely » nous achève (alors qu'on n'en est qu'au 4e titre!) à coups de basse hyper joufflue, d'un travail démentiel de complémentarité rythmique/lead (écoutez moi le résultat à 1:53, puis lors des soli) et d'accroches mélodiques imparables ( « La-la-la ! »).

Et c'est finalement la seule faiblesse de cet album: proposer un début si intense, si annihilateur que, aussi bonne que soit la suite – et elle l'est croyez moi ! –, elle ne peut qu'être éclipsée par ce départ en trombe. M'enfin cela n'empêche pas de s'enfiler avec bonheur le dynamisme et les mélodies vindicatives de « Get Whacked », ou l'hyper véloce et complètement thrash « Disco's Out, Murder's In » ('tain mais il n'y aurait pas un poil de riffing à la Sodom ici?). Ca n'empêche pas non plus de savourer l'incontournable « Send Me Your Money », qui bien que pas hyper folichon sur un strict plan musical - ce morceau a d'ailleurs été entièrement écrit par Mike Muir - est une fantastique démonstration grandeur nature des talents du bonhomme, pleine d'un sympathique mordant et d'un dynamisme de tous les instants. Il faudra quand même signaler également, aux rangs des imperfections, une prod' un peu vieillotte qui fait ce qu'elle peut mais qui aurait gagné à être plus puissante, et une conclusion un peu mitigée sous forme d'un « Go'n Breakdown » pas des plus inspirés.

Il n'en reste pas moins que cet album reste référentiel, et que je me fais vraiment violence pour ne lui mettre que 9 afin de tenir compte de ses défauts. Que les allusions au hardcore et aux gangsta-teries ci-dessus évoquées n'effraient pas les plus hermétiques d'entre vous : l'album est très largement plus orienté metal que street music, le niveau de Mrs Trujilo et George étant quand même une sacré garantie de qualité. Laissez-vous donc aller à vos tendances suicidaires …

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

ElGdlMuerte citer
ElGdlMuerte
03/09/2018 20:14
note: 9.5/10
(pas 10 à cause de la prod et de ce sinistre batteur)

Ah lala mais on touche pas à R.J. Herrera putain !!!! Jamais de la vie !!!!!!!!!!!!!!! Clin d'oeil
hammerbattalion citer
hammerbattalion
03/07/2017 22:07
Ben moi je lui mets 9,5 (pas 10 à cause de la prod et de ce sinistre batteur). Acheté en k7 à sortie après avoir vu le clip de Bring sur M6, complètement hallucinant....

1990 en force!!!!!!!!!!!
MONVMAINA citer
MONVMAINA
30/04/2009 11:36
note: 9/10
Emotion n°13 est un morceau terrible, un des meilleurs du skeud
cglaume citer
cglaume
18/07/2008 16:14
note: 9/10
Thomas Johansson a écrit : ... et l'effet première fois a joué à plein

"Sounds ..." et "Among ...", rien à voir l'un avec l'autre, mais deux monstres que je mets au même niveau.

Thomas Johansson a écrit : Ah sinon, histoire d'en rajouter une couche, "Give It Revolution" arrive en 2ème position des meilleurs titres de "Lights" !

Aïe aïe aïe, sacrilège !!! Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
18/07/2008 16:09
note: 9/10
Dead a écrit : Je crois que Cyril a enfin trouvé sa moitié Mort de Rire

Ahaha, ceci dit "Goin' Breakdown" est en effet assez moyenne pour conclure l'album. Sinon je m'aperçois que j'ai des goûts parfois en décalage par rapport aux classiques du genre mais ça peut s'expliquer. "Souls Of Black", "Sound Of White Noise" et "Impact Is Imminent" sont les premiers albums que j'ai écouté de chaque groupe et l'effet première fois a joué à plein. J'ai réalisé plus tard que beaucoup de metalheads leur préféraient "The New Order", "Among The Living" ou "Bonded By Blood". Moi je reste sur ma première impression et je continuerai à vénérer ces albums là, même si j'aime beaucoup les autres également.

Ah sinon, histoire d'en rajouter une couche, "Give It Revolution" arrive en 2ème position des meilleurs titres de "Lights" !
cglaume citer
cglaume
18/07/2008 16:00
note: 9/10
Dead a écrit : Je crois que Cyril a enfin trouvé sa moitié Mort de Rire

Heureusement que ma tendre épouse ne lit pas Thrasho ! Mr Green
Dead citer
Dead
18/07/2008 15:56
Je crois que Cyril a enfin trouvé sa moitié Mort de Rire
cglaume citer
cglaume
18/07/2008 15:55
note: 9/10
Thomas Johansson a écrit : Peut être "Emotion Number 13" et ses solos endiablés.

C'est dingue !!! Comment est-il possible d'aimer autant le même style et - souvent - les mêmes albums et être pourtant aussi peu d'accord sur les pépites du genre ... Tu n'aimes pas "Practice" de Testament, alors que je l'adule. Tu considères "Only" et "Black Lodge" comme les chefs d'oeuvre de "Sound of White Noise" alors que pour moi ce sont 2 titres un peu mous du genou, et maintenant tu dis préférer "Emotion No. 13" que je n'ai cité ici - à dessein - qu'en illustration d'un petit point faible du chant de Mike, alors que pour moi c'est le titre le plus faible - après "Go'n Breakdown" et à égalité avec "Give It Revolution" ...

On est des jumeaux, mais plus en complémentarité qu'en similarité ! Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
18/07/2008 15:47
note: 9/10
Ah joli Cyril ! justement je disais à Nikta au hellfest qu'il serait temps qu'on lance l'offensive ST sur Thrasho. C'est chose faîte, et brillamment. D'accord avec toi en tous points, c'est mon album préféré avec l'immense "The Art Of Rebellion". Il y a un tel enchainement de hits sur "Lights" que j'ai du mal à dire quel est mon titre préféré. Peut être "Emotion Number 13" et ses solos endiablés. Quant à Mike Muir, quelle cadence derrière le micro, c'est le seul à mettre Steve Souza à l'amende dans ce domaine. Chef d'oeuvre !
Niktareum citer
Niktareum
18/07/2008 14:24
Le "vieil" album de ST que je connais le moins, même si j'ai quasi toutes les chansons sur des live ou une compile.
Depuis le temps qu'il faut que je me le chope... Embarassé

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Suicidal Tendencies
Crossover skate/thrash
1990 - Epic Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (14)  8.93/10
Webzines : (2)  9.5/10

plus d'infos sur
Suicidal Tendencies
Suicidal Tendencies
Crossover skate/thrash - 1981 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   You Can't Bring Me Down
02.   Lost Again
03.   Alone
04.   Lovely
05.   Give It Revolution
06.   Get Whacked
07.   Send Me Your Money
08.   Emotion No. 13
09.   Disco's Out, Murder's In
10.   Go'n Breakdown

Durée : 42:00

line up
parution
3 Juillet 1990

voir aussi
Suicidal Tendencies
Suicidal Tendencies
Suicidal For Life

1994 - Epic Records
  
Suicidal Tendencies
Suicidal Tendencies
The Art Of Rebellion

1992 - Epic Records
  
Suicidal Tendencies
Suicidal Tendencies
Join The Army

1987 - Caroline Records
  

Machine Head
Through The Ashes of Empires
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Panzer Squad
Ruins
Lire la chronique
Dreadful Fate
Vengeance
Lire la chronique
Nuclear Assault
Handle With Care
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 16 - And the Legend Leaves Town ...
Lire le podcast
Black Metal de Pologne, mais pas Behemoth, ni Graveland, mais plutôt....
Lire le podcast
Hellish
The Spectre Of Lonely Souls
Lire la chronique
Skeletonwitch
Devouring Radiant Light
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique